Memoires Et Lettres de Madame de Maintenon, Volume 5

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 288 - Maintenon lui fit demander la permiffion de le recevoir fur (on lit. La Communauté , en habit de cérémonie, le reçut à la porte de clôture. Il alla droit à l'appartement de Me. de Maintenon , fuivi de quelques Seigneurs François & de fa petite Cour. Il lui adreffa la parole : l'interprete en dit moins, que n'en difoit le vifage du Prince. Il tira lui-même...
Page 50 - Les premières années de cette guerre furent mêlées de fuccès & de revers., mais l'année 1704 vit changer la face de l'Europe. L'Efpagne fut prefque conquife par le Portugal , qui venoit d'entrer dans la grande alliance & dont les troupes étoient fortifiées de celles d'Angleterre & de Hollande. L'Allemagne fut en un moment délivrée des François. Les Alliés commandés par le Prince Eugène , par Marlboroug , par le Prince de Bade , taillèrent en pièces à Hochftet l'armée Françoife...
Page 269 - ... légitimés le rang & les prérogatives que Louis XIV avoit ofé leur donner; mais irrité de cette élévation tant qu'il avoit obéi, il dédaignoit d'en être jaloux depuis qu'il régnoit. Le Duc de Bourbon lui rappelloit fes promeffes. Le Duc d'Orléans en différoit l'exécution , & en donnpit de contraires au Duc du Maine. Les Princes...
Page 282 - Ducheffe eurent quelques conférences, qu'ils crurent fort fecretes, & qui ne le furent point pour le Duc d'Orléans. Leur plan étoit d'empêcher le traité de la quadruple Alliance , de rendre le Roi au Duc du Maine , de demander la convocation des Etats-généraux, de s'emparer la nuit des Tuileries, de furprendre le Régent dans quelque partie de plaifir, de l'envoyer à Madrid , de dépêcher des Couriers dans toutes les Provinces avec des ordres convenables, & de répandre de tous côtés des...
Page 118 - François; je vous menerai qua» tre cents mille hommes , & je m'enfe» velirai avec eux fous les débris de la » Monarchie. " Ces paroles, où fe peignoit toute l'ame de Louis , pénétrerent d'admiration le Maréchal de Villars , qui fe plaifoit à les répéter, & qui les rappella dans fon...
Page 283 - Etats-généraux , de s'emparer la nuit des Tuileries,. de furprendre le Régent dans quelque partie de plaifir, de l'envoyer à Madrid ,. de dépêcher des Couriers dans toutes les Provinces avec des ordres convenables, & de répandre de tous côtés des lettres du Roi d'Efpagne à tous les ordres de l'Etat. Ces lettres étoient prêtes; il y eir avoit pour le Roi , pour le Parlement ,, pour toute la nation.
Page 295 - Mr. le Duc de Noailles lui baifa la, main en lui demandant comment elle fe trouvoit : elle répondit : » Pas trop » bien " % adieu , mon cher Duc , dans » quelques heures d'ici, je vais appren^ dre bien des chofes.
Page 119 - Villars, outré qu'on lui ravit la plus belle aftion de fa vie , foutint que fon rival n'avoit été que le confident & le miniftre d'un projet dont on le difoit l'auteur. Le Roi le voyant arriver dans les jardins de Marly , alla au-devant de lui avec empreffement , l'embraffa...
Page 79 - M. le duc d'Orléans; je connais assez votre droiture et celle de tous ceux à qui il a eu affaire, que je n'ai pas douté un moment qu'il n'eût tort s'il s'en plaignait : je garderai ce mémoire pour le montrer au roi, si...
Page 54 - Nêle dont les femmes s'étoient liguées contre la dévotion', de d'Effiat, deSimiane, deClermont, deGon-j flans , jeunes voluptueux qui copioienc leur maître, de Fontenelle, qui trop flatté des familiarités du prince alloit quelquefois avec lui confulter les magiciens, & fouvent indigné de tant d'impies propos de table, dit un jour, „ Voilà, pour „ des gentilshommes , de bienbaflesplaity fanteries"!

Informations bibliographiques