La civilisation au cinquième siécle: Introduction & une histoire de la civilisation aux temps barbares, suivie d'un essai sur les écoles en Italio du Ve aux XIIIe siécle, Volume 1

Couverture
J. Lecoffre, 1855
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 47 - Au reste, si les lois romaines ont paru si saintes, que leur majesté subsiste encore malgré la ruine de l'empire, c'est que le bon sens, qui est le maître de la vie humaine, y règne partout, et qu'on ne voit nulle part une plus belle application des principes de l'équité naturelle.
Page 205 - Mercure veut donner pour compagnes à son épouse; ces sept compagnes sont : la Grammaire, la Rhétorique, la Dialectique, l'Arithmétique, la Géométrie, l'Astronomie et la Musique, c'està-dire les sept arts libéraux des anciens.
Page 108 - Que nul n'entre ici, s'il n'est géomètre;» et, sept cents ans plus tard, Porphyre avouait « qu'entre tant de sectes il n'en connaissait aucune qui eût enseigné la voie de la délivrance pour toutes les âmes.
Page xxii - J'en sortirai pour visiter les temps qui vont de Charlemagne aux Croisades, comme un purgatoire où pénètrent déjà les rayons de l'espérance. Je trouverai mon paradis dans les splendeurs religieuses du treizième siècle.
Page xxi - J'écris comme travaillaient ces ouvriers des « premiers siècles, qui tournaient des vases d'argile « ou de verre pour les besoins journaliers de l'Église, « et qui, d'un dessin grossier, y figuraient le bon Pas« teur ou la Vierge avec des saints.
Page xii - C'est alors que l'enseignement d'un prêtre philosophe me sauva. Il mit dans mes pensées l'ordre et la lumière ; je crus désormais d'une foi rassurée, et touché d'un bienfait si rare, je promis à Dieu de vouer mes jours au service de la vérité qui me donnait la paix. Depuis lors, vingt ans se sont écoulés. A mesure que j'ai plus vécu, la foi m'est devenue plus chère ; j'ai mieux éprouvé ce qu'elle pouvait dans les grandes douleurs et dans les périls publics ; j'ai plaint davantage...
Page x - Si je vendais la moitié de mes livres pour en donner le prix aux pauvres, et, me bornant à remplir les devoirs de mon emploi, je consacrais le reste de ma vie à visiter les indigents, à instruire les apprentis et les soldats, Seigneur, seriez-vous satisfait, et me laisseriez-vous la douceur de vieillir auprès de ma femme et d'achever l'éducation de mon enfant?
Page 185 - Nous avons appris que certains « maîtres introduisaient un nouveau genre de discipline, « qu'ils se nommaient rhéteurs latins. Nos ancêtres ont « réglé ce qu'il leur convenait de faire apprendre à « leurs enfants, et quelles écoles ils voulaient leur faire « fréquenter. Ces nouveautés, contraires aux coutumes « de nos aïeux, ne nous plaisent point et ne nous parais
Page x - fondement à un ouvrage longtemps rêvé. Voilà cependant que je « suis pris d'un mal grave, opiniâtre, et d'autant plus dangereux « qu'il cache probablement un épuisement complet. Faut-il donc « quitter tous ces biens que vous-même, mon Dieu, m'aviez don
Page 276 - Je ne voulus pas lire au delà ; et il n'en était » pas besoin. Aussitôt en effet que j'eus achevé » cette pensée, comme si une lumière de sécurité » se fût répandue sur mon cœur, les ténèbres du » doute disparurent. » Alors ayant marqué le passage du doigt, ou -» par quelque autre signe , je fermai le livre , et

Informations bibliographiques