Images de page
PDF
ePub

mortels un monument de sa victoire sur ce terrible dragon. Hercule y paraît dans l'attitude où il était quand il le tua, et le dragon a l'air d'avoir la tête à demi-coupée; le vainqueur a les bras élevés, et tient à la main gauche la peau du lion qu'il avait vaincu dans son premier travail, et dans la droite sa massue'. Il s'appuie sur un genou,et étend son pied droit sur le monstre qu'il a terrassé.

Quelques auteurs ont prétendu que c'était le dragon que les géans opposèrent à Minerve dans la guerre des géans contre les Dieux, et que la Déesse. s'en étant saisi, le lança au ciel et l'attacha près du pôle', autour duquel il paraît encore entortillé. On le faisait fils de Typhon et d'Echidna, et frère de la Gorgone, du cerbère et du dragon gardien de la toison d'or"; c'est-à-dire de tous les monstres mythologiques qui empruntaient des serpens célestes leurs attributs.

Théon y voit de plus le fameux serpent Python et le dragon de Cadmus, l'un vaincu par Apollon ou le soleil, et l'autre par le même Dieu sous les formes de l'Esculape ou du serpentaire, qui monte aux cieux avec le dragon du pôle.

Le même auteur veut que ce soit aussi le dragon dont Jupiter prit la forme pour se soustraire aux poursuites de Saturne. On raconte, en effet, que Jupiter nouvellement né fut nourri par les deux nymphes Hélicé et Cynosura , que ce Dieu méta

[ocr errors][subsumed]

morphosa en ourses pour les dérober à la poursuite de Saturne, et qu'il se changea lui-même en serpent; qu'ensuite, devenu maître de l'Olympe, il plaça aux cieux les formes qu'il avait prises, lui et ses nourrices'. Ce dragon a sa tête sous les pieds de l'Ingénia culus.

On lui donne différens noms dont voici les principaux:

Les Arabes le nomment tinnin', al.haha, taabàn, aben, taben, etabın.

Les Hébreux, tannin, étanim ?.
Les Perses, azhed 4.
Les Turcs , etanin 5.
Les Grecs, ophis®, megas dracón".

Les Latins, anguis , serpens, draco cælestis!, mirabile monstrum *°, obliquus draco". .

L'étoile de la langue du dragon' se nomme alrahis; les trois de la gueule , situées au-dessous de l'oeil, alawáid; celle qui est au-dessus de la tête , ras altinnim; celle du repli, al-athaphi; la suivante des deux qui sort du triangle , adphar-al-dib ; la plus boréale qui se trouve en ligne droite après cette étoile, aldib; celle du repli près la queue au côté occidental, aldibh's. Il y a, dit Hyde", dans la tête du dragon quatre étoiles appelées al-awaid, al-sa

'Theon , p. 114. — * Hyd. Com. Ulugb., p. 13-15. Kirk. Edip., t. 2, pars 2, p. 196. — 3 Bay. t. 3. — 4 Hyd., ibid.5 Bay., tab. 3. – 6 Hipp., 1, 1, c. 2. — 7 Arat., v. 187. -8 Virgil. Georg. — 9 Nonn., l. 1, v. 189. — 10 Germanic. — ** Arat., v. 30-46. Firmic., l. 8, c. 16. - 12 Ulugbeigh, p. 12, - 13P. 12-16. — 4 Hyd., ibib.. p. 13-15,

lib waki. Entre elles et celles qu'on appelle tas alpherkadein, on trouve deux étoiles brillantes, alauhakan et al-diban. Alawaid sont, comme les corybantes, des musiciens qui touchent sur un instrument appelé oud, espèce de lyre. Al-salib-alwaki est la croix tombante. Alauhakas est son singulier al-áuhak signifient un taureau noir et un corbeau noir. Deban , dont le singulier est aldib, est un loup. La première étoile est al-råkis ou arrákis, le danseur.Ras al-tinnin est la tête du dragon, raso tabanni, etabin, daban, tanin, etanin , attanino'.

On remarque aussi près de la courbure ou du second repli du dragon, altais, le bouc, ou altiyasán, les deux boucs. Les étoiles quatorze, quinze, seize se nomment al-atâphi; les étoiles vingt et vingtune , adphär aldib , les ongles du loup; la vingtseptième , al-dibh, la victime, placée devant s'ad al-dábíh, fortuna mactantis, qui est dans la corne suivante du capricorne.

On distingue surtout celle de la tête, rastaben'.

