Images de page
PDF
ePub

qu'elle a de nous acheter des aliments mentent et qu'elles auginen!erent et d'autres articles dont elle a tant encore au delà de tout ce qui s'est vu besoin, el que nous désirons si fort sous l'empire de la politique plus vendre. L'abandon simultané de la libérale que celle adoplee, à moins politique de protection par la Grande- que la restauration de la politique Bretagne ei les Etats-Unis a déjà protectrice ne vienne paralyser ces ouvert de nouveaux et d'importants développements. débouchés à dos produits agricoles Dans mon message annuel de déet autres. Le commerce et la naviga- cembre dernier, un tarif des droits tion ont reçu de nouvelles impulsions. de recettes, basé sur les principes du

Les deux pays en ont également droit existant, a été recninmande. Je profité. L'Angleterre a été forcée, n'ai vu aucune raison de inodifier par des circonstances impérieures à les opinions qui y sont énoncées. l'intérieur, d'abandonner une poli- Dans la prévision des salutaires effets tique qu'elle avait soutenue pendant probables de cette loi, je recomınande des siècles, et d'ouvrir ses marchés le maintien de la politique établie sar à notre immense surabondance de cette loi. Son influence a déjà coincéréales, et l'on croit avec confiance mencé à se faire sentir. L'abandonner que d'autres puissances européennes ou la inodifier, sans l'éprouver lovalefiniront par comprendre la sagessement, serait inopportun el peu sage. (si elles n'y sont pas contraintes par Si l'expérience démontre qu'elle est la pauvreté et les souffrances de entachée de défauis dans certains de leur population) de suivre une poli- ses détails, on pourra la corriger par tique seinblable.

la suite; mais il faut en faire l'excai Nos fermiers sont plus intéressés jusqu'à constatation de ses défauts. que tous autres à maintenir la poli- Vous avez à examiner la question de tique juste et libérale de la loi exi- savoir s'il ne conviendrait pas , stanie. Ils constituent une large comme mesure de guerre, d'imposer majorité de notre population, et l'on des droits sur ceriains articles qui sait que quand ils sont en voie de figurent à la liste des articles francs prospérité, tout prospère. Lorsqu'un de droit. Si l'on jugeait à propos d'immarché étranger est ouvert aussi poser ces droits pour élever les bien qu'un marché national, ils revenus de manière à faire face aur doivent recevoir des prix plus élevés dépenses de la guerre avec le Meripour leurs produits; c'est ce qui que, ou d'éviter la création d'une arrive. Ils trouveront une vente plus delle publique, ces droiis pourraient facile et de meilleurs prix pour leur etre supprimés aussitôt que cesserait blé, leur farine, leur riz, leur mais, l'occasion qui y aurait donné lieu. leur bæuf, leur porc , leur lard , leur

On he

devra pas s'écarter des beurre, leur fromage et les autres principes de politique servant de articles de leurs produits.

