Images de page
PDF
ePub

n'était né que pour faire périr Orion, et que celuici était mort de la morsure de cet animal placé aux cieux en opposition avec lui', de manière qu'Orion se couchât toujours au lever du scorpion . Orion, dit Aratus, parait toujours fuir effrayé de sa vue 5.

Orion s'était vanté , vis-à-vis Diane et Latone, d'être assez habile chasseur pour exterminer tous les animaux que la terre pourrait produire. La terre indignée produisit le scorpion, qui devait le faire périr lui-même. Jupiter, par admiration pour la force de ces deux rivaux, plaça le scorpion aux cieux avec Orion pour qui Diane sollicita cette faveur.

D'autres disent que c'était Diane elle-même 5 qui avait donné naissance à ce scorpion sur le mont Chélippius, dans l'île de Chio, où Orion avait coutume de chasser et de braver sa puissance. La Déesse irritée suscita un scorpion qui fit périr Orion, et elle obtint ensuite que le reptile qui avait servi sa vengeance fût placé au nombre des signes. Son énorme grandeur lui en fait occuper presque deux entiers. Eratosthène prétend qu'Orion avait voulu violer Diane, et que le scorpion, défenseur de la Déesse, ful placé aux cieux par Jupiter parmi les astres les plus brillans, afin d'apprendre à la postérité sa force et sa puissanceo. C'est ce monstre qui effraie aussi les chevaux du cocher Phaëton

[ocr errors]

placé au-dessus d'Orion , et qui se couche peu de temps après lui '. C'est lui qui dévore les testicules du taureau placé entre le cocher et Orion, et qui se couche avec eux, comme on peut le voir dans le monument de Mithra.

On aperçoit aisément l'origine de ces diverses fictions.

On l'appelle d'un nom générique la grande bete, le monstre effroyable. Orion était surtout observé des matelots : comme un des astres qui donnaient le plus de tempêtes; et son ennemi le scorpion passait pour être d'une redoutable influence dans les naissances *.

On lui donne divers noms.

Les Arabes le nomment acrab, alacrab et par corruption, alatrab 5 alacrabo.

Les Hébreux, acrab.
Les Syriens, alcrevo.
Les Perses , ghezhdúm.
Les Turcs, koirugi et uzín kvirughi .

Les Indiens, gazdom en pelhvi”, qurou chikam en brame 8. .

Les Grecs, scorpios , mega thêrion.
Les Latins , scorpius, nepa', fera magna , retro-

[merged small][merged small][ocr errors]

a

[ocr errors]

savoir les serres, chelæ , dont nous avons parlé à l'article de la balance.

On remarque surtout une étoile rouge de première grandeur placée au coeur du scorpion, connue sous le nom d'antares ? ; c'est une des quatre étoiles royales. On l'appelle en arabe kalbel-ucrab , kal-al-acrab , colbolacrabi, ou simplement calb *; elle a pris d'elle deux autres petites étoiles appelées al-nayat, proecordia. On lui donne aussi le nom d'alcantub 6 et de vespertilio .

Les Chaldéens nomment alascha', leschat , leschaton , schomlek, moslek, lesath et lessaa-el-aakrab, une étoile de l'aiguillon du scorpion '. Peutêtre est-ce celle qu'Hesychius désigne sous le nom de lésos ; mais, comme il la dit très-brillante, peut-être est-ce la brillante du coeur du scorpion, antarès ou antartés 10.

Ulugbeigh "parle de trois étoiles brillantes du front, nommées iclil-al-gjeb'ha. La plus australe est gjeb'ha-al-acrab ou le front; celle de l'aiguillon est shaula ; hors de la constellation sont des nébuleuses qui suivent l'aiguillon. C'est tali-al-shaula.

Iclil-al-gjeb'ha , ou la couronne du front, fixe la dix-septième station de la lune", celle du coeur est la dix-huitièine, et al-shaula la dix-neuvième.

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[graphic]
« PrécédentContinuer »