Images de page
PDF
ePub

si

A

puiffent porter du crime; point d'Art fi falus-
taire, dont ils ne foient capables de renverser
les intentions; rien de fi bon en foy, qu'ils ne
puiffent tourner à de mauvais ufages. La M.-
decine est un Art profitable, & chacun la
revere comme une des plus excellentes chofes
que nous ayons; & cependant il y a eu des
temps où elle s'est rendue odienfe, & fouvent
on en a fait un Art d'empoisonner les hommes.
La Philofophie eft un prefent du Ciel: Elle
nous a esté donnée pour porter nos efprits à la
connoiffance d'un Dieu,
par la contemplation
des merveilles de la Nature; & pourtant on
n'ignore pas que Jouvent on l'a détournée de for
employ & qu'on l'a occupée publiquement à
foutenir l'impieté. Les chifes mejmes le plus
Saintes ne font point à couvert de la corruption
des homines; & nous voyons des Scelerats; qui
tous les jours abusent de la pieté, & la font
fervir mechamment aux crimes les plus grands:
mais on ne laiffe pas pour cela de faire les dif
tinctions qu'il eft b foin de faire. On n'enve-
loppe point dans une fauffe confequence la bonté
des chofes que l'on corrompt avec la malice
des corrupteurs. On fepare toûjours le mauvais
ufage d'avec l'intention de l'Art; & comme on
ne s'avife point de défendre la Medecine, pour
avoir efté bannie de Rome; ni la Philofophie,
pour avoir efté condamnée publiquement dans

>

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Athenes; on ne doit point auffi vouloir interdire la Comedie, pour avoir esté cenfurée en de certains temps. Cette Cenfure a eu fes raisons qui ne fubfiftent point icy. Elle s'eft renfermée dans ce qu'elle a pû voir, & nous ne devons point la tirer des bornes qu'elle s'eft données, l'étendre plus loin qu'il ne faut, & luy faire embraffer l'innocent avec le coupable. La Comedie qu'elle a eu diffein d'attaquer, n'eft point du tout la Comedie que nous voulons défendre. Il fe faut bien garder de confondre celle là avec celle-cy. Ce font deux perfonnes de de qui les mœurs font tout-à fait oppofees. Elles n'ont aucun rapport l'une avec l'autre, que la reffemblance du ce feroit une injuftice épouventable que de vouloir condamner Olimpe, qui eft fernme de bien, parce qu'il y a eu une Olimpe qui afté une débauchée. De femblables Arrefts fans doute feroient un grand difordre dans le monde. Il n'y auroit rien par là qui ne fust condamné ; & puis que l'on ne garde point certe rigueur à tant de chofes dont on abuse tous les jours, on doit bien faire la même grace à la Comedie, & approuver les Pieces de Theatre, où l'on verra regner l'inftruition & l'honneteté.

nom

[ocr errors]
[ocr errors]

Fe fçai qu'il y a des Efprits dont la délicateffe ne peut foffrir aucune Comedie ; qui difent que les plus honnêtes font les plus dange

[ocr errors]

.

reufes ; que les paffions que l'on y dépeint, font d'autant plus touchantes, qu'elles font pleines de vertu, & que les ames font attendries par ces fortes de reprefentations. Je ne vois pas quel grand crime c'est que de s'attendrir à la vue d'une passion honnête; & c'est un haut étage de vertu, que cette pleine infenfibilité où ils veulent faire monter noftre ame. Je doute qu'une fi grande perfection foit dans les forces de la Nature humaine ; & je ne sçai s'il n'est pas mieux de travailler à rectifier & adoucir les paffions des Hommes, que de vouloir les retrancher entierement. J'avoue qu'il y a des lieux qu'il vaut mieux frequenter que le Theatre; & fi l'on veut blâmer toutes les chofes qui ne regardent pas directement Dieu & noftre falut il est certain que la Comedie en doit eftre; & je ne trouve point mauvais qu'elle foit condamnée avec le refte: mais fupposé, comme il eft vray, que les exercices de la Pieté fo: ffrent des intervalles, & que les Hommes ayent befoin de divertiffement, je foutiens qu'on ne leur en peut trouver un qui foit plus innocent la Comeque die. Je me fuis étendu trop loin. Finiffons par Le mot d'un grand Prince fur la Comedie dis Tartuffe.

.

Huit jours après qu'elle eut efté défendue on reprefenta devant la Cour une Piece intitulée, Scaramouhe Hermite; & le Roy en fortant,

I

: dit au grand Prince que je veux dire: Je voudrois bien fçavoir pourquoy les Gens qui fe fcandalifent fi fort de la Comedie de Moliere, ne disent mot de celle de Scaramouche. A quoy le Prince répondit: La raifon de 1 cela, c'eft que la Comedie de Scaramouche joue le Ciel & la Religion, dont ces Meffeurs-là ne fe foucient point: mais celle de Moliere les jouë eux-mêmes ; c'est ce qu'ils ne peuvent fouffrir.

[ocr errors]
[ocr errors]

[ocr errors]

!

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

Comm

Omme les moindres chofes qui partent de la plume de Monfieur de Monere, ont des beautez que les plus délicats ne fe peuvent laffer d'admirer, j'ai crû ne devoir pas negliger l'occafion de vous faire part de fes Placets; & qu'il eft à propos de les joindre à Tartuffe, puifque par-tout il y eft parlé de cette incomparable Piece.

[merged small][ocr errors]
« PrécédentContinuer »