base à l'acle du 6 aout dernier, lenLes Elais-Unis, grâce à leur im- tant à pourvoir à la meilleure oryamense excédant, répondent non- nisation du trésor et à la perceprion, seulement aux demandes de l'inté- å la tarde et au déboursement des rieur, mais encore ils peuvent fournir recelles publiques. à tous les besoins et suppléer à tous Toutefois le rapport du secrétaire de les manques de nourriture du monde la trésorerie signale des imperfeciious entier. Il n'est pas douteux que la reconnues dans la pratique ; ces imréduction de la production des prin- perfections sont surtout embarrascipaux articles d'alimentation dans santes lorsque le paysést engagé dans l'Angleterre et les autres parties de une guerre, lorsque les dépenses sont l'Europe aura contribué à l'augmen- accrues, lorsque des emprunts sont tation des demandes de nos céréales projetés, et lorsque les pavements el de nos vivres; Inais la grande doivent se faire à de grandes discause de cette augmentation de tances et souvent à l'étranger. Vous demandes et de prix rient à la sup- aurez à apprécier les modificativas pression des restrictions artificielles spécifiées dans le rapport du secreimposées jusqu'ici. On ne saurail taire de la trésorerie. douter que nos exportations d'ali. J'appelle aussi votre sitention sur meuls ont augmenté, qu'elles aug- l'importance d'établir une succursale de la monnaie des Etats-Unis à l'est des montagnes Rocheuses , doiNew-Yorck. Deux tiers des revenus vent s'étendre jusqu'à l'océan Pacides douanes étant perçus de ce côté, fique. Pour exécuier ces lois, pour la demande des espèces pour payer conserver de bons rapports avec les les droits sera considérable. Une tribus, un certain nombre d'agences succursale de la monnaie, où les indiennes supplémentaires sera indisespèces et les lingots de l'étranger pensable et devra éire autorisé par pourraient être convertis immédiate- iine loi. L'établissement de douanes, ment en espèces américaines, facili- de bureaux de poste, de routes , de terait beaucoup la transaction des services de dépoches, ne peut avoir affaires publiques, agrandirait la lieu non plus sans la sanction légiscirculation de l'or et de l'argent, et lative. Comine ceux de nos compaservirait en meme temps de lieu de trioles qui babitent cette contrée dépôt des fonds publics. La question lointaine ont été assujettis à de nomde la réduction du prix des domaines breuses privations, à de grands sacripublics en vente a iroit à toute votre fices dans leur émigration; comme attention. Des milliers d'acres sont leur travail a augmenté la valeur des offerts à la vente depuis plus de terres faisant partie du domaine trente ans : étant d'une qualité infé- public, je recommande qu'on leur rieure, ils resteront à vendre pendant octroie libéralement des concessions une période indéfinie, à moins d'une de la quantiié de terres qu'ils peuvent grande réduction du prix d'achat. Ces occuper et cultiver. biens sont frappés de stérilité sous Le rapport du secrélaire de la tous les rapports dans leur position guerre contient les détails relatifs à actuelle. C'est une inauvaise politique ioules les branches de service qui que celle consistant à détenir des sont du ressort de ce départeinent. quantités considérables de terrains Je recomınande à votre promple et publics en dehors de l'usage et de favorable attention les mesures prol'occupation des citoyens . en leur posées par le secrétaire de la guerre attribuant des prix exorbitants. pour compléter l'effectif de l'armée

Au contraire, c'est une sage poli- régulière,' afin de la mettre mieux tique que celle consistant à donner en rapport avec les besoins de la à nos citoyens des facilités pour guerre, et pour lever une force devenir propriétaires à des conditions additionnelle pour toute la durée des modérées, au lieu de rester tenanciers opérations militaires contre le Mexiet dépendauls d'autres propriélaires. que. Si l'on craint que les terrains, réduits Nos relations avec les tribus inde prix, deviennent la proie des spé- dieunes continuent à être d'un caracculaleurs ou des capitalistes, les tère pac fique : les malheureuses disventes pourront être restreintes à des sensions qui s'étaient élevées entre quantités limitées aux colons actuels les Cherokees se sont apaisées. Depuis ou aux personnes ach:lant avec in- mon dernier message annuel, d'imtention de se livrer å li culture. Une portants traités ont été négociés grande partie des terres, dont on avec quelques unes des tribus : ces extrait du cuivre et d'autres métaux, trajtés ont éteint les titres de proest représentée comme une acquisi- priété des Indiens à divers territoires tion avantageuse. Je recommande fertiles situés dans le voisinage de qu'il soit adopté une disposition certains Etats de l'Union. Des arranautorisant la vente de ces biens aux gements ont été pris pour reléguer termes et conditions que le congrès les Indiens à l'ouest du Mississipi. jugera conveuables, en jenant comple Dans nos rapports avec les tribus, des intérêts de ceux de nos citoyens nous avons donné une attention parqui pourraient s'y étre établis. Illiculière à l'éducation ; le nombre des sera important, pendant votre ses- écoles établies parmi les ludiens a été sion actuelle, d'établir un gouverne- augmenté, et de nouvelles disposiment territorial dans l’Oregon, et tions prises pour leur donner des d'étendre à tout ce territoire les lois connaissances en agriculture et dans et la juridiction des Etats-Unis. Nos les divers métiers. Je vous renvoie au lois, qui règlent le trafic et les rapport du secrétaire de la marine rapports avec les tribus indiennes à quant aux opérations de ce départe

