Images de page
PDF

que le tien ne l'a pas été, et maintenant tout ce qui appartient aux autres est brûlé, et le tien n'est pas brûlé ? Sur quoi il lui conta tout ce qui s'était passé. On rapporte que peu de jours après, une querelle s'étant allumée entre la femme de ce pieux et la mère de la demoiselle (ensévelie dans une natte) la première dit à la seconde *!): viens et je te montrerai ta fille qui est enterrée dans une natte de roseaux. L'année suivante le pieux alla, passa la nuit dans le même cimetière et entendit les mêmes esprits qui s'entretenaient entr'eux et dont l'un disait à l'autre : ma camarade, sortons et parcourons le monde afin d'entendre de derrière le voile quelle espèce de calamité menace la terre. L'autre lui répondit : ma camarade, laissemoi tranquille, car les choses qui se sont passées entre moi et toi il y a long-temps qu'elles ont été entendues parmi les vivans. — On peut donc conclure de là que les ImOrts saVent. Mais peut-être qu'un autre homme étant mort est allé conter (aux deux demoiselles la querelle en question). Rép. : Viens et écoute une tradition qui peut te faire changer d'avis. Zeïri avait déposé de l'argent auprès de son hôtesse jusqu'à ce qu'il eût le temps de se rendre dans l'école de Rav. Mais comme dans cet intervalle elle mourut, il alla après elle au cimetière **) et lui dit : où est mon argent ? Elle lui répondit : va et prends-le de dessous le gond de la porte dans tel et tel endroit, et je te prie de dire à ma mère qu'elle m'envoie mon peigne et ma boîte à farder **) par une telle qui viendra ici demain**). On peut donc soutenir qu'ils savent. Mais peut-être que Douma**) l'a précédé et a annoncé aux morts (qu'elle mourra). Rép. : Viens et écoute ce qui est arrivé au père de Samuel. On lui avait donné à garder l'argent des orphelins, et lorsque son âme se reposa (lorsqu'il mourut) Samuel n'était pas auprès de lui; on lui donna donc le surnom du fils de celui qui mange l'argent des orphelins. Alors il alla après lui au cimetière et dit aux morts*o): Je cherche Ava. Ils lui répondirent : il y a beaucoup d'Ava ici. Je cherche Ava, fils d'Ava. Ils lui dirent : et d'Ava, fils d'Ava, aussi il y en a beaucoup ici. Alors il leur dit : je cherche Ava, fils d'Ava, père de Samuel, est-il ici ? Ils lui dirent : il est monté dans l'Académie du ciel. Mais en attendant il aperçut Lévi**) qui était assis hors du cercle **) et lui dit : pourquoi es-tu assis hors du cercle ? pour quelle raison n'es-tu pas monté ?

41) Dans le projet de l'insuIter.

42) i7772 TXT la cour de la mort.

43) Elle paraît faire allusion, en disant cela , au deuil que devait garder sa mère après la perte d'une fille.

44) C'est-à-dire : qui mourra.

45) Raschi : qui est l'ange qui préside aux morts.

Il lui répondit : les anges m'ont dit : pendant autant d'an-.

nées que tu n'es pas allé à l'Académie de R. Afas; et comme tu as affligé par là son esprit, nous ne te laisserons pas monter dans l'Académie du ciel. Dans ces entrefaites son père étant de retour, il vit qu'il pleurait, et riait en même temps et lui dit : quelle est la raison qui te fait pleurer ? Il lui répondit : c'est que tu viendras bientôt ici. Et par quel motif ris-tu? Parce que tu es fort estimé dans ce monde (des morts). Il lui dit : si je suis estimé, que l'on fasse monter Lévi (dans le cercle des morts et par suite dans le ciel), et on le fit monter. Alors il lui dit : l'argent des orphelins où est-il! Il lui répondit : va et prends-le dans la base des meules. Celui qui est dessus et celui qui est dessous nous appartient, et celui qui reste au milieu appartient aux orphelins. Il lui dit : pour quelle raison as-tu fait ainsi! Il répondit : afin que si les voleurs viennent pour le voler, ils volent du nôtre, et que si la terre le ronge, elle ronge du nôtre. Il est donc vrai que les morts savent **).

