Images de page
PDF
[merged small][graphic][merged small]

'plupart‘des républiques anciennes, où il y avoit cet abus , que le peupse étoit en même temï 6C juge 8c accusateur.

La puissance exécutrice , comme nous avons dit , doit prenore part à la législation par sa faculté d'empêcher , sans quoi elle sera bientôt dépousllée de ses prétogatives. Mais ss la puissance législative prend part à l'exé(ution , la puissance

'exécutri(e sera également perdue.

Si le monarque prenoit part à la législation par la faculté de statuer, il n'y auroit plus de liberté. Mais comme il faut pourtant qu'il ait part à la législation pour se défendre , il faut qu'il y prenne part par la faculté d'empêcher..

Ce qui fut cause que le gouvernement changea à Rome, c'est que le sénat qui avoit une partie de la puissance exécutrice , 8cles magistrats qui avoient l'autre, n'avoient pas, comme le peuple, la faculté d'empêcher.

Voici donc la constitution fondamentale du gouvernement dont nous parlons. Le corps législatif y étant composé de deux parties, l'une enchainera l'autre par sa faculté mutuelle d'empêcher. Toutes les deux seront liées par la puissance exé(utrice, qui le sera elle-même par la législative.

Ces trois puissances devroient former un repos ou une inaÔion. Mais comme , par le mouvement uécestairc des choses, elles sont

Tome I. M

[merged small][merged small][merged small][graphic][graphic]

contraintes d'aller , elles seront forcées d'aller de concert.

La puissance exécutrice ne faisant partie de' !a legislative que par sa faculté d'empêchér, elle ne sauroit entrer dans le débat des assaires'. Il n'est pas même nécessaire qu'elle propose; parce que , pouvant toujours désapprouver les résolutions, elle peut rejetter les decissons des proposstions qu'elle auroit voulu qu'on n'eût pas faites.

Dans quelques républiques anciennes, oit le peuple en corps avoit le débat des assaires , il étoit nattgel que la puissance exécutrice les proposàt 8c les débattit avec lui ; sans quoi il y auroit eu dans les résolutions une confusion étrange. ' a

Si la puissance exécutrice statue sur la levée des deniers publics, autrement que par son consentement, il n'y aura plus de liberté ; parce qu'elle deviendra législative , dans le point le plus important de la législation.

Si la puissance légillative statue , non pas d'année en année, ma-s pour toujours , sur la levée des deniers publscs, elle court risque de perdre sa liberté , parce que la puissance exécutrice ne dépendra plus d'elle; 84 quand on'tient un pareil droit pour toujours , il est assez indiffétent qu'on k tienne de soi ou d'un autre. Il en est de même , si elle statue , non pas d'année en année, mais

[graphic][merged small]
[graphic]

d_— 'pour toujours , sur les forces de terre 8c de mer vqu'elle doit consier à la puissance exécutrice.

Pour que celui quii-exécute ne puisse pas opprimer , il faut que les armées qu'on lui consie soient peuple , 8c aient le même esprit quele peuple , comme cela fut à Rome jusqu'au tems de Marius. Et pour que cela soit ainsi, il n'y a que deux moyens, ou que ceux que l'on emploie dans l'armée aient assez de bien pour répondre de leur conduite aux autres citoyens, 8c qu'ils ne soient entôlés que pour un an, comme _il se pratiquoit à Rome; ou fi on a un corps de troupes permanent, 8c où les soldats soient une des plus viles parties de la nation, il faut que la puissance législative puisse le casser sstôt qu'elle le dest-re; que les soldats habitent avec les citoyens ; 8c qu'il n'y ait ni camp séparé, ni casernes, ni places de guerre. '

L'armée étant une sois établie , elle ne doit point dépendreimmédiatementducorpslégislatifi mais de la puissance exécutrice , 8c cela parla nature de la chose ; son fait consistant plus ‘en action qu'en délibétation.

Il est dans la manière de penser des hommes, que l'on fasse plus de cas du courage que de la timidité; de l'activité , que de la prudence; de la force , que des conseils. L'armée mépris sera toujours un sénat, 8c respectera ses officiers. Elle ne fera point cas des ordres qui lui seront envoyés de la part d'un corps composé de gens

a

[graphic][merged small][merged small][merged small]

;qu'elle croira timides , 8c indignes par-là de luï commander. Ainsi , sstôt que l'armée dépendra uniquement du cor‘ps législatif, le gouvernement deviendra militaire; 8c ss le contraire est jamais arrivé , c'est l'esset de quelques circonstances extraordinaires. C'est que l'armée y est toujours séparée; c'est qu'elle est composée de plusseurs corps qui dépendent chacun de leur province particulière; c'est que les villes capitales sont des places excellentes, qui se défendent par leur sztuation seule, 8c où il n'y a point de troupes.

La Hollande est encore plus en sûteté que Ven-se ç esle submergeroit les troupes révoltées, elle les feroit mourir de faim ; elles ne sont point dans les villes qui pourraient leur donner la sub— ssstance; cette subsistance est donc précaire.

Que ss dans le cas où l'armée est gouvernée par le corps législatif, des circonstances particulières empêchent le gouvernement de devenir militaire , on tombera dans d'autres inconvéniens: de deux eheses l'une; ou il faudra que l'armée détruise le gouvernement, ou que le gouvernement assoiblssse l'armée.

Et cet arsoiblissement aura une cause bien fatale , il nairra de la foiblesie même du gouvernement.

Si l'on veut lire l'admirable ouvrage de Tncs'rs sur les mœurs des Germains , on verra que c'est d'eux que les Anglais ont tiré l'idée de leur

gouvernement polstique. Ce beau systéme a été trouvé dans les boil

[graphic]

~rd-TV

[merged small][merged small][graphic]

Comme toutes les clsoses humaines ont une stn, l'état dont nous parlons perdra sa liberté , il pétira. Rome , Lacéde‘monc 8c Carthage ont bien péti. Il pétira, lorsque la puissance législative sera plus corrompue quel'exécutrice.

Ce n'est point à moi à examiner ss les Ãnglois jouissent actuellement de cette liberté, ou non. ll me suffit dewlire qu'elle est établie par leurs loix, 8c je n'en cherchetpas davantage.

Je ne prétends point par-là ravaler les autres gouvernemens , ni dire que cette liberté politique extrême doive m'W'tisier ceux qui n'en ont qu'une modétée. Comment dirois-je cela, moi qui crois que l'excès même de la raison n'est pas toujours desirable; 8c que les hommes s'accommodent presque toujours mieux des milieux que des extrêmirÛ.

Arringron , dans son Ocean.: , a aussi examiné quel étoit le plus haut point de liberté où la constitution d'un état peut être portée. Mais on peut dire de lui, qu'il n'a cherché cette liberté qu'après l'avoir méconnue: 8c qu'il a bâti Chaleédoine , ayant le rivage de Bisance devant les yeux.

WK'

« PrécédentContinuer »