ment: il est satisfaisant de constater dernier message annuel, à savoir :
que, tandis que la guerre du Mexique que les affaires de ce departement
occupait, sur les côtes de celle ré- (les postes) devraient être réglées de
publique; une notable partie de maniere à obtenir uue balance par-
nos forces navales, le reste a suffi faite entre les recettes et les dépenses.
pour assurer sur tous les autres points Il parait positif que ce résultat peut
du globe la protection à donner à être atteint par le mécanisme de la
notre commerce. On ne négligera loi actuelle, sans changer le tarif en
rien pour rendre la marine eficace vigueur pour le prix des lettres.
dans celle guerre, et je suis beureux Avec pleine confiance dans la sa-
de vous annoncer que les officiers et gesse et dans le patriotisme de vos
les équipages brûlent de se signaler délibérations, je ın'attacherai, comine
au service de leur pays par quelque c'est mon devoir et mon veu le plus
grande entreprise, quelle qu'en soii la cher, à coopérer avec vous à tous
dificulté.

les efforts constitutionnels qui seront
Je recommande à votre sollicitude faits pour étendre le bien-être et
la proposirion d'ajouter à chacune de maintenir l'honneur de notre pairie
nos stations navales à l'étranger un commune
bon steamer et d'établir á Pensacola
un arsenal de réparations pour les
navires de guerre employés dans le
golfe du Mexique. Dans le rapport

MEXIQUE. du directeur général des postes , vous trouverez exposés le progres et la situation du service des malles pour

ADRESSE publiée par le président l'annee écoulée. Les recettes pour

Herrera en abdiquant la présil'exercice finissant le 30 juin dernier

dence, se sont élevées à 3,487,199 dollars, c'est-à-dire à 802,6 12 dollars 45 cents Concitoyens, élevé à la supreme de moins que l'année précédente; magistrature par les suffrages libres les dépenses se sont élevées pour le et unanimes du peuple, j'ai rempli le même laps de temps à 4,084,297 dol- programme d'administration que j'aJars 22 cents; sur cette somme, vais solennellement proclamé devant 597,097 dollars 80 cents ont été tirés le congrès, le 16 septembre dernier. du trésor, d'où il résulte que les Persuadé que l'observation sincere des débours ont été de 236,444 dollars formes constitutionnelles est le seul 77 cents au-dessous de ceux de l'exer- moyen d'assurer la paix et le bonbeur cice précédent.

d'ua peuple, j'ai été invariablemeat Pendant que les dépenses subis- fidèle à mon devoir et à mes sermeals. saient celle notable diminution, les Je n'ai, durant le cours de mou adfacilités de communication s'aug- ministration, suivi d'autre guide que mentaient au contraire, et des voies les lois auxquelles je me suis rigoureupouvelles étaient créées sur une éten- sement conformé. J'ai encourage toudue de 5,739 milles , ce qui donne un tes les réforines utiles que j'ai souaccroissement proportionnel de par- mises à l'examen du congrès. Je mne cours pour les malles, de 1,764,145 suis attaché à dimiquer les dépenses milles, et 418 nouveaux bureaux de et à améliorer la collection des revenus posle s'étabissaient.

publics. J'ai respecté l'indépendance Les entrepreneurs, les maîtres de de l'autorité judiciaire; en un mot, poste et autres personnes employées j'ai étendu la même protection sur dans ce service, ont rempli leur toutes les classes de la société. Tous devoir avec une exactitude, une les actes de mon administration soal activité dignes d'éloges. Pour beau- devant vos yeux, et je suis convaincu coup d'autres détails, je m'en réfère que personne ne les accusera d'injusau rapport du directeur général des lice ou d'illégalité. postes, et je vous recommande ses L'armée de réserve, commandée par propositions tendant à augruenter les le general Paredes, a proclamé, à San recettes dans cette branche de ser- Luis Polosi , un plan destructif de vice. J'énonce de nouveau l'opinion nos institutions paiionales. Il a été seque j'ai déjà exprimée dans mon condé par diverses fractions de l'ar

