Images de page
PDF
ePub

l '*' *' ' -''..*

XII» L1HfiRCM..E ÀGBMdïJJLLÉ.'

La figure céleste, appelée engonasis chez les Grecs' ingeniculus chez les Latins, deux mots qui se traduisent par agenouillé^ à. cause de la positon qu'elle a dans la sphère, a été regardée, par les anciens, comme celle d'Hercule, dont d'ailleurs elle a tous les attributs, tels que là massue, la peau de lion et la branche de pommes cueillies au jardin des Hespérides'.Ce héros y paraît combattre et écraser soùs son pied le terrible dragon 3 qui gardait l'arbre qui'portait ces pommes précieuses *. Souvent il portait un globe étoile sur sa tête, comme s'il se (utchargé du fardeau d'Atlas. D'autres fois, c'était un hémisphère concave ou cadran solaire que ses statuesportaient ,s.

Quelques auteurs ont placé, dans la constellation de Y Ingeniculus6, Ceteus, fils de Lycaon, père de Mégisto, lequel semble pleurer le sort de sa fille changée en.ourse.. Car il est représenté agenouillé, les mains étendues7 vers le ciel, et comme suppliant* les Dieux de la lui rendre. Cette peinture était plutôt celle de Çéphée.

Hegesianax9 y voyait Thésée à Trézène soulevant avec effort l'énorme'pierre sous laquelle Egée, son père, avait cache' l'épée qu'il devait lui apporter à Athènes, pour se faire reconnaître comme son fils par ce trait de force. C'est pour cela que la lyre placée à côté de YIngém'culus, s'appelle lyre de Thésée, parce que ce héros, instruit dans tous les arts, avait ausi cultivé la. musique.

[graphic]

Quelques-uns plaçaient dans celte constellation Thamiris que les Muses -avaient frappé d'aveuglement , et qui était à genoux à leurs pieds. D'autres y voyaient Orphée tué par les femmes thraces, pour avoir porté un œil curieux dans les mystères de Bacchus.

Eschyle, dans la tragédie de Prométhée, prétend que c'est Hercule combattant, non pas le dragon des Hespérides, mais les Liguriens. Il dit qu'après la conquête des bœufs de Gérion, Hercule, revenant en Italie, traversa la Ligurie. Les peuples-de ce pays voulurent s'opposer à son passage et lui rarVir ses bœufs." Il fut forcé de se mesurer contre eux, et il en perça plusieurs de ses traits; mais ayant épuisé son carquois, il fut assailli par la foule de ces barbares qui le blessèrent. Il se mit à genoux et pria Jupiter de le secourir. Ce Dieu, sensible à son malheur, fit pleuvoir une grêle de pierres, dont se servit Hercule contre ses ennemis qu'il mit en fuite. Jupiter plaça aux cieux l'image de ce héros dans l'attitude où il étaient combattant,"

Abulmazar, au second décan des gémaux, place" jistulator, ternuelles et Hercule : mais on sait que Fan des gémaux était Hercule , et qu'on peignait aussi l'autre avec une flûte, -v. . -' ■- <.* • : *0n lui donna encore les noms de oclàzôn , ùotunétos, corunéphoros\ , porté-massue, îïousle trouvons , sous ce nom j dans le premier travail de Thésée. Cest çe mot que les Latins ont rendu par clavigery clavaJtor; ; *■.•••' *'»'•■■,;

On le nomma aussi ckarops, torvè ïntuens ', cernuator.3, . '. ••. . ■■■ ' - .'•/

Les' Grecs l'appellent engonasis, ghuxeripôn^ oclazoh, agenouillé , cou rbé*. ■-* ■ i" ..." •.

'Les Latins le nomment ingeniculus , procidens in genu-, genu prolapsus 5, incurvatus in genu. flexus 6, nivus, nisus, nessus, toutes traditions des noms grecs qui signifient agenouillé ou appuyé -sur un genou* ■' i • - '•' ■' • y

On l'appelle aussi salator'1, aper, imago labo— ranti similis 8 , amphitryoniadts, héros tirynthius, oêtœus ^ canopius, 'puliéeits, 'caîlinicuSj mellus, melon, melicartus, malica, desahus.^ desanbs, diodos, palœmon ^ maceris. Chez les anciens Germains , almannus', chez les les Romains , sancus9. Il porta aussi les épithètes de irapezins^decubistès^ m caput saltan&i polyplanetos, multis Idhoribus hinc etUlinc dgitatus; de patœcus, epipatœcus; de £tgr»o» ou -gigori*0!'.. •. '-' riOrjd. S!» ofe ijjeWi'l >; ,■-'. .• . .<> , Jjj.-taJiipjJL ",^jk«

■ Hyd. ibid. — 'Ricciol., p. 126..— ' Caes.,p. i54- —4Bav., tab. 7. — 5 Ausone.—c Tab. Alph., p. ai6.—3 Gosselin,p.5. — 8 Bay. i t. 7. Arat., v. 63-j3. Tab. Alph., p. 208. —»Caes., c. i5, p.i54-i55. — <° Cîes.,ibid.

[graphic]
[graphic]

et te tropique > et termine le cercle arctique par ses deux pieds et son genou droit. Les premiers doigts du pied droit touchent le cercle polaire, et le pied gauche tout entier s'appuie sur la tête du dragon; ses épaules soutiennent le tropique d'été, qu'il louCie de sa main droite. Sa main gauChese porte vers son genou gauche. Les quatre étoiles de la main gauche forment ce qu'on appelle la peau du lion. A la main droite est une étoile qui est celle de la massue '. . . .

Il.est des traditions qui portent?-que c'est Ixion qui est figuré dans la constellation de Vlngéniculus. Il y est représenté les bras attachés en punition de la violence qu'il roulait faire à Junon. On sait que cette Déesse, pour le tromper, substitua à sa' plaee une nuée 3 qu'Ixion prit pour elle. De cette union naquirent les centaures. Le sagittaire effectivement se lève aux cieux à la suite de Ylngénzculus *j et le centaure proprement dit se lève en même temps. La couronne australe, placée au pied du centaure sagittaire, se nomme roue d'Ilipn *. -Elle est dans la partie du ciel inférieur appelée-les enfers. C'est en achevant de se lever qu'Ixion ou Vlngéniculus la ramène sur l'horizon; aussi disait-on d'Ixion qu'il roulait sa roue aux enfers * . v . '•

Enfin, il.est, des auteurs qui ont cru que VIngéni' culus était le fameux Prométhée 7 attaché sur le

1 Gern»., c. 3..,Ëratosth., c. 4- ^- 'Hygin, ibid. — * Fulg. JMythbl., l. », Fab. i8- ttygiiu Fab> 6». — -4 Thewi, p. 169. — * P. 145; - « Hgin, F. 16*. —. * Hy#a, 1. 4, c. p

« PrécédentContinuer »