Lettres nouvelles de Madame la Marquise de Sévigné à Madame la Comtesse de Grignan, sa fille, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 156 - La retraite qu'il vient de faire eSt la plus éclatante et la plus fausse action de sa vie; c'est un sacrifice qu'il fait à son orgueil, sous prétexte de dévotion : il quitte la cour, où il ne peut s'attacher, et il s'éloigne du monde qui s'éloigne de lui.
Page 134 - Elle ne dit pas un mot que cela ne fût écrit, et puis elle ôta son gant, et fit voir une très-belle main. Elle répondit sincèrement, jusqu'à son âge.
Page 117 - Conti la tenoit au parloir. Ce fut à mes yeux tous les charmes que nous avons vus autrefois. Je ne la trouvai ni bouffie, ni jaune ; elle est moins maigre et plus contente. Elle a ses mêmes yeux et ses mêmes regards : l'austérité , la mauvaise nourriture et le peu de sommeil ne les lui ont ni creusés, ni battus ; cet habit, si étrange, n'ôte rien à la bonne grâce , ni au bon air.
Page xxix - Sylphides , des Gnomes & des Salamandres; il ya cinq ou fix petits mots qui ne valent rien du tout , & même qui font d'un homme qui ne...
Page 49 - Le Maréchal de Gramont étoit l'autre jour fi tranfporté de la beauté d'un Sermon du P. Bourdaloue , qu'il s'écria tout haut en un endroit qui le toucha.
Page 154 - Lettre? m fordies de l'Etat, fans avoir un « fein formé de s'en prévaloir ; & n bien loin de fe déclarer ennemi du « Cardinal Mazarin pour occuper fa ,' place , il n'a penfé qu'à lui paroître « redoutable ,. & à fe flàter de la fauf» fe vanité de lui erre oppofé.

Informations bibliographiques