Images de page
PDF

W... tGo DE L'ESPRIT DES LOIX,

'F ;Iïcontraire à l'esprit de modétation, en doit être banni. ll n'y a donc que des gens très-pauvres qui ne peuvent pas recevoir, 8c des gens très— riches qui ne peuvent pas dépenser.

A Venise , les loix forcent les nobles à la modestie. Ils se sont tellement accoutumés à l'épargne, qu'il n'y a que les courtisannes qu! puissent leur faire donner de l'argent. On se sert de cette voie pour entretenir l'industrie ; les femmes les plus méprisables y dépensent sans danger , pendant que leurs tributaires y mènent la vie du monde la plus obscure.

Les bonnes républiques grecques avoient , à cet égard , des institutions admirables. Les riches employoient leur argent en fêtes, en chœurs de musique , en chariots, en chevaux pour la course, en magistrature onéteuse. Les richesses y étoient auffi à charge que la pauvreté.

[graphic][merged small][graphic][merged small]

Dei- Loixsamptuaires dans les monarchie.” '- LEs Suions , nation germannique, rendent n honneur, aux richesses , dit Tacíæ; ce qui fait D- qu'ils vivent sous le gouvernement d'un seul. -ï C61a signiste bien, que le luxe est ssngulièrement

[graphic][merged small][merged small][graphic]

propre aux monarchies, 8c qu'il n'y saut point de loix somptuaires.

Comme , par la constitution des monarclsies. les richesses y sont inégalement partagées , il faut bien qu'il y ait du luxe! Si les riches n'y dépensent pas beaucoup', les pauvres mourront de faim. Il faut même que les riches y dépensent à proportion de l'inégalité des fortunes; 8c que, comme nous avons dit, le luxe y augmente dans cette proportion. Les richesses particulières n'ont augmenté, que parcequ'elles ont ôté à une partie des citoyens le nécessaire physique ; il faut donc qu'il leur soit rendu

Ainsi , pour que l'état monarchique se soutienne, le luxe doit aller en croissant, du laboureur à l'artisan, au négociant, aux nobses. aux magistrats , aux grands seigneurs, aux traitans principaux, aux princes , sans quoi tout seroit perdu.

Dans le sénat de Rome , composé de graves magistrats , de jurisconsultes 8 c d'hommes pleins del'idée des premiers tems , on proposa , sous Auguste , la correction des mœurs 8c du luxe des femmes. Il est curieux de voir dans Dion avec quel art il éluda les demandes importunes de ces sénateurs. C'est qu'il fondoit une monarchic, 8c dissolvoit une république. ‘

Sous Tibere, les,édiles proposerent dans le sénat le rétablissement des anciennes loix somptuaircs. Ce prince , qui avoit des lumieres , s'y .ppofaz .- L'état ne pourrait subsister , disait-il a~

[merged small][graphic][merged small]

mdans la fituation où sont les choses. Comn ment Rome pourroit-elle vivre ? comment n pourraient vivre les provinces? Nous avions M de la frugalité , lorsque nous étions citoyens Dd d'une seule ville; aujourd'nui nous consommons n les richesses de tout l'univers; on'fait travailler

ND- pour nous les maitres 8c les esclaves. v Il voyoit bien qu'il ne falloir plus de loix somp— maires.

Lorsque sous le même empereur, on proposa au sénat de défendre aux gouverneurs de mener leurs femmes dans les provinces, à cause des détéglemens qu'elles y apportoient , cela fut rejette. On dit: que les exemples dela dureté des anciens avaient été changés cn une façon de vivre plus agréable.0n sentit qu'il falloir d'autres mœurs.

Le luxe est donc nécessaire dans les états monarcbiques ; il l'est encore dans les états despotiques. Dans les premiers, c'est un usage que L'on fait de ce qu'on posïedede liberté : dansles autres , c'est un abus qu'on fait des avantages de sa servitude , lorsqu'un esclave, choisi parson maitre pour tyranniser ses autres esclaves , incertain pour le lendemain de la fortune de chaque jour , n'a d'autres félicités que celle d'assouvir l'orgueil , les destrs 8c les voluptés de chaque jour.

Tout ceci mene à une réslexion. Les républiques stnissent par le luxe; les monarchies, par [z pauvreté.

[graphic][merged small][merged small][merged small][graphic][merged small][graphic]

C'E fut dans l'esprit de la république , ou dans quelques cas particuliers, qu'au milieu du treiaieme siècle on stt en Arragon des loix somp— tuaires. Jacquesl ordonna que le roi ni aucun de ses sujets ne pourraient manger plus de deux sortes de viandes à chaque repas , 8c que cha:une ne seroit préparée que d'une seule manière, à moins que ce ne fût du gibier qu‘on eût tué soi-même.

On a fait auffi de nos jours , en Suede , des loix somptuaires ; mais elles ont un objet diffêtent de celles d'Arragon.

Un état peut faire desxloix somptuaires dans l'objet d'une frugalité absolue ; c'est l'esprit des loix somptuaires des républiques , 8c la nature de la chose fait voir que ce fut l'objet de celles d'Arragon.

Lesloix somptuaires peuvent avoir ausst pour' objet une frugalité relative ;lorsqu'un état, sentant que des marchandises étrangeres d'un trop haut prix demanderoient une telle exportation des siennes, qu'il se priveroit plus de ses be

_soins par celles-ci qu'il n'en satisfetoit par celles-."

/

*L ‘~

r64 DE L'ESPRIT DES LOIX,

[graphic]

' _2. là , en défend absolument l'entrée: 8c c'est l'esptit des loix que l'on a faites de nos jours en Suede. Ce sont les seules loix somptuaircs qui conviennent aux monarcbies.

En général, plus un état est pauvre, plus il est ruiné par son luxe relatif, 8 c plus par conséquent il lui faut de loix somptuaires relatives.

Plus un état est riche, plus son luxe relatif l'entichit, 8c il faut bien se garder d'y faire des loix iomptuaires relatives. Nous expliquerons mieux ceci dans le livre sur le commerce. Il n'csl‘. ici question que du luxe absolu.

C H A P I T R E V I.
Du luxe à la Chine.

[graphic]

D E s raisons particulieres demandent des loix somptuaires dans quelques états. Le peuple , par la force du climat , peut devenir si nombreux ; 8c d'un autre côté , les moyens de le faire subsister peuvent être si incertains, qu'il est bon de l'appliquer tout entier à la culture des terres. Dans ces états le luxe est dangereux, 8c les loix somptuaires y doivent être rigoureuses. Ainsi , pour savoir s'il faut encouracer le luxe ou le proscrire , on"doiz d'abord jetter les yeux sur le rapport qu'il y a entre le "Ombre du peuple , 8c ln facilité de le faire

« PrécédentContinuer »