Les marbres d’Azoph en appellent cinq étoiles, les cinq dromadaires, et deux, les deux loups'.

On donne encore à cette constellation les noms de palmes emeritus, de coluber arboremconscendens, draco tortus , anguis ", sidus Minervce, Bacchi, A Esculapii, Pithon, ladon , au lax.

IV. CÉPHÉE. Cépnée était un roi d'Ethiopie", fils de Phénix, 'Cæsar, c. 3, p. 112. — Bay., tab. 3. Stoffl., c. 14.- Bay, ibid. – 4 Cæs., c. 3, p. 111. - 5 Hyg., l. 2, c. 10

un

[ocr errors]

époux de Cassiopée , et père de la fameuse Andromède qui fut exposée à un monstre marin, et qu'épousa Persée après l'en avoir délivrée. Pour perpéluer le souvenir de cette histoire, tous les acteurs furent placés aux cieux par Minerve près du pôle boréal'.

Il y est représenté les mains et les bras étendus, comme exprimant encore le sentiment de sa douleur'. Il est placé derrière la petite ourse, renfermé dans le cercle arctique, depuis les pieds jusqu'à la poitrine, et peu distant du pli que forme le cou du dragon. Ces pieds sont écartés d'une quantité égale à celle qu'il y a entre eux et les pieds de la petite ourse'; sa tête paraîl se coucherau lever du scorpion, et se lever avec le sagittaire. Son lever le soir, en été, semble redoubler les ardeurs de la canicule*. Columelle le fixe au 7 des ides de juillet, ou près de la Saint-Jean, avec annoncede tempête.

De là les noms de flammiger, inflammatus, incensus, pyrracheus, dominus solis e..

Les Babyloniens l'appelaient phicares ?.

Les Arabes, cheicus , cancaüs®, cheguinus, ceginus, kikaüs, etc. Beaucoup de ces noms sont vicieux et des altérations du grec kepheus'.

Les Grecs l'appellent Céphéus!", l'homme-roi ou : 'Germ., c. 14. Eratosth., c. 15. — * Theon, p. 126. Arat., v. 183. — 3 Hyg., l. 3, c. 8. — 4 Horac.; I. 3. Od. 23, v. 17. - 5 Colum., l. 11, c. 2, p. 428. — Scalig. , p. 429. Ricciol., p. 126. Bay., t. 4. Alphons., p. 214. – 7 Nabod. Astrol.,p. 204. – 8 Ricciol. ibid. Scalig., p. 429. - 9 Ayd. Comm. ad Ulugbeigh, p. 15. — 10 Hipp., l. 1, c. 2. Arat., v. 631.

le roi', basileios , et le vieux marin', Nereus. Ils lui donnaient l'épithète d'Iasides 3 ou de descendant d'Iasus. Io fut fille d'Inachus , dit Théon"; Epaphus fils d'Io. De lui naquit Lybie, mère d’Agénor, dont Céphée fut fils. Théon ajoute que son attitude est telle dans les cieux, qu'il semble chercher à effrayer la baleine, et qu'il étend la main pour avertir sa fille de se garder du monstre, qui descend avec elle au sein des flots. Car le monstre, en se couchant, semble se précipiter sur elle.

J'observerai que c'est cette apparence astronomique même qui a donné lieu à la fiction d’Adromède exposée à un monstre marin. Par la même raison, le lendemain, lorsqu'elle se lève, on ne voit plus de baleine ; mais on voit Persée qui précède Andromède, et qui la ramène sur l'horizon. De là est née la fable de Persée qui délivre Andromède exposée à un monstre marin. Aratus lui donne l'épithète d'infortuné; c'est, dit Théon ", pour rappeler les malheurs de sa maison, causés par Cassiopée son épouse. On le représentait sous les traits d'un homme qui a la figure enflammée ®; on lui donnait une ceinture et une tiare ?. Les fragmens d'Azoph y peignent ® un berger, ses brebis, son chien et un demi-cercle entouré d'ailes.

Ulugbeigh appelle celle du pied gauche; le berger, al-rai; la troisième et la quatrième du côté

Nonn. et Ricciol., p. 125. - ? Bay., tab. 9. - 3 Arat.. V. 179. — * Theon, p. 126., Hyg. Fab. 149. _5 Theon., ibid. - 6 Leopold., Ducis Austriæ Filius. - ? Cæs., C. 4, p. 114. - 8 Ricciol., p. 114. - 9 Ulugbeigh , p. 16-17.

« PrécédentContinuer »