La part dau bon Diéu [verse], précédée d'une dissertation sur l'orthographe provençale

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page lxii - ALFANA vient d'equus sans doute, Mais il faut avouer aussi Qu'en venant de là jusqu'ici II a bien changé sur la route, est une des plus souvent citées, si je ne me trompe.
Page xxv - Pour éviter cet inconvénient qui n'en étoit pas un petit pour cet Ouvrage , après avoir étudié les fons les plus difficiles de nos termes, nous avons pris le parti de les copier, fi l'on peut s'exprimer ainfi , mot à mot , & d'écrire le Languedocien précifément comme nous le parlons.
Page xvii - Comtat-Venaissin, je suis zélé conservateur de la langue mélodieusement poétique et musicale des troubadours ; je ne parle, ne rime, ne chante, n'écris le français que dans le cas d'absolue nécessité. Je n'attache de prix qu'à mes œuvres provençales : c'est le seul bagage poétique et musical que je lègue à la postérité. Léger, mais ficelé par une main de maître, ce colis arrivera plus facilement à son adresse...
Page lxvi - La réforme à laquelle nous travaillons sérieusement * , est basée sur trois points principaux : 1° approprier l'orthographe provençale moderne aux modifications que le temps a fait subir à notre langue ; car les changements arrivés dans la prononciation obligent toujours d'en faire dans l'orthographe. 2°...
Page xvii - ... Français que ceux de Marseille. Zélé conservateur de la langue mélodieusement poétique et musicale des troubadours, je ne parle, ne rime, ne chante, n'écris le français que dans les cas d'absolue nécessité. Je n'attache de prix qu'à mes œuvres provençales ; c'est le seul bagage poétique et musical que je lègue à la postérité. Léger, mais ficelé par une main de maître, ce colis arrivera plus facilement à son adresse. Vous croyez peutêtre que je n'ai pas une grande vénération...
Page lxvi - Approprier l'orthographe provençale moderne aux modifications que le temps a fait subir à notre langue ; car les changements arrivés dans la prononciation obligent toujours d'en faire dans l'orthographe ; 2. Simplifier cette orthographe par la restauration de certaines formes usitées chez les vieux troubadours, et par la suppression de bien des lettres parasites ; 3.
Page xxxvi - Vous faut-il ici encore des exemples? Les Espagnols et les Italiens nos contemporains, ont-ils conservé respectueusement l'orthographe du Romancero et du Dante? Non. Les Français ont-ils conservé l'orthographe de Rabelais et de Montaigne? Non. Déjà, sous Louis XIV , un grand nombre de lettres finales ou étymologiques avaient été supprimées parce qu'elles ne se prononçaient plus, et la langue se modifiant toujours et insensiblement , la prononciation variant dans ses intonations, Voltaire...
Page lxviii - Quel triomphe pour notre chère langue , déchirée jusqu'ici en autant de lambeaux qu'il existe d'organes différents , quel triomphe pour elle , si elle pouvait enfin se formuler un corps de lois admis par les hommes compétents de chaque dialecte , et qu'on ne pourrait transgresser sans encourir le blâme de tous les gens de goût et de savoir...
Page xxxvi - Que prit-il pour guide dans sa réforme ? les documents historiques conservés dans les archives ?. . . non. Il fit comme nous faisons : la prononciation fut son guide. Ainsi, l'on écrivait: les François; mais au lieu de prononcer, comme autrefois, les Françoa, ou les P'rançoè, on en était arrivé à prononcer les Français, et la réforme adopta Irançais.
Page liv - ... existé, que peut-elle être aujourd'hui, sinon une introuvable rareté bibliographique? Si, en dépit des puristes, j'ai, dans plusieurs passages de mes compositions, sauté à pieds joints sur toutes les règles de la grammaire, de la prosodie et de l'orthographe provençale, c'est que l'étude m'a appris que tel terme et telle phrase de l'idiome local, écrits suivant la règle, perdaient la moitié de leur valeur, ou ne signifiaient plus rien. Et, chose singulière, j'ose avancer (les vieux...

Informations bibliographiques