Images de page
PDF
[merged small][graphic][merged small][graphic][merged small][merged small]

_pendant qu'elle domina avec tant de glosre, 8c pendant qu'elle servit avec tant de honte. Elle

avoit vingt mille citoyens , lorsqu'elle défenditles Grecs contre les Perses, qu'elle disputa l'empire à Lacédémone , 8c qu'elle attaqua la Sicile. Elle en avoit vingt mille , lorsque Dcmcrrius de Phalère les dénombra , comme dans un marché l'on compte les esclaves. Quand Philippe osa dominer dans la Grèce , quand il parut aux portes d'Athènes , elle n'avoit encore perdu que le tems. On peut voir dans Démo/!Irène quelle peine il

'fallut pour la réveiller : on y craignoit Philippe Q

non pas comme l'ennemi de la liberté , mais des

'plaisirs. Cette ville, qui avoit résisté à tant de

défaites, qu'on avoit vu renaltre après ses, destructions, fut vaincue à Chéronéc , 8c le fut pour toujours. Qu'importe que Philippe renvoie tous les prisonniers? ll ne renvoie pas des, hommes. Il étoit toujours auffi aisé de triompher des forces d'Athènes , qu'il était difficile de triomplier de sa vertu.

Comment Canhage auroit- elle pu se soutenir P Lorsque Annibal , devenu préteur , voulut empêcher les' magistrats de piller la république , n'allèrent-ils pas l'accuser devant les Romains? Malheureux, qui vouloient être citoyens sans_ qu'il y eût de cité , 8c tenir leurs richesses de

ia main de leurs destructeurs! Bientôt Rome leur 36 DE L'ESPRIT DES LOIX,

[graphic]

ï.— L 4 demanda pour ôtages trois cents de leurs principaux citoyens ; elle se stt livrer les armes 86 les vaisseaux, 8c ensuite leur déclara la guerre. Par les choses que stt le désespoir dans Carthage désarmée, on peut juger de ce qu'elle auroiï pu faire avec sa vertu ,lorsqu'elle avoit ses forces.

C H A P I T R E I V.
Du principe de l'ArË/Zoerarie.

[graphic]

COMME il saut de la vertu dans le gouverd, nement populaire, il en faut auffi dans l'aristocratique.li est vrai qu'elle n'y est pas si absolument. requise.

Le peuple qui est à l'égard des nobles ce que les sujets sont à l'égard du monarque, est contenu par leurs loix. ll a donc moins besoin de 'vertu que le peuple de la démocratie. Mais, comment les nobles seront-ils contenus? Ceux qui doivent faire exécuter les loix contre leurs collègues, sentiront d'abord qu'ils agissent contre eux-mêmes. Il faut donc de la vertu dans ce corps, par la nature de la constitution.

Le gouvernement aristocratique a par lui-même !ne certaine force que la démocratie n'a pas,, Les nobles y forment un corps, qui,‘ par sa prétogative 8c pour son intétêt particulier

x

F Lzv. III. CHAP. IV. ~Î~ ——. réprime le peuple: il suffit qu'i‘- y ait des loix, pour qu'à cet égard elles soient exécutées.

Mais autant il est aisé à ce corps de réprimer les autres, autant est-il difficile qu'il se réptime lui-méme. Telle est la nature de cette consti— turion, qu'il semble qu'elle mette les mêmes gens sous la puissance des Ioix, 8c qu'elle les en retire.

Or un corps pareil ne peut se réprimer que de deux manières; ou par une grande vertu, qui fait que les nobles se trouvent en quelque façon égaux à leur peuple , ce qui peut former une grande république ; ou par une vertu moindre, qui est une certaine modétation qui rend les nobles au moins égaux à_ eux-mêmes ; ce qui fait leur conservation.

La modération est donc l'ame de ces gouverd nemens, j'entends celle qui est fondée sur la vertu, non pas celle qui vient d'une lâcheté 8c d'une paresse de l'ame.

WWW—...H
CHAPITRE V.

.Que la vertu n'est point le principe du gouvernement monarchique.

[graphic]

DAN s les monarcbies, la politique fait faire les grandes choses avec le moins de vertu qu'elle

l

F fi;— 33 DE L'ESPRIT DES LOIX,

.c--—

peut ; comme dans les plus belles macbines , l'am emploie auffi peu de mouvemens , de forces 8c de roues qu'il est poffible.

L'e'tat subsiste indépendamment de l'amour pour la patrie , du desir de la vraie gloire , du renonce— ment à soi- même, du sacrisice de ses plus chers intétêts , 8c de toutes ces vertus hétoiques que nous trouvons dans les anciens, 8c dont nous 'avons (eulement entendu parler.

Les loix y tiennent la place de toutes ce* vertus , dont on n'a aucun besoin z l'état vous en dispense : une action qui se fait sans bruity est en

-quelque façon sans conséquence.

— Quoique tous les crimes soient publics pac leur nature, on distingue pourtant les crimeï vétitablement publics d'avcc les crimes privés, ainsi appellés, parce qu'ils ossensent plus un particulier, que la société entière. '

Or, dans les républiques, les crimes privés sont plus publics; c'est-à-dire, choquant plus la constitution de l'état que les particuliers: 8c dans les monarchies, les crimes publics son: plus privés; c'est-à-dire, choquent plus les fortunes particulières que la constitution de l'état même.

Ie supplie qu'on ne s'ossenfe pas de ce que j'ai dit; je parle après toutes les histoires Ie sais très-bien qu'il n'est pas rare qu'il y ait des princes vertueux; mais je dis que dans une

monarchie il est très-difficile que le peuple le \oit

[graphic][merged small][merged small][graphic]

Qu'on lise ce que les historiens de tous les tems ontdit sur la cour des monarques i qu'on se rappelle les conversations des hommes de tous les pays sur le misétable caractère des courtisans : ce ne sont point des choses de spéculation , mais d'une triste expétience.

L'ambition dans l'oisiveté , la bassesse dans

l'orgueil, le desir de s'entichir sans travail, l'aversion pour la vétité , la slatterie , la trahison, la perstdie , l'abandon de tous ses engagemens le mépris des devoirs du citoyen, la crainte de la vertu du prince, l'espétance de ses foi-e blesses, 8c plus que tout cela , le ridicule perpétuel jetté sur la vertu , forment , je crois, le caractère du plus grand nombre des coursisans , marqué dans tous les lieux 8c dans tous les tems. Or il est très-mal-aisé que la plupart des principaux d'un état soient mal-honnêtes gens ; 8c que les infétieurs soient gens de bien; que ceux-là soient trompeurs , 8c que ceux-ci consentent à n'être que dupes. , Que si dans le peuple il se trouve quelque malheureux honnête homme , le cardinal de Richelieu, dans son testament politique, insmue qu'un monarque doit se garder de s'en servir. 'sant il est vrai que la vertu n'est pas le ressort de ce gouvernement! Certainement elle n'en est point exclue z mais elle n'en est pas-le N50",

W

« PrécédentContinuer »