Images de page
PDF
ePub
[graphic]

Les Hébreux, deli'. f la t ion
Les Syriens, daulo.

is
Les Perses, dúl. adeoqu
Les Turcs , kúgha.

Tous ces noms désignent une urne et une cruche . Les Egyptiens, monius .

l a ngit Les Indiens le nomment del ou dol en pelhvi“, coumbum en brame 5. die

Les Grecs, hydrochoos , calpe.

Les Latins, aquarius et amphora , situla, urna , fusor aquæ , fundens latices °, tyramus aquæ , pyris, cotylè 10, amnis aquariä!", juvenis regens aquam ", Hermidonė 13, Junonis astrum , Idæus, Jovis cyncedus, catamitus, pincerna, hydridurus, hydrochoos 14.

Les Arabes y peignent un mulet portant deux seaux 15.

de On distingue plusieurs parties : l'urne ou le vase . du verseau, calpête; le courant d'eau, effusio aquæ"?;

enfin vestis, ou son manteau , ephatis 18, mantile. L'étoile de la jambe s'appelle scheat 19. b Ulugbeigh 20 appelle la plus brillante des deux qui sont à l'épaule droite, sad al-melik; celles de l'épaule gauche, sad al-siud , les trois de la main savo 02:39 9 32

BORBIDD MOL 1 Kirk. OEdip , t. 2, part. 2, p. 199.-2 Hyd. ibid. --3 Cæs., c. 11, p. 92. — 4 Anquetil. — 5 Gentil. — 6 Hipp., 1. 1, c. 3, Procl., c. 6. — 7 Germ., p. 7. - 8 Ausonius. — 9 German., c. 36. — 10 Stoff., p. 14. — 11 Manil., 1, 1. – 12 Ovid. Fast., 1. 1, 652. — 13 Vitr., l. 9, c. 6.— 14 Cæsius, p. 92. — 15 Scal., p. 440.--:6 Hipp., 1.2, c. 22.-17 Arat., v. 393-399. - 18 Hip., ibid. - 19 Bay., tab. 32. – 20 Ulugb., p. 98-104..

gauche, sad bula; celles de la droite, sad, alachbijà; celle de l'extrémité de l'eau, qui est dans la bouche du poisson austral, al-diphda al-auwal, phẩm al-bát al-genub.. .

Sad al-melik signifie la fortune du roi ?; sad alsiud , la fortune des fortunes; c'est la vingt-qua-. trième station de la lune. Sud bula fortuna deglutientis, est la vingt-troisième station. On compte auprès quelques étoiles appelées alana.

Såd alachbija, fortuna tentoriorum , est la vingt-. cinquième station.

L'étoile de la bouche du poisson austral est diphda auwal, première grenouille , ou phem al-hút gjenubi, bouche du poisson austral. .

Bula est composé de deux étoiles, dont l'une obscure, et l'autre brillante. Celle-ci, par son éclat, semble engloutir et absorber l'autre. Elle se lève dans la nuit du second mois canům, et se couche à la fin du mois ab. , ; ; · Aquarius étend sa main gauche jusqu'au dos du capricorne ”; de la droite, il touche presque la crinière du Pégasé. Il regarde le levant, et descend sous les flots à reculons. L'eau de son fleuve se termine au poisson solitaire ou unique, connu sous le nom de poisson austral. Il se couche et se lève la tête la première. .. · Vers la trentième partie d'Aquarius, se lèvent, avec le signe même, la faulx, le loup, le lièvre, le petit aquarius et l'autel , suivant Firmicus ...

1 Hyd., p. 42-43. - 2 Hyg., 1, 3, c. 28. Theon., p. 136, 3 Firm., l. 8, c. 39.

[graphic]
[ocr errors]
[graphic][graphic][merged small][merged small]
[graphic]

· Nigidius raconte que ces poissons étaient dans le fleuve Euphrate; qu'ils y trouvèrent un oeuf d'une énorme grosseur; qu'ils le roulèrent sur le rivage; qu'une colombe, ou l'oiseau de Vénus, qui a son exaltation dans ce signe, vint le couver, et peu de jours après il en sortit la Déesse de Syrie, la même que Vénus. Cette Déesse bienfaisante s'intéressait au bonheur des hommes, et fit pour eux tout ce qu'elle crut de plus utile. Son respect pour les Dieux, sa bienfaisance envers les hommes lui ayant · mérité le plus grand éloge, Jupiter voulut savoir ce

qu'elle désirait qu'il fit pour elle. Sa demande fut qu'il accordât les honneurs de l'immortalité aux poissons qui avaient présidé à sa naissance. En conséquence, ce Dieu leur donna une place parmi les douze signes du zodiaque. Depuis ce temps, les Syriens ne'mangent plus de poissons, et ils honorent singulièrement les colombes.

O D'autres prétendent" que Vénus vint avec Cupi-, don, son fils, sur les bords de l'Euphrate, et que, dans ce moment même, Typhon parut; que la

[ocr errors]

Déesse effrayée se jeta dans les eaux avec son fils, et qu'ayant pris la forme de poissons , ils échappèrent ainsi au danger. On ajoute que c'est depuis ce temps-là que les Syriens s'abstiennent de pêcher des poissons et d'en manger, dans la crainte que leurs filets n'enveloppent ces divinités. Eratosthène prétend que des hommes étaient nés de ces poissons.

Théon · veut que ces deux poissons soient les deux enfans du poisson austral, à la suite duquel ils se lèvent, et qui avaient sauvé des eaux Dercé ou Derceto, fille de Vénus '; ce qui leur a mérité le culte que leur rendent les Syriens. On en distingue deux, l'un boréal, placé sous Andromède; l'autre austral, plus au midi'. Le poisson boréal est le plus fort, et il a une tête d'hirondelle. Les Chaldéens l'appelaient le poisson- hirondelle ou chélidonien.

Ils sont unis entre eux par un lien appelé linos", syndesmos 6. Ce lien s'étend jusque sous artes ?. Cicéron l'appelle nodus, le nõud du lien des poissons et même de la sphère®, à cause de sa position près du point équinoxial et de la séparation des deux hémisphères. Germanicus le nomme alligamentum luteum et connexio piscium. .

Ils ont plusieurs noms dont voici les principaux:

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
« PrécédentContinuer »