Images de page
PDF

« Répétons-le: les deux questions sont très-différentes. L'une est question de bonne administration , l'autre de finance. Nous abandonnons celle-ci moyennant un subside gratuit, plus abondant, plus certain, plus régulier:

quant à la question de prudence, il nous est toujours loi-'

sible de la traiter. « D'après ces considérations, messieurs, nous avons l'assurance que vous accepterez l'offre généreuse du clergé avec les conditions qui y sont attachées, et ce serait, de notre part, méconnaître la délicatesse de vos sentiments que de douter un seul instant que vous ne le considériez, ainsi que nous le faisons nous-mêmes, comme un noble exemple de dévouement à la patrie et d'amour fraternel envers la commune famille de l'État romain. . · « Reste à considérer et à décider l'usage que nous devrons ou que nous pourrons faire de cette offre. « Nous aurons, dans quelques jours, deux cent mille écus du clergé, cent mille au mois de décembre 1849, puis trois cent mille au mois de décembre de chacune des neuf années suivantes, et enfin deux cent mille dans le même mois de décembre des cinq autres années qui suivront; en d'autres termes, on peut dire que l'État est détenteur de quinze lettres de change tirées par le clergé et acceptées par une autorité chargée de le représenter légalement à cet effet. Ces traites ou valeurs à échéances diverses peuvent être négociées séparément ou · en bloc, et c'est se tenir dans les termes de la plus exacte vérité que de dire que soit que l'on considère la qualité du débiteur, ou la sanction donnée par le chef de l'Église auxdits engagements, ou la faculté que le créancier, qui est l'État, a de pouvoir, en tout cas, se payer de ses propres mains, il n'est point de créance moins suspecte et plus solide : en sorte que le détenteur d'une de ces valeurs, subrogé aux droits et garanties de l'État lui

même, ne peut raisonnablement exiger qu'un intérêt honnête sur son capital jusqu'à l'échéance des valeurs dont Cession nous est faite. » - " - - * • Tel était le discours du comte Rossi, interprète de l'esprit de bienveillance et de sincérité dont le souverain Pontife était animé, empreint de l'esprit de sagesse éminemment pratique du ministre. Tous les deux brûlaient d'un vif désir de faire le bien, dans les limites de la prudence et de la raison. Nul doute que s'ils eussent eu entre leurs mains le sort d'un peuple réfléchi, ne voulant que les choses possibles, leurs efforts accueillis avec reC0nnaissance n'eussent été secondés et ultérieurement C0uronnés de succès. " | . . - - : A l'exception de quelques hommes aveuglément attachés aux traditions routinières d'un passé qui demandait à se modifier, ou d'un très-petit nombre d'esprits sages qui avaient salué avec enthousiasme l'ère nouvelle inaugurée par la politique du ministre, le peuple romain, presque tout entier, se composait d'hommes égarés. Traînés à la remorque de quelques chefs occupés froidement à résoudre les calculs de leur propre ambition, exaltés par de brûlantes paroles, les Romains croyaient follement redevenir le premier peuple du monde, par un embra· sement général.Ne leur disait-on pas