1

1

mée en garnison dans différentes sation et dans l'industrie, et les resplaces; mais dans toutes les villes d'où sources que la nature leur a données, j'ai reçu des rapports, San-Luis ex- perineltent d'esperer que leur prospéceplé, les autorités civiles se sont so- riie se développera rapidement. La lennellement déclarées contre lui, et paix règue dans toutes ces provinces, ont adhéré à l'ordre de choses établi. et ce bienfait de la Providence rendra Le gouvernement n'a pas perdu de plus facile l'exécution des mesures que temps pour mettre la capitale en état votre zele et votre patriotisme vous de défense : mais ce matin la garni- dicteront pour favoriser le développeson de Mexico a proclamé un plan dif- ment des richesses du pays. Je regrette ferent, sous quelques rapports, de vivement les maux que la sécheresse celui du général Paredes, et par suite a causés aux provinces du Nord , surde la défection de l'armée, le gouver- tout à Ceara; non gouvernement a nement se trouve sans moyens de ré- usé promptement des inoyens dont il sistance. Eu conséquence de ce fait, pouvait disposer pour soulager une si dans le désir qu'aucun individu ne grande déliesse. Suivant les nouvelles puisse servir de prétexte à l'effusion les plus récentes, des pluies abondandu sang mexicain ou à la spoliation tes ont commencé; cependant, il ne de mes concitoyens, j'ai envoyé à la sera pas possible de réparer d'un seul chambre ma démission en forme de coup les maiheurs occasionnés par la l'autorité supreme. Ea quiilant cette sécheresse, et le gouvernement ne peut autorité, je proteste, en face de la na- suspendre encore les secours dont les tion, contre les projets dont j'ai parlé provinces ont besoin. J'ai cherché à et contre tous les autres projets qui établir des relations amicales avec tous changeraient l'ordre constitutionnel. les gouvernements de l'Europe et de

Le gouvernement ne sera pas res- l'Amérique. Mon gouverneinent a noponsable des conséquences de la guerre tifié au gouvernement anglais l'expicivile, car il n'a rien fait pour la pro- ration du traité conclu entre les deux voquer. J'abandonne au peuple le soin pays pour l'abolition de la traiie. Mais de juger les actes de votre concitoyen. le gouvernement britannique a adopté

une loi qui soumet les vaisseaux brésilliens soupçonnés de faire la traile à la juridiction des tribunaux anglais.

Fidèle aux engagements ayaut BRÉSIL.

pour objet de mettre fin à la traite

mon gouvernement a prolesié conlle Discours prononcé, le 3 mai, par S. cette loi et a informe de celle proles

M. l'empereur du Brésil, à lou- tation loutes les puissances étrangeverture de la session du corps res; mais mon gouvernement ne ceslégislatif.

sera pas de défendre les prérogatives

de ma couronne et nos droits natioHonorables et dignes représentants naux. J'ai confiance en volre cooperade la nation, c'est avec le plus grand tion loyale et patriotique pour allein plaisir que je vois réunis autour de moi dre des objets si équitables. les représentants de la nation. Cet Malheureusemnent la lutte continue événement, attendu avec confiance entre les Etats de la Plata, et leurs dispar tous les Brésiliens , offre à votre sensions prolongent la guerre. Je dézele pour les intérêts du pays les sire viveinent le rétablissement de la moyens d'assurer son bien-eire et sa paix et de l'ordre dans les Etats de nos prospérité. Conformément à la com- voisins; et, d'accord in kee les intérêts munication que je vous avais faite lors du pays , et les principes de neutralité de la clôture de la derniere session, adopiés par mon gouvernement, j'alj'ai visité les provinces de San-Catha: tends la fin de circonstances si fârina, Sau-Pedro, Rio-Grande et San- cheuses pour l'bumanité. Paolo. Les preuves d'attachement à Le budget de l'année financière proma personne et à ma famille, ainsi chaine vous sera présenté; vous y verqu'à la constitutions politique de l'em- rez l'augmentation des recettes et les pire, que m'ont données ces provin- efforis de mon gouvernement pour les ces, leur assurent ina gratitude. Les meilre, par de sages réductions, en progrés qu'elles ont faits dans la civiliéquilibre avec les dépenses, saus avoir besoin d'établir de nouveaux impôts. noire gauche au commandant Mora. Les rapports des divers ministères Nous marchåmes dans cet ordre, et, vous inontreront l'état de chacun et vers neuf heures, nous rencontrames les mesures adoptées dans l'intérêt du la garde avancée de l'ennemi, Le bapays.

