Oeuvres de Gresset, Volume 1

Couverture
Chez Ant. Aug. Renouard., 1811 - 444 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 59 - J'ai vu régner la folle erreur; J'ai vu mille peines cruelles Sous un vain masque de bonheur, Mille petitesses réelles Sous une écorce de grandeur, Mille lâchetés infidèles Sous un coloris de candeur; Et j'ai dit au fond de mon cœur : « Heureux qui dans la paix secrète D'une libre et sûre retraite Vit, ignoré content de peu, Et qui ne se voit point sans cesse Jouet de l'aveugle déesse Ou dupe de l'aveugle dieu...
Page 66 - N'aura pour but dans ses statuts Que de nous soustraire aux abus Dont ce bon univers abonde. Toujours sur ces lieux enchanteurs Le soleil , levé sans nuages , Fournira son cours sans orages, Et se couchera dans les fleurs. Pour prévenir la décadence Du nouvel établissement , Nul indiscret, nul inconstant, N'entrera dans la confidence : Ce canton veut être inconnu. Ses charmes, sa béatitude, Pour base ayant la solitude , S'il devient peuple, il est perdu.
Page 46 - S'élève un antre aérien, Un astrologique ermitage, Qui paraît mieux, dans le lointain, Le nid de quelque oiseau sauvage Que la retraite d'un humain. C'est pourtant de cette guérite, C'est de ce céleste tombeau, Que votre ami, nouveau stylite ' , A la lueur d'un noir flambeau, Penché sur un lit sans rideau, Dans un déshabillé d'ermite, Vous griffonne aujourd'hui sans fard...
Page 49 - Quel antre n'a point de quoi plaire? Quelle caverne est étrangère, Lorsqu'on y trouve le bonheur; Lorsqu'on y vit sans spectateur Dans le silence littéraire , Loin de tout importun jaseur, Loin des froids discours du vulgaire Et des hauts tons de la grandeur...
Page 88 - Où, s'amusant et charmant sa langueur, Dans quelques vers il dépeignoit son cœur, Du goût public honorable victime, Bientôt, au prix de sa tranquillité, II va payer une inutile estime, Et regretter sa douce obscurité; Privé du droit d'écrire en solitaire, Et d'épancher son cœur, son...
Page xxix - D'être au collège un bel esprit mondain, Et dans le monde un homme de collège ; Gresset dévot ; longtemps petit badin, Sanctifié par ses palinodies, II prétendait avec componction Qu'il avait fait jadis des comédies, Dont à la Vierge il demandait pardon. — Gresset se trompe, il n'est pas si coupable : Un vers heureux et d'un tour agréable Ne suffit pas...
Page 57 - Persuadé que l'harmonie Ne verse ses heureux présents Que sur le matin de la vie , Et que , sans un peu de folie , On ne rime plus à trente ans...
Page 58 - Irais-je, orateur mercenaire Du faux et de la vérité, Chargé d'une haine étrangère , Vendre aux querelles du vulgaire Ma voix et ma tranquillité , Et , dans l'antre de la Chicane...
Page 4 - Qu'aux fronts ornés de pompons et dentelles. Ainsi qu'il est pour le monde et les cours Un art, un goût de modes et d'atours, II est aussi des modes pour le voile; II est un art de donner d'heureux tours...
Page 48 - Ils préludent aux fiers combats Qu'ils vont livrer sur vos climats, Ou quand leur troupe conjurée Y vient préparer ces frimas Qui versent sur chaque contrée Les catarrhes et le trépas. Je n'outre rien; telle est en somme La demeure où je vis en paix, Concitoyen du peuple gnome, Des sylphides et des follets; Telles on nous peint les...

Informations bibliographiques