Images de page
PDF
[graphic]

:to DE L'ESPRIT DES LOIX! ' 1 seul étoit le plus conforme à la nature. Main l'exemple du pouvoir paternel ne prouve rienCar si le pouvoir du père a du rapport au gou'vernement d'un seul, après la mort du père, le pouvoir des frères , ou, après la mort des frères_, celui des coufins germains, ont du rapport au, gouvernement de plusieurs. La puissance politique comprend néceIsairement l'union de plusieurs familles. ‘

Il vaut mieux dire que le gouvernement le plus conforme à la nature, est celui dont la

dispofition particulière se rapporte mieux à la .

dispofition du peuple pour lequel il est établi.

Les forces particulières ne peuvent se réunir,' sans que toutes les volontés se réunissent. Le réunion de ces volontés, dit encore très-bien GRAvtNA , ej? ce qu'on appelle I'ÉTAT CzvzL.

La loi, en génétal , est la raison humaine; en tant qu'elle gouverne tous les peuples de la terre, 8l les loix politiques 8c civiles de chaque nation , ne doivent être que les cas particuliers_ où s'applique cette raison humaine.

Elles doivent être tellement propres au peuple pour lequel elles sont fäites , que c'est un très-z grand hasard si celles d'une nation peuvent con

venir à une autre.

Il saut qu'elles se rapportent à sa nature &f au '

principe du gouvernement qui est établi , ou qu'on_ _veut établir; soit qu'elles le forment, comme

[graphic]

—._,____—_— - .. __— _ - - ..ï—— '~H5*——'_—~J.-! . e -r — -

[graphic][merged small]

font les loix politiques; soit qu'elles le maintiennent, comme sont les loix civiles.

~‘ Elles doivent être relatives au physique du pays , au climat glacé, brûlant ou tempété ; l la qualité du terrain , à sa situation , à sa grandeur; au gente de vie des peuples, laboureurs, chasseurs, ou pasteurs : elles doivent se rapporter au degré de liberté que la constituc tion peut soussrir; la religion des habitans, à leurs inclinations , à leurs richesses , à leur nombre, à leur commerce ,'à leurs mœurs, à leurs manières. Ensin, elles ont des rapports entr'elles; elles en ont avec leur origine , avec l'objet du législateur, avec l'ordre des choses sur lesquelles elles sont établies. C'est dans toutes

ces vues qu'il faut les considéter.
C'est ce que i'entreprends de faire dans cet

[graphic]

ouvrage. J'examinerai tous ces rapports: ils ‘

forment tous ensemble ce que l'on appelle l'esPntT DEs Lorx. '

Ie n'ai point séparé les loix politiques des civiles a Car comme je ne traite point des loix, mais de l'esprit des loix; 8c que cet esprit consiste dans les divers rapports que les loix peuvent avoir avec diverses choses z j'ai dû moins suivre l'ordre naturel des loix, 'que celui de ces rapports 8c de ces choses.

Pexaminerai d'abord les rapports que les loix

ont avec la nature Gt avec le principz de chaque A

[graphic]

...-— :— r2 DE L'ESPRIT DES LOIX, 0c.

[graphic]

:gouvernement : 8c comme ce principe a sur le] loix une suprême insluence , je m'attacnerai à le bien connoitre; 8c si ie puis une fois l'éta— blir, on en verra couler les loix comme de leu; source. Je passerai ensuite aux autres rapports. gui semblent être plus particuliers.

[merged small][merged small][graphic]
[graphic][merged small][merged small]

Des Loir qui dériveur directement de lu nature du gouvernement.

#HP—*MSN* CHAPITRE PREMlER. De Ia nature des trois divers gouvernemenr;

IL y a trois espèces de gouvernement, le RÉPUBLlCAsN , le MoNARCHzQUE , 8c le DEsPoTzQUE. Pour en découvrir la nature , il suffit de l'idée qu'en ont les hommes les moins inslruits. Je suppose trois désinitions , ou plutôt trois faits: l'un que le gouvernement républicain est celui Ds‘r le peuple en corps, ou seulement une Partie du peuple , a lasauveraine Puissànce e le monarchique , celui où unseul gouverne, mais par des loixfixrr 8' (rallier ; au lieu que dan s le desporiquz , un seul , salu lai &san: rlgle , entraine torflpar sa volonté 6' par ses caprices.

, Voilà ce que j'appelle la nature de chaque gouvernement. Il faut voir quelles (ont les loin qui suivent directement de cette nature, 8! '1'"— pu conséquent sont les premières loix fondementales.

[graphic][merged small][merged small][merged small]

Du gouverncmerzr républicain , 6' des Loi” relatives à la démoeratie.

[graphic]

LO Rs QU E dans la république , le peuple en 'corps a la souveraine puissance , c'est une démaï_ eratie. Lorsque la souveraine puissance est entre les mains d'une partie du peuple , cela s'appelle un'e aristoeratie, '

Le peuple , dans la démocratie, est à certains_ régards le monarque; à certains autres , il eà le sujet. .- ,

ll ne peut être monarque que par ses sussrages qui sontses volontés. La volonté du souverain estle souverain lui-même. Lesloix qui établissent le droit. de suffrage , sont donc fondamentales dans ce gou— vernement. En esset, il est aussi important d'y

' régler comment, par qui, à qui, sur quoi les

suffrages doivent être donnés, qu'il l'est dans unemonarchie de savoir quel est le monarque, 8c de quelle manière il doit gouverner. ' LmANws dit , qu'à/!chênes un étranger quíse mêloit dans l'eff‘cmblée du peuple, lt‘oit puni de mort. 'C'est qu‘un tel homme usurpoit-le droit de souveraineté. - ll est essentiel de stxer le nombre des citoyens qui doivent former les assemblées 5 sans cela on— _r

_._ _.*._ _ _._—-

« PrécédentContinuer »