Images de page
PDF
ePub

patentes du Roi, qui l'en nomma président perpétuel. Mais l'esprit d'égalité, d'indépendance, la sorte de fraternité que Gresset savoit être nécessaires à ces associations, l'empêcherent d'accepter ce titre.

Cependant l'éclat du succès du Méchant avoit ouvert à Gresset les portes de l'académie françoise. Le 4 avril 1748 il prit la place de Danchet, traça un portrait honorable du caractere de son prédécesseur, et s'attacha ensuite à développer une these brillante et favorable à l'émulation. 11 combattit l'éternel tout est dit, avec lequel on vent arrêter l'essor du génie, et démontra qu'il est encore des progrès à faire dans les lettres et dans les arts, et que le génie ne connoît point de bornes.

Pénétré de cette idée, il étoit lui-même sans eesse occupé de ses travaux, amassoit des matériaux immenses, esquissoit une foule de caracteres , et traçoit de nombreux plans de comédies. Vers 1751 il avoit terminé deux pieces qui lui avoient été demandées pour le spectacle de la cour, l'Esprit à la mode, et Y Ecole

de l'amour-propre; et, dans la retraite paisible où son amour pour son pays natal l'avoit ramené, il méditoit en silence beaucoup d'autres ouvrages,lorsqu'un nouveau désagrément qu'il eut à essuyer pour une phrase d'un discours académique, refroidit tout-à-coup son émulation, glaea son génie, et le livra dèslors aux religieuses insinuations de l'évêque d'Amiens (d'Orléans de La Mothe). Ce prélat , d'une piété exemplaire autant que respectable, son ami particulier, avoit sur lui une grande autorité, et son seul tort peut-être fut d'avoir poussé trop loin l'usage de cette autorité, en exigeant au nom de Dieu des sacrifices littéraires que la véritable religion ne demandoit sans doute pas.

Le 14 décembre 1754 d'Alembert fut reçu à l'Académie françoise à la place de l'évêque de Vence, M. de Surian. Gresset, que son séjour habituel à Amiens n'empêchoit point de faire de temps à autre des voyages à Paris, étoit alors directeur de l'Académie, et, comme tel, obligé de faire le panegyrique du défunt. 11

crut le devoir louer par les endroits qui, dans sa conduite épiscopale, étoient vraiment louables. Voici donc ce qu'il dit de M. de Surian, et qui fit un si grand tort au panégyriste.

« Arrivé à l'épiscopat sans brigues, sans « bassesses et sans hypocrisie, il y vécut sans « faste, sans hauteur, et sans négligence. Ce « ne fut point de ces talents qui se taisent « dès qu'ils sont récompenses; de ces bouches « que la fortune rend muettes, et qui, se fer« mant dès que le rang est obtenu , prouvent « trop que l'on ne prêche pas toujours pour « des conversions. Dévoué tout entier à l'inastruction des peuples confiés à son zele , il « leur consacra tous ses talents, tous ses soins, « tous ses jours; pasteur d'autant plus cher à « son troupeau , que, ne le quittant jamais, « il en étoit plus connu : louange rarement « donnée et bien digne d'être remarquée! Dans « le cours de plus de vingt années d'épiscopat, « M. l'évêque de Vence ne sortit jamais de a son diocese que quand il fut appelé par son

XXV « devoir à l'assemblée du clergé : bien diffé« rent de ces pontifes agréables et profanes, « crayonnés autrefois par Despréaux, et qui, « regardant leur devoir comme un ennui, « l'oisiveté comme un droit, leur résidence na« turelle comme un exil, venoient promener « leur inutilité parmi les écueils, le luxe et « la mollesse de la capitale, ou venoient ram« per à la cour et y traîner de l'ambition sans « talent, de l'intrigue sans affaires, et de l'im« portance sans crédit. »

Il n'y avoit rien que de vrai dans toute cette tirade, qui rappelle le vers fameux de Boileau:

C'est aux prélats de cour prêcher la résidence.

Mais si Boileau , protégé par Louis XIV, avoit pu étendre impunément les droits de la satire jusque sur les prélats de cour, Gresset, sous Louis XV, n'eut pas le même privilége; sa derniere phrase sur-tout parut une hardiesse si mal sonnante, qu'on la fit rayer du recueil de l'Académie. Lorsqu'il alla à Versailles présenter son discours, le roi lui tourna le dos , le regardant comme un esprit fort. Gresset , consterné de cette disgrace , oublia tous ses projets littéraires; et désespéré de l'idée que Versailles le regardoit comme un homme dangereux , il se jeta dans les bras de l'évêque d'Amiens, et ne consulta que lui sur les moyens de sé sauver du danger de passer pour un philosophe.

L'évêque d'Amiens ne pouvoit être blessé de ce portrait de M. de Surian, auquel il s'efforçoit de ressembler; mais il profita de cette circonstance pour persuader à son ami de renoncer au théâtre, et d'y renoncer par une espece d'abjuration publique. Il lui fit considérer cette démarche comme le seul moyen de réparer sa faute , et de rétablir à la cour sa réputation de chrétien. D'autres cir. constances seconderent les vues religieuses du prélat. Gresset fut extrêmement frappé de la mort subite d'un de ses amis, et le fut plus vivement encore du parti violent qu'un jeune homme d'Amiens, connu par beaucoup de scandale, prit, au milieu d'un bal masqué, de

« PrécédentContinuer »