Images de page
PDF
ePub
[graphic]
[ocr errors]
[graphic]
[graphic]
[graphic]

soura, 1 et Cynosuris,micraarctos, ou petite ouse 2. Théon la fait culminer ou passer au méridien au du bélier 5.

^atins 4 la nomment fera minor, septemtrio, osura, umbilicus, ignis, catuli, canes laconicœ, plaustrum minus, ursa minor.

III.. LE DRAGON.

Le dragon est une constellation fort gr se replie entre les deux ourses. C'est le fameux dragon qui gardait, dit-on, les pommes du jardin des Hespérides 5, et qui, ayant été tué par Hercule, fut mis au nombre des constellations par Junon, qui l'avait préposé à la garde de son jardin, ou du jardin des Hespérides 6. Phérécyde raconte que lorsque Jupiter épousa Junon, les Dieux leur firent les présens de noce; celui de la terre fut des pommes d'or si belles, que Junon ne put s'empêcher de les admirer et d'en faire planter l'arbre dans le jardin des Dieux, près du mont Atlas. , Comme les Atlantides ou les filles d'Atlas en détachaient toujours quelques fruits, Junon fit garder l'arbre par un serpent redoutable d'une énorme grandeur. C'est ce serpent qui est actuellement aux cieux, où il fut placé après qu'il eut été tué par Hercule. L'image de ce héros semble encore appuyer sur lui son pied, de manière à présenter

[ocr errors]

mortels un monument de sa victoire sur ce terrible dragon. Hercule y paraît dans l'attitude où il était quand il le tua, et le dragon a l'air d'avoir la tête à demi-coupée; le vainqueur a les bras élevés, et tient à la main gauche la peau du lion qu'il avait vaincu dans son premier travail, et dans la droite sa massue1. Il s'appuie sur un genou,et étend son pied droit sur le monstre qu'il a terrassé.

Quelques auteurs ont prétendu que c'était le dragon que les géans opposèrent à Minerve dans la guerre des géans contre les Dieux, et que la Déesse, s'en étant saisi, le lança au ciel et l'attacha près du pôle' , autour duquel il paraît encore entortillé. On le faisait fils de Typhon 3 et d'Echidna, et frère de la Gorgone, du cerbère et du dragon gardien de la toison d'or 4; c'est-à-dire de tous les monstres mythologiques qui empruntaient des serpens célestes leurs attributs.

Théon y voit de plus le fameux serpent Python et le dragon de Cadmus 5, l'un vaincu par Apollon ou le soleil, et l'autre par le même Dieu sous les formes de l'Esculape ou du serpentaire, qui monte aux cieux avec le dragon du pôle.

Le même auteur 6 veut que ce soit aussi le dragon dont Jupiter prit la forme pour se soustraire aux poursuites de Saturne. On raconte, en effet, que Jupiter nouvellement né fut nourri par les deux nymphes Hélice et Cynosura , que ce Dieu méta

î Germ. ibld.,c. 3. — * Hygin, c. 5. — ' Hygin., Fab. 3o. — * Idem. Proleg., p. a. — s Theon, p, n3, — 6 C. 6. TOME ix. 18

morphosa en ourses pour les dérober à la poursuite de Saturne, et qu'il se changea lui-même en serpent; qu'ensuite, devenu maître de l'Olympe, il plaça aux cieux les formes qu'il avait prises, lui et ses nourrices \ Ce dragon a sa tête sous les pieds de Ylngéniculus.

On lui donne différens noms dont voici les principaux:

Les Arabes le nomment tinnîn', al haha, taabàn, aben, taben, etabin.

Les Hébreux, tannin, étanim*.

Les Perses, azhed *.

Les Turcs , etanin 5.

Les Grecs, ophis*, megas dracôri1.

Les Latins, anguis*, serpens, draco ccelestis9, mirabile monstrum ,0, obliquus draco'*.

L'étoile de la langue du dragon" se nommea/rahis; les trois de la gueule , situées au-dessous de l'œil, alawâid; celle qui est au-dessus de la tête, ras altinnim ; celle du repli, al-athaphi; la suivante des deux qui sort du triangle , adphar-al-dib; la plus boréale qui se trouve en ligne droite après cette étoile, aldib; celle du repli près la queue au côté occidental, aldibh13.Il y a, dit Hyde14, dans la tête du dragon quatre étoiles appelées ahawâid, al-sa

'Theon,p. n4- — aHyd. Com. Ulugb., p. i3-i5. Kirk. Œdip., t. 2, pars 2, p. 196. — 3 Bay. t. 3. — * Hyd., ibid.— s Bay., tab. 3. — 6 Hipp., 1, 1, c. 2.-7 Arat., v. 187. — 8 Virgil. Georg. — 9 Nonn., 1. 1, v. 18g. — "> Germanie. — "Arat., v. 3o-/,6. Firmic.,1. 8, c. 16. —"Ulugbeigh, p. 12. - '*P. 12-16. - «« Hyd.,ibib.. p. I3-i5.

« PrécédentContinuer »