M C0IllIm( nOnCer pendar d'avis avoir les m( qu'il e Moïse pays ( tant ( Que l à Abr ai fait Venait bon o dirasPour | s'il m que le qu'ils n'est p chose | tomba Veau, des ra Saint, R. Suite d de lui 5): M liers 0

46) Raschi : qui étaient sortis de leurs tombeaux et s'étaient assis en cercle.

47) Raschi : son Collegue.

48) L'action d'être déplacé du cercle des morts symbolise ici le déplacement de Lévi de l'école céleste, car ce qui se passe dans le ciel doit aussi se passer sur la terre.

49) Tosepheth : car ici le père de Samuel sait que son fils mourra

"-

bientôt , ribond 5 50) 5l) pâs ell (

Mais c'est peut-être une autre chose pour Samuel; car comme il était très-considéré, les anges se sont hâtés d'annoncer (aux morts) qu'il fallait lui faire place. Rép. : Cependant nous voyons que R. Jonathan lui-même a changé d'avis là-dessus *°); car R. Samuel, fils de Nahmani, disait avoir entendu dire à R. Jonathan : d'où savons - nous que les morts s'entretiennent les uns avec les autres ? De ce qu'il est dit (Deut. XXXIV, 4.) : Et l'Eternel lui dit Moïse lorsqu'il était sur le point de mourir): c'est ici le pays dont j'ai juré à Abraham, à Isaac et à Jacob en disant (nz2N5). Que signifie ici l'expression en disant (n2N5)? Que le Saint, béni soit-il, parla ainsi à Moïse : va et dis à Abraham, à Isaac et à Jacob : le serment que je vous ai fait je l'ai déjà accompli dans vos enfans. Or, s'il te F. 19. a. venait dans l'esprit de soutenir qu'ils ne savent pas, à quoi bon ordonner de leur parler * !)? Mais s'ils savaient cela, diras-tu, à quoi bon ordonner de leur en parler ? Rép. : Pour faire paraître encore davantage la dignité de Moïse.

R. Isaac dit : quiconque médit d'un mort est comme s'il médisait d'une pierre. Il y en a qui déduisent de là que les morts ne le savent pas, et d'autres en déduisent qu'ils le savent, mais qu'ils ne s'en soucient pas. Mais ce n'est pas ainsi ; car Rav Papa dit : que quelqu'un contait une chose défavorable à la mémoire de Mar Samuel, et qu'il tomba une poutre du toit qui brisa le crâne de son cerveau. Rép. : C'est une autre affaire à l'égard d'un disciple des rabbins très-distingué (tel que Mar Samuel), car le Saint, béni soit-il, exige qu'on respecte sa dignité.

R. Jehochua, fils de Lévi, dit : celui qui étant à la suite d'un cercueil (jnt 2) d'un disciple des savans, médit de lui tombe dans la Géhenne; car il est dit (Psau. CXXV, 5.) : Mais quant à ceux qui tordent (notoror77) leurs sentiers obliques l'Eternel les fera marcher avec les ouvriers

bientôt; car l'ange Douma qui entre en charge lorsque l'homme est moribond , n'a pas eu le temps de l'avertir de cela. 50) Et son avis était que les morts ne savent pas. 51) Raschi : à quoi bon parler â qui ne sait rien ou qui n'est pas en état de rien comprendre.

d'iniquité; paix sur Israël, ce qui veut dire : lors même que la paix est sur Israël (ou qu'un Israélite est mort) Dieu conduira aux enfers (ceux qui déprécient les mérites des savans) avec les ouvriers d'iniquité. Sur quoi une tradition de l'école de R. Ismaël porte : si tu vois un disciple des savans qui commet une transgression pendant la nuit, ne pense pas mal de lui pendant le jour; car peutêtre en aura-t-il fait pénitence. Mais comment peut-il te venir dans l'esprit (de dire) peut-être ? Quand il est sûr qu'il en a déjà fait pénitence ? Cela vaut cependant seulement dans le cas qu'il ait transgressé un devoir qui regarde lui-même, mais dans une affaire pécuniaire (la pénitence n'a pas de valeur) jusqu'à ce qu'il ait fait la restitution (de ce qu'il a pris) au propriétaire. R. Jehochua, fils de Lévi, dit : en vingt-quatre cas le Beth-din décerne l'excommunication **) pour l'honneur d'un Rabbin, et nous les avons tous expliqués dans notre Mischna. R. Eléazar lui dit : où sont-ils ? Il lui répondit : va et tu trouveras. Il sortit, il chercha et il en trouva ces trois : celui qui fait peu de cas du lavement des mains ; celui qui médit à la suite du cercueil des disciples des savans, et celui qui s'enfle dans son esprit contre le trèshaut. Comment savons-nous que celui qui médit à la suite du cercueil des disciples des savans (doit être excommunié) ? Parce que nous avons appris dans la Mischna (Edioth C. 5. M. 6.) que lui (Acavia, fils de Mahalaleel) avait

[ocr errors]

52) C'est-à-dire : la première espèce d'excommunication, car il y a trois espèces d'excommunication dans la Synagogue, savoir : 1e. "772 la séparation. 2°. bnn l'exclusion. 3°, Nnhu) l'éxécration. — La première est la plus légère, e t on n en vient aux deux autres que lorsqu'on ne se rétracte pas dans le "77>. Le Talmud ne rapporte ici qu'un seul dés 24 cas du "T7: en le subdivisant en 24 autres cas. Mais dans le Le ricon Chaldaeo-Talmudicum de Buxtorf on peut voir les autres à la racine i772. Le 8° et le 9° de ces cas fondamentaux portent qu'il y a excommunication pour quiconque vend son champ à un Goi (non-Juif) ou qui témoigne contre un Juif dans les tribunaux des Goin (non Juifs). Je note ces deux cas pour fixer l'attention du Lecteur sur les différentes causes qui s'opposent puissamment à la Réforme de la nation israélite.

coutume dire : qu'on ne donne à boire (les eaux amères de la jalousie) ni à une femme prosélyte, ni à une esclave mise en liberté; mais les savans disent qu'on la leur donne, et s'appuient sur le fait que Chemaja et Abtalion la donnèrent à une esclave de la ville de Carkemisch mise en liberté à Jérusalem. Sur quoi Acavia répondit qu'ils ne lui donnèrent à boire qu'une imitation de ces eaux**). Alors les savans l'excommunièrent **), et comme il mourut dans son excommunication le Beth-din fit lapider son cercueil 5 5). - Et quant à celui qui fait peu de cas du lavement des , mains comment savons-nous (qu'il mérite l'excommunication) ? Parce que la Mischna nous apprend aussi (ib.) que R. Jose dit propos du cas que nous venons de rapporter): loin de nous l'idée *o) qu'Acavia, fils de Mahalaleel, ait été excommunié ; car le parvis du temple n'a été jamais fermé sur aucun autre israélite **) qui fût aussi sage, aussi pur, aussi animé par la crainte du péché qu'Acavia, fils de Mahalaleel. Mais qui a donc été excommunié ? Eléazar, fils d'Hatsar (ou de Heroc), qui faisait peu de cas du lavement des mains **); et lorsqu'il mourut, le Beth-din envoya, dire qu'il fallait placer une grosse pierre sur son cercueil pour faire entendre qu'il a le droit de lapider le cercueil de celui qui étant excommunié meurt dans l'excommunication. Et quant à celui qui enfle son esprit contre le très

53) Tosepheth : Chemaja et Abtalion selon Acavia ne voulurent qu° effrayer cette femme par une imitation des eaux amères, et qu'ils firent ainsi parce qu'ils étaient étrangers et prosélytes comme elle.

54) Excommunièrent Acavia pour avoir énoncé une opinion défavorable à la mémoire de Chemaja et Abtalion.

55) C'est-à-dire : il fit placer une pierre sur son cercueil pour marquer qu'il méritait d'être lapidé parce qu'il était mort dans l'excommunication.

56) bn5u57 bri parce et pax sit, absit.

57) Raschi : La cour du temple formée après avoir été remplie d'Israélites aux vêpres de Pâque n'a jamais contenu un homme plus sage, etc.

58) Raschi : et par là il méprisait les rabbins qui ordonnent ce lavement.

« PrécédentContinuer »