Images de page
PDF
ePub

déportés , sauf les ex-présidents Boyer et Hérard, et l'ex-secrétaire d'État Dumesle-Hérard.

Aussitôt que la nouvelle de cette révolution se répandit dans les provinces, elle y fut accueillie avec enthousiasme , et partout, à Leogane, à Jacmel, aux Gonaïves, au Mirebalais, à Lascahobas, le général Riché fut proclamé président par acclamations. Il avait suffi du mot de constitution, avec lequel il avait inauguré son pouvoir, pour lui attirer la sympathie de toutes les populations.

Cependant Pierrot, qui se trouvait au Cap à la tête de l'armée d'invasion de la république dominicaine , envoya les généraux Linding, Simon, Moreau et Brice aux Gonaïves pour se mettre à la tête de la garnison, de la population qui lui serait restée fidèle, et marcher contre l'usurpateur; mais peuple et soldats avaient abandonné son parti. Ses généraux furent d'abord arrêtés comme révolutionnaires, puis relaxés et renvoyés vers lui au Cap pour lui rendre compte des dispositions de la nation à son égard. Craignant que, dans son aveuglement, l'exprésident Pierrot ne tentât, à la tête de son armée, de reprendre le pouvoir et d'engager la guerre civile, la garnison des Gonaives, renforcée de deux bataillons de Saint-Marc ainsi que d'un escadron de cavalerie, se porta sur la frontière du côté du Cap, pour résister et pour défendre le nouvel ordre de choses. D'autres troupes se dirigerent aussi de ce côté avec des approvisionnements et des munitions de guerre, dans le but de s'opposer à toute tentative de Pierrot.

Le général Riché se conduisit avec une louable modération dans cette circonstance, et, pour détourner Pierrot de résister à la volonté populaire ou d'engager une lutte sanglante contre son propre pays, il rendit un arrêté par lequel il accordait à l'ex-président, comme retraite, le traitement attaché au titre de commandant de département, qu'il possédait avant son élévation, et cela à condition qu'il consentirait à rentrer dans la vie privée; il pourrait choisir le lieu de sa résidence.

Le nouveau président se rendit encore populaire par deux HAITI. ordonnances, dont l'une, destinée à soulager la misère du pays, portait qu'il serait frappé une quantité suffisante de monnaie de billon pour contribuer, avec les billets d'une et de deux gourdes, à faciliter la circulation ; l'autre , de nature à ranimer le commerce, révoquait l'arrêté du 13 octobre 1845, qui défendait le travail des coupes d'acajou.

Le 31 mars, le général Pierrot se décida à abdiquer le pouvoir.

Les premiers mois de l'administration du président Riché furent signalés par la solution amiable d'un différend avec la France ( voyez plus haut , France, p. 307).

[blocks in formation]
[blocks in formation]
[ocr errors]
[blocks in formation]

FRANCE (royaume et colonies
Locis-Puiliere ler, - 6 octobre 1773, = roi des Français

9 août 1830.

BELGIQUE (royaume).
Léopold ler, - 16 décembre 1790, = roi des Belges 21 juil-

let 1831.
NEERLANDE (royaume).

Colonies.
FRÉDÉRIC-GUILLAUME II, - 6 décembre 1792,

7 octobre 1840.

CONFEDERATION GERMANIQUE ( sans y comprendre l'Autriche, la Prusse et la Bavière ).

AUTRICHE (empire et royauile de Hongrie).
FERDINAND fer, - 19 avril 1793, 2 mars 1835.

PRUSSE (monarchie).
FREDERIG-GUILLAUME IV, 15 octobre 1795, 57 juin

18.10.

BAVIÈRE (royaume).
Locis jer, 25 août 1786. = 13 octobre 1825.

DANNEMARK (monarchie ).
CHRÉTIEN VIII, 18 septembre 1786, = 3 décembre

1839.

SUÈDE ET NORVÉGE ( royaume uni): OSCAR Jer, - 4 juillet 1799,

= 8 mars 1844. RUSSIE ET POLOGNE (empire et royaume ). Nicolas jer PauloWITSCH , 6 juillet ( 25 juin ) 1796,

1er décembre ( 19 novembre ) 1825. TURQUIE (empire). Europe.

Asie et Afrique.
ABDUL-MEDJID-KUAN, - 19 avril 1823, =1er juillet 1839.

GRECE ( royaume ).
OTHos Jer, 1er juin 1815, = 7 mai 1832.

SUISSE ( confédération, 22 cantons

SARDAIGNE ( monarchie).
CHARLES-ALBERT, 2 octobre 1798, 27 avril 1831.

ETATS-ROMAINS. .
Pie IX, 13 juin 1792, = 16 juin 1846.

DEUX-SICILES ( monarchie)
FERDINAND II, 1810, 8 novembre 1830.

TOSCANE (grand-duché).
LÉOPOLD II, 3 octobre 1797, = 18 juin 1824.
ESPAGNE (royaume ).

Colonies.
IsaBELLE II, 10 octobre 1830, = 29 scptembre 1833.

PORTUGAL (royaume).
Dosa Mabia II, - 4 avril 1819, 2 mai 1826, par l'abdi-

cation de dom Pedro jer.

GRANDE-BRETAGNE ( royaume uni el colonies ). VICTORIA Ire,

54,526,000 4,428,546

[blocks in formation]

90,950

27,000,000

24 mai 1819,

= 20 juin 1837. ETATS-UNIS DE L'AMERIQUE DU NORD ( république. M. Polk , président,

i= 11 mars 1845.

1,570,000

18,980,650

BRÉSIL (empire). Dom PEDRO II,

- 2 décembre 1825, = 7 avril 1831.

130,000

4,500,000

[blocks in formation]

DISCOURS prononcé par le Roi à Les lois de finances et diverses

l'ouverture de la session des lois qui ont pour objet d'introduire Chambres législatives , le 27 dé- dans l'administration des amélioracembre 1845.

tions importantes vous seront inces

samment présentées. Messieurs les Pairs, Messieurs les Je continue à recevoir de toutes DÉPUTÉS,

les puissances étrangères des assu

rances pacifiques et amicales. J'espère En vous réunissant autour de moi, que la politique qui a maintenu la je suis heureux de penser que nous paix générale, à travers tant d'orapouvons nous féliciter ensemble de ges, honorera un jour la mémoire de l'état général de notre patrie. J'ai la mon règne. confiance que l'accord des pouvoirs L'amitié qui m'unit à la reine de de l'Etat , et le maintien de notre po- la Grande-Bretagne, et que récemlitique d'ordre et de conservation, as- ment encore elle m'a si affectueusesureront de plus en plus le dévelop- ment témoignée , et la confiance mupement régulier de pos institutions et tuelle de nos deux gouvernements, le progrès de la prospérité nationale. ont heureusement assuré les bonnes

Mon gouvernement s'est appliqué et intimes relations des deux Etats. La à poursuivre l'exécution des grands convention conclue entre nous, pour travaux que vous avez votés; les me- mettre un terme à l'odieux trafic des sures nécessaires pour les conduire à esclaves, reçoit en ce moment son leur terme vous seront proposées. exécution. Ainsi, par la coopération Nous aurons ainsi, en peu d'années, cordiale des forces maritimes des deux donné à la France, d'une part, de Etats, la traite sera efficacement répuissantes garanties de sécurité, de primée , et, en même temps, notre l'autre , les moyens de déployer son commerce sera replacé sous la surveilactivité féconde, et de répandre le lance exclusive de notre pavillon. bien-être dans toutes les parties de J'ai lieu d'espérer que l'action notre territoire et dans toutes les clas- commune de la France et de l'Angleses de la population. Et en même terre amènera, sur les rives de la temps que ces importants résultats ont Plata, le rétablissement des relations été atteints , la situation de nos finan- commerciales régulières et pacifiques, ces est devenue de jour en jour plus unique but de pos efforts. satisfaisante.

Des événements que je déplore , Ann. hist. pour 1846. App.

1

« PrécédentContinuer »