Images de page
PDF
ePub

insensées nées d'un conflit momentané entre les deux puissances ne se réaliseraient pas tant que la pensée ferme et modérée tout à la fois qui dirige la Sardaigne vivrait dans son souverain actuel. On s'était trop hâte de voir dans les concessions faites à la France une menace à l'adresse de l'Autriche : il n'y avait que l'exécution d'un traité conclu avec le gouvernement français.

En vertu des stipulations du traité de commerce du 28 août 1813 (art. 2), la Sardaigne s'était engagée à réduire les droits d'importation sur les eaux-de-vie, sur les articles de mode, sur les vins et sur les porcelaines de France.

Quant au différend qui avait servi de prétexte à ces insinuations, il ne put tenir contre les intentions bienveillantes des deux cabinets l'un envers l'autre. Cédant au væu du gouvernement autrichien, le roi de Sardaigne accepta la proposition de nommer, pour arriver à une solution satisfaisante, une compission mixte composée des plénipotentiaires des deux puissances.

TOSCANE.

Ce sont des réformes que présente aussi l'histoire de la Toscane.

Déjà, il y a deux ans, S. A. R. le grand-duc de Toscane avait réorganise l'Université de Pise de manière à en faire le premier établissement de ce genre en Italie; il voulut compléter son @uvre, en mettant en harmonic les différents degrés de l'instruction publique avec le développement de la science et les progrès de la société civile.

Deux ordonnances furent rendues à cet effet, le 3 décembre. La première ordonnait la formation d'une commission supérieure chargée de proposer un plan de reforme, dit des degrés inférieurs de l'instruction publique, de procurer à chaque classe de la population les moyens les plus étendus de s'instruire, et de répandre, autant que possible, l'enseignement élémentaire parmi le peuple. La commission commencerait ses travaux en rendant compte de l'état actuel de l'enseignement dans les

écoles de garçons, et en examinant les méthodes d'enseignement pratiquées. Elle proposerait ensuite un plan complet d’écoles élémentaires, secondaires et supérieures, à fonder dans les diverses localités, depuis le dernier bourg jusqu'aux villes principales , et de manière à créer un enseignement graduel depuis l'instruction élémentaire jusqu'au passage de la jeunesse à l'Université. Enfin, la commission examinerait la question de savoir dans quelles limites l'instruction publique doit être gratuite, dans quelles circonstances l'enseignement supérieur peut etre assujetti à des taxes modérées , et quelles sont les garanties que le gouvernement a le droit d'exiger de ceux qui se vouent à la profession d'instituteur.

La seconde ordonnance du grand-duc de Toscane établissait la création d'une école normale théorique et pratique, destinée à la formation d'instituteurs habiles et capables. Les fonds nécessaires à cet objet seraient prélevés sur les économies de l'ordre royal de Saint-Étienne.

Quoique la nouvelle école normale fut placée sous le patronage honoraire de l'ordre de Saint-Étienne, elle formerait une dépendance de l'Université de Pise, serait présidée par un recteur, et dirigée par un chef des études et deux adjoints. Pour être admis à l'école normale, il faudrait produire le degré de licencié dans une des Facultés de philosophie ou théologie du grand-duché.

Outre les élèves internes, il y aurait des agrégés destinés à l'enseignement des mathématiques et des sciences naturelles. La durée des études de l'école normale ne pourrait etre audessous de trois ans. L'école serait ouverte à dater du 19 novembre 1847.

Une loi publiée le 13 novembre décida qu'à partir du 1er mars 1847, les droits d'ancrage ou tonnage seraient aug. mentés, dans les ports de la Toscane , d'environ 33 pour 100. Ces droits seraient élevés à une demi - livre toscane par tonneau pour tous les bâtiments d'un port supérieur à 50 tonneaux, au lieu d'un tiers de livre payé jusqu'alors. Les autres droits de port et de lazaret restaient les mêmes à peu de choses près. Cette augmentation de droit de tonnage absorbait presque tous les avantages que les Russes avaient oblenus par le traité avec la Toscane, et qui les avaient assimilés, quant au payement de ces droits, aux navires nationaux, en faveur desquels les nouveaux droits ne seraient toujours que de la moitié de ceux payés par les navires étrangers.

Ce nouveau règlement de navigation éleva, dans la proportion suivante, les droits perçus dans les ports du grandduché:

Pour les navires de 1 à 10 tonneaux, l'augmentation du droit d'ancrage serait de 50 pour 100; pour ceux de 10 à 15 tonneaux, de 170 pour 100; de 15 à 20, 60 pour 100; de 20 à 25, 221 pour 100; de 25 à 50,175 pour 100; de 30 à 40, 130 pour 100; de 40 à 50, 125 pour 100; de 50 à 60,52 1/2 pour 100; de 60 à 70, 20 pour 100; de 70 à 80, 25 pour 100; de 80 à 95, 25 pour 100; de 95 à 110, 28 1/2 pour 100; de 110 à 115, 30 pour 100; de 115 à 150, 37 1/2 pour 100; de 150 à 175,36 1/2 pour 100; de 175 à 200, 33 1/2 pour 100. Au-dessus de 200 tonneaux, l'augmentation serait de 25 pour 100.

La portée de cette mesure était révélée par une disposition établissant que ces droits seraient réductibles de moitié pour les navires toscans et ceux des nations avec lesquelles la Toscane est liée par des traités de réciprocité. C'était un appel direct fait aux États qui n'ont point encore de traité de navigation avec le duché, notamment la France et l'Autriche. Le gouvernement français était mis ainsi en demeure d'étendre an pavillon toscan le traitement du pavillon national, mesure qui aurait pour effet de diminuer, au profit de la marine française, la part du pavillon tiers dans l'intercourse des deux pays.

DEUX-SICILES.

Suivant l'exemple si heureusement donné à l'Italie par le nouveau pape Pie IX, S. M. le roi des deux-Siciles rendit, quel

ques jours après la publication du décret d'amnistie par le souverain pontife, un décret en vertu duquel étaient et demeuraient abolies les commissions militaires créées par l'ordonnance du 28 mai 1826, pour juger les délits politiques, qui dorénavant seraient déférés aux tribunaux ordinaires.

La reine de Naples accoucha, le 12 janvier, d'un prince qui fut baptisé le même jour et qui reçut les noms de Gaëtan-MarieFrédéric. Le prince nouveau-né fut tenu sur les fonts baptismaux par le comte d'Aquila , représentant dans cette cérémonie l'archiduc Frédéric d'Autriche. Le titre qui lui fut assigné fut celui de duc de Girgenti. A l'occasion de cet heureux événement, le roi de Naples accorda une amnistie pleine et entière pour les contraventions et délits, et partielle pour les crimes.

DUCHÉ DE MODÈNE.

La mort du duc de Modène appela, cette année, l'attention sur ce petit État, qui reste d'ordinaire en dehors des préoccupations politiques de l'Europe. Le duc François IV, archiduc d'Autriche, prince royal de Hongrie et de Bohème, fils de l'archiduc Ferdinand, avait pour héritier son fils, François-Ferdinand; il régnait depuis le 8 juin 1815.

Le duché de Modène, placé au centre de l'Italie, entre le royaume lombardo-vénitien, le duché de Parme, le grandduché de Toscane et les États de l'Église, renferme une population de 510,093 ames; son revenu est évalué à 5 millions, et sa dette à 1 million et demi. Réuni, en 1803, à la république cisalpine, il fut reconstitué en 1814, et l'article 98 de l'acte général du congrès de Vienne rendit à l'archiduc François d'Este les duchés de Modène, de Reggio et de Mirandole, et à sa mère, l'archiduchesse Béatrice, le duché de Massa, la principauté de Carrara et les fiefs impériaux de la Lunigiana, en réservant toutefois les droits de réversion établis dans les branches des archiducs d'Autriche. Par suite de la mort de l'archiduchesse, ces derniers districts furent réunis au duché le 14 novembre 1829. En vertu de l'article 102 de l'acte général du 9 juin 1815, qui déclara le duché de Lucques reversible au grand-duc de Toscane après la mort de Marie-Louise, le duché de Modène doit encore s'accroître des districts toscans de Fovizano, Pietra-Santa et Barga, et des districts lucquois de Castiglione, Gallicano, Minucciano et Monte-Ignoso.

Ainsi composé, le duché de Modène forme un État indépendant sous la suzeraineté morale de l'Autriche , qui exerçait une grande influence sur le duc François IV. Ce prince, après avoir montré des tendances libérales inquiétantes pour les puissances du Nord, était devenu en Italie le représentant le plus complet des idées contre-révolutionnaires, et seul, en Europe, il protesta contre la révolution de 1830 et se refusa à reconnaitre le gouvernement qui en était sorti.

Sans doute, l'avénement du duc François V n'apporterait que peu de modifications à l'état du duché. Né le 1er juin 1819 et marié depuis quatre ans à la princesse Aldégonde, fille du roi de Bavière, le nouveau prince serait sans doute soumis, comme son père, à l'influence de l'Autriche.

DUCHÉ DE PARME.

On sait qu'une opposition sérieuse s'est manifestée , depuis quelques années, dans ce duché, au sujet de l'introduction des jésuites , chargés par le gouvernement de l'instruction de la jeunesse. Une adresse fut présentée à cette occasion par l'élite de la population de Plaisance. Malgré les efforts faits pour vain cre ces résistances, elles se manifestèrent d'une manière éclatante à propos d'une discussion qui eut lieu dans le conseil municipal de Plaisance, lorsqu'il s'agit de voter le budget des dépenses. La résolution suivante fut prise par le conseil à la presque unanimité ( 17 voix contre 2):

«Le conseil admet sans réserve les 5,200 livres allouées aux RR. PP. jésuites chargés par le gouvernement de la direction du gymnase de Saint-Pierre. Mais, en obéissant à la nécessité légale d'enregistrer cette dépense, il ne sau

« PrécédentContinuer »