taillon de Vascos, se précipitant sur Honorables et dignes représentants elle, la poussa sur la réserve, et, sans de la nation, vous avez toujours donné s'arrêter, la força à se replier sur le à mon gouvernement, avecline patrio- corps principal qui était composé de tique sollicitude, votre appui loyal et 300 hommes commandés par Jose Mari éclairé. Je vous remercie sincèrement Caballero. de cet appui important, et je comple Après quelque résistance, tous les que vous me le cominuerez. Vous élė- ennemis prirent la fuite, en abandonverez ainsi l'empire à cet état de pro- nant leurs chevaux et en jetant leurs spérité et de gloire auquel la Provi. armes. Rien n'arrêta la marcbe radence l'a destinė.

pide de notre colonne, qui se jeta immédiatement sur Las Vivoras. Alors le coionel Baez, avec le bataillon de

Vascos, obtint un triomphe complet BÉPUBLIQUE DE MONTE- pour la république. Sans s'inquieter VIDEO.

de la résistance qu'on lui opposa , et

malgré les décharges de mousqueterie CONFÉDÉRATION ARGENTINE.

et de mitraille, ils chargerent à la

baïonnelteet tuèrent les canonniers sur Dépêche de Rivera relative à la complète dans toutes les directions:

leurs pièces. A minuit, la déroute était victoire de Las Vivoras.

et tout ce qui appartenait à l'enneini

est toinbé entre nos mains. Quartier général de Las

Il est buit heures du matin. Nous Vivoras. 28 inai.

avons déjà recueilli 80 prisonniers, Gloire à la république!

2,000 chevaux, 6 magnifiques pieces

d'ariillerie avec des munitions abonJ'ai à informer Votre Excellence, dantes, 2,000 fusiiset un immense mapour la satisfaction du gouvernement lériel. De notre côté, nous n'avons eu et du public. que, dans la nuit du 27, qu'un homme lué, un officier blesse et la brave division qui est sous ines or- un autre qui a reçu une contusion. dres immédiats a remporié une vic- Tel est , très-excellent seigneur, le loire complète sur une division de l'en- résultat de la seconde opération de ma neini, composée de 1100 hommes, division depuis notre réembarquement. infanterie.cavalerie, artillerie, el com- Il y a dans ce fort plus d'un millier maudée par Montoro. Pendant plus de de personnes que nous venons de dedix jours, l'enneini était resté en face livrer. Plusieurs de ces malbeureus

sa ligne s'étendant de Cu- avaient été enlevés de chez eux et enrupi au village de Las Vivoras, où lassés à Las Vivoras, comme un irouMontoro avait son quartier général, peau d'aniinaux, par leurs barbares gardé par un petit bataillon d'infan- oppresseurs. Je recommande vivement terie et six pièces d'artilierie.

à l'autention du gouverneineat les ofti Après avoir obtenu une exacle con- ciers, les soldats, etc. naissance de sa position, comme j'étais assuré de l'ardeur et du courage de mes soldats, je conçus et j'arrêtai, avec le concours de nies officiers , le DéPÊCHE adressée par lord Aberplan d'une prompte et décisive atta- deen au ministre des affaires que sur ses postes avancés, afin d'ar- étrangères de Buenos - Ayres , river ensuite à ses retranchements et pour accréditer auprès de luz à son artillerie, à Las Vivoras.

M. Hood. A six heures et dernie du soir, je donnai mes ordres, et, à huit heures, La reine, ma souveraine , désirant notre colonne était en inouvement. Je sincèrement éloigner toute cause de chargeai le colonel Baez de diriger mésintelligence entre son gouvernel'attaque sur notre front, et je coufiaiment et le président de la Confédéra.

de nous,

« PrécédentContinuer »