Images de page
PDF

prière ! Il répondit : je prie en entrant, afin qu'il n'arrive pas quelque scandale par ma faute, et lorsque je sors, je remercie (Dieu) pour le partage qu'il m'a fait.

[ocr errors]

Les rabbins ont appris : que disait-il lorsqu'il entrait ? (?u'il soit agréable à toi, Eternel mon Dieu, qu'il n'arrive aucun scandale par ma faute, et que je ne bronche pas dans les choses de l' Halaca jusqu'à en réjouir mes collègues **), que je ne dise pas sur l'impur qu'il est pur, ni sur le pur qu'il est impur, et que mes collègues aussi ne bronchent pas dans les choses de l' Halaca jusqu'à m'en réjouir. Et que disait-il en sortant ! Je fais mes remercîmens devant toi, ô Eternel mon Dieu ; car tu as placé mon partage entre ceux qui sont assis dans la maison de la recherche, et tu ne l'as pas placé entre ceux qui sont assis dans le coin *o); car moi je me lève de bonne heure, et eux aussi se lèvent de bonne heure; mais moi je me lève de bon matin pour les choses de la loi, et eux se vent de bon matin pour des choses frivoles; moi je travaille et eux aussi travaillent; mais moi je travaille et je reçois la récompense, et eux ils travaillent et ne reçoivent pas une récompense. Moi je cours et eux aussi courent; mais moi je cours vers la vie du monde à venir, et eux ils courent vers le puits de la perdition.

Les rabbins ont appris que lorsque R. Eléazar était malade, ses disciples entrèrent pour le visiter, et lui dirent : Rabbi, enseigue nous des règles de bonne conduite par lesquelles nous puissions mériter la vie du monde à venir. Il leur répondit : soyez attentifs à honorer vos collègues, et empêchez vos enfans de la méditation o°), et faites les as

[ocr errors]

48) Ruschi : réjouissance que Dieu ne laisserait pas impunie.

49) Raschi : Les changeurs et la populace ou les idiots. Voyez dans l'Evangile la prière du Pharisien et du péager. Luc. XVIII, 10 etc.

50) Raschi : ne les accoutumez pas à méditer sur la Bible plus qu'il ne faut; car sa langue a trop d'attraits pour eux ; et selon une autres explication : ne les accoutumez pas à trop s'entretenir avec les autres enfans. Mais la pratique des Juifs démontre qu'ils ont mieux aimé se conformer à la première interprétation d'un passage aussi pernicieux. 51) Ainsi qu'on le pratique à la mort de chaque Juif. Voy. Préface

seoir entre les genoux des disciples savans. Et quand vous priez, pénétrez-vous bien devant qui vous vous tenez, et de · cette manière vous mériterez la vie du monde à venir. Lorsque Rabban Johanan, fils de Zaccaï, était malade, ses disciples entrèrent chez lui pour lui rendre visite; mais à peine les eut-il aperçus qu'il commença à pleurer. Sur quoi les disciples lui dirent : Lampe d' Israël, colonne de la droite (voy. I Rois VII, 21.), marteau vigoureux, pourquoi pleures-tu ? Il leur répondit : si on se proposait de me conduire en présence d'un roi de chair et de sang qui aujourd'hui est ici, et demain dans le tombeau, et dont la colère contre moi ne pourrait pas être éternelle, et s'il m'avait lié, ses liens ne pourraient pas être éternels, et même s'il m'avait fait mourir cette mort ne pourrait pas être éternelle (à la présence d'un roi enfin) que je pourrais fléchir par des discours, et corrompre par l'argent, malgré tout cela je devrais pleurer : (?ue dois-je donc faire maintenant, qu'on est prêt à me conduire en la présence d'un qui est le roi des rois, le Saint, béni soit-il, celui qui vit et qui subsiste à jamais et dans les siècles des siècles, et s'il se fâche contre moi son courroux est éternel, et s'il me lie ses liens sont éternels, et s'il me fait mourir, cette mort sera éternelle (en la présence d'un un roi enfin) que je ne peux pas appaiser par des discours, ni séduire par de l'argent. Et non seulement cela, mais j'ai aussi devant moi deux chemins, l'un du jardin d' Eden, et l'autre de la Géhenne, et j'ignore par lequel me conduira-t-on, et n'en devrais-je pas pleurer ! Ils lui dirent : donne-nous ta bénédiction notre maître. Il leur répondit : à Dieu plaise que la crainte du ciel soit sur vous autant que la crainte de la chair et du sang. Les disciples reprirent : jusqu'à ce point seulement (devons-nous craindre le ciel) ? Il leur répondit : ne savez-vous pas que lorsqu'un homme veut commettre une transgression il se dit : (il faut tâcher) qu'un autre homme ne me voie point. Au moment de son dernier départ il leur dit : versez (l'eau) des vases*!) à cause de l'im

pureté, et préparez une chaise pour Hizkia, roi de Juda qui viendra pour (m'accompagner).

[ocr errors]

Rabban Gamaliel dit : chaque jour l'homme doit réciter les dix-huit prières (ou le Chemona Esre), mais R. Jehochua dit : un abrégé des dix - huit prières**). R. Akiva dit : si la prière sort promptement de sa bouche (s'il peut prier vite) il doit réciter les dix-huit prières, autrement (il suffit qu'il récite) un abrégé des dix-huit prières **). R. Eliéser dit : celui qui prie seulement parce que c'est un devoir inévitable, sa prière ne peut pas lui concilier la grace divine. R. Jehochua dit : celui qui voyage dans un lieu dangereux peut faire une courte prière (selon la teneur des dix-huit prières **) en disant : Eternel délivre ton peuple le reste d' Israël, dans tout lieu le plus reculé par ils passent que leurs nécessités soient devant toi : béni toi, ô Eternel, qui exauces la prière **). Celui qui est monté sur un âne doit en descendre (pour prier) *o), et s'il ne peut pas descendre qu'il tourne sa face, et s'il ne peut pas tourner sa face qu'il dirige son coeur vers la maison du Saint des Saints. Celui qui voyage (est assis) sur un navire, ou dans un char **) ou dans une voiture **) n'a qu'à diriger son coeur vers la maison du Saint des Saints.

52) Voy. Matth. VI, 9. et Luc. XI, l. 53) L"Halaca est selon R. Akiva. 54) Les paroles en parenthèse sont tirées du Talmud de Jérusalem. 55) Mais l'Halaca n'est pas selon R. Jehochua , car la prière que l'on dit en pareilles occasions est celle qui commence : les nécessités de ton peuple sont en grand nombre etc. 56) Mais nous verrons que l'Halaca n'est pas ainsi.

57) 77nP en Italien carro, carrone, on trouve dans le Talmud plusieurs renseignemens qui viennent à l'appui de l'opinion que l'Italien, l'Espagnol et le François n'ont été dans l'origine que trois dialectes de la langue latine.

58) NTbN esseda et selon d'autres N"hbN compactio multorum lignorum instar navis exiguae. A

[ocr errors]
[ocr errors]

Ces dix-huit (bénédictions) sur quoi sont-elles fondées ! R. Hillel, fils de R. Samuel, fils de Nahmani, dit : sur les dix-huit commémorations (du nom de Dieu) que David fait dans le Psaume XXIX qui commence : fils des princes attribuez à l' Eternel, etc. Rav Joseph dit : sur les dix-huit commémorations (du nom de Dieu faites) dans la lecture du Chema. R. Tanhuma dit au nom de R. Jehochua, fils de Lévi: sur les dix-huit vertêbres qui sont dans l'épine du dos. Et R. Tanhuma dit aussi au nom de R. Jehochua, fils de Lévi : celui qui prie est tenu de se courber jusqu'à obstruer toutes les vertêbres de l'épine dorsale *o). Ulla dit : jusqu'à ce qu'il voie une ceinture de chair (entre deux rides) auprès de son coeur. R. Hanina dit : lorsqu'on a incliné la tête on n'a pas besoin (de s'incliner) davantage. Mais Rava dit que cela se fait lorsque cet acte réussit incommode, et on veut pourtant avoir l'air de s'être courbé. Mais comme, au lieu de dix-huit, ces bénédictions sont dixneuf R. Lévi dit : sur quoi on a fondé la bénédiction des Minéens qui fut instituée à Javne ? R. Lévi, fils de R. Samuel, fils de Nahmani, dit : selon R. Hillel c'est sur les paroles (Psau. XXIX, 3.) : Le fort (bN) de gloire fait tonner; selon R. Joseph sur l'unique (TrIN) de la lecture du Chema "o), et selon R. Tanhuma, R. Jehochua, fils de Lévi, dit : (qu'elle a été fondée) sur la petite vertêbre de l'épine du dos.

Les rabbins ont appris que Siméon Happicoli (marchand de coton) a mis en ordre les dix-huit bénédictions devant Rabban Gamaliel à Javne. Rabban Gamaliel dit aux savans : y a-t-il un seul individu qui sache faire la bénédiction des Minéens ? Alors se leva Samuel le petit et la fit. Mais l'année suivante il en oublia la formule et tâcha de la rappeler pendant deux et trois heu-F.20 «. reso !) sans que l'on vînt à son secours. Comment, on n'est pas venu à son secours ? Cependant Rav Jéhuda nous dit avoir entendu dire à Rav : si quelqu'un se trompe dans toutes les autres bénédictions, on ne le fait pas revenir de son erreur; mais dans la bénédiction des Minéens on le fait revenir de son erreur; car on peut penser qu'il est un Min (hérétique). Rép. : Mais c'est une autre chose pour Samuel le Petit qui l'avait instituée, mais estce qu'on ne pouvait penser qu'il avait changé d'avis ? Avaï dit qu'une maxime porte que le bon ne devient pas inique o*). Mais comment non, s'il est écrit (Ezéch. XVIII, 24.): Si le juste se détourne de sa justice et qu'il commette l'iniquité, etc. ? Rép. : Cela est dit de celui qui dans l'origine a été scélérat, et non de celui qui a été juste dans l'origine. Comment non! Si nous avons appris : ne te fie pas à toi-même jusqu'au jour de ta mort; car voilà que le Grand-Prêtre Johanan a exercé ce ministère pendant 80 ans et à la fin s'est fait Saducéen o*). Avaï dit que ce Johanan est la même chose que Jannaï o*). Mais Rava dit que Jannaï doit être distingué de Johanan, et que le premier a été impie dans l'origine, tandis que le second dans l'origine a été juste. Tout irait bien selon l'avis d'Avaï, mais selon celui de Rava, il y a une difficulté à résoudre. Rép. : Rava te dira que même celui qui est juste en origine peut changer par hasard. Mais si c'est

59) Raschi : car plus les vertébres paraissent en dehors du dos, plus elles se ferment et se compriment en dédans.

60) En effet, les Talmudistes donnent le nom de Minéens à tous ceux qui mient, selon eux, I'unité de Dieu p. ex. les Manichéens, les Juifs baptisés, et sous ce nom ils comprennent aussi les Chrétiens. Il est à remarquer que cette bénédiction qui est tout ce qu'il y a de plus intolérant dans le Judaïsme, remonte au premier siècle de l'église, époque où les Chrètiens étaient persécutés par les Juifs, loin d'en être les persécuteurs.

·6l) La formule des prières étant ordinairement cabalistique est difficile à retenir par coeur.

62) Ce qui se serait vérifié sur Samuel s'il avait.changé d'avis sur la nécessité de réciter la bénédiction des Minéens.

63) "P77X ce mot veut dire ici Chrétien, ce me semble, car un Saducéen proprement dit pouvait remplir la charge de Grand-Prêtre sans paraître impie aux yeux des Juifs de ce temps, ainsi que le prouve l'exemple du Grand-Prêtre Caïphi dans I'Evangile.

64) Raschi : qui a fait tuer les sages d'Israël.

« PrécédentContinuer »