Les inondations en France depuis le VIe siècle jusqu'a nos jours: recherches et documents contenant les relations contemporaines, les actes administratifs, les pièces officielles, ets., de toutes les époques ...

Couverture
V. Dalmont, 1861
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page clxxxii - Savoie ; une navigation meilleure du lac, des embellissements pour Genève , des inondations moins désastreuses dans la val.lée du Rhône, une navigation meilleure de ce fleuve. Enfin , je voudrais que , comme cela existe déjà pour quelques-uns , le régime des grands fleuves fût confié à une seule personne , afin que la direction fût unique et prompte dans le moment du danger. Je voudrais que les ingénieurs qui ont acquis une longue expérience dans le régime des cours d'eau pussent avancer...
Page clxxx - Roanne, mais encore le volume d'eau roulé par l'inondation aurait augmenté d'environ 2,500 mètres cubes par seconde; la durée de l'inondation aurait été plus courte, mais l'imagination s'effraye de tout ce que cette circonstance aurait pu ajouter au désastre déjà si grand dont la vallée de la Loire a été le théâtre. » D'ailleurs, l'élévation des eaux en amont de la digue de Pinay n'a produit aucun désordre; bien loin de là : la plaine du Forez ressentira pendant plusieurs années...
Page cxciii - ... programmes préparés par le ministre de la guerre et approuvés par décrets rendus dans la forme des règlements d'administration publique. Ces décrets sont insérés au Bulletin des lois. Le ministre de la guerre fixe chaque année le nombre des engagements conditionnels d'un an spécifiés au présent article.
Page clxxxi - Saint-Maurice: et, avec le secours de ces digues, les passages étant resserrés, lorsqu'il y arrive de grandes crues, les eaux qui s'écoulaient en deux jours auraient peine à passer en quatre ou cinq. Le volume des eaux étant diminué de plus de la moitié, ne causera plus de ravages pareils à ceux qui sont survenus depuis trois ans. » » En effet, en 1856, comme en 1846, les digues de Pinay et de la Roche ont sauvé Roanne d'un désastre complet.
Page clxxvii - ... sans cesse le lit des fleuves, et les digues tendant sans cesse à le resserrer, il faudrait toujours élever le niveau de ces digues, les prolonger sans interruption sur les deux rives, et les soumettre à une surveillance de tous les moments. Ce système, qui coûterait seulement pour le Rhône plus de cent millions, serait insuffisant , car il serait impossible d'obtenir de tous les riverains cette surveillance de tous les moments, qui seule pourrait empêcher une rupture, et, une seule digue...
Page ccxxvii - ... abysmer et fondre, qui n'eust estimé ceste partie basse estre en extrême danger de périr ? bref, qui n'eust eu opinion que les dieux vouloyent abysmer ceste ville par eau , comme du temps de Néron par feu, quand elle estoit bastie sur la montagne , comme la voulant rinstaurer au lieu où jadis elle estoit ? Le Rosne enfin , se joignant avec la...
Page ccxxviii - ... esté obstinez, fut clos. Au reste, la contenance de ceux mesmes qui alloyent voir les ruines estoit pitoyable, soit en déplorant quelque homme de qualité, soit en regrettant quelque bel édifice ou lieu de plaisance, soit aussi pour quelque chose particulière qu'ils voyoyent pour lors ruinée.
Page clxxviii - Or, d'où viennent les crues subites de nos grands fleuves? Elles viennent de l'eau tombée dans les montagnes, et très-peu de l'eau tombée dans les plaines. Cela est si vrai que, pour la Loire, la crue se fait sentir à Roanne et à Nevers vingt ou trente heures avant d'arriver à Orléans ou à Blois. Il en est de même pour la Saône, le Rhône et la Gironde, et dans les dernières inondations, le télégraphe électrique a servi à annoncer aux populations plusieurs heures ou plusieurs jours...
Page 12 - Pour que les habitants pussent communiquer d'une rive à l'autre, à l'aide de jetées de pierres et de terre, on est parvenu à construire sur pilotis des maisons et des boutiques tellement disposées et alignées sur deux rangs opposés, qu'elles forment au milieu d'elles un pont dont la plus grande partie est de bois, et sur lequel on pourrait se croire sur la terre ferme. Cette rue, très fréquentée, est ouverte à tous les passants, mais inaccessible aux rayons du soleil; elle offre aux acheteurs...

Informations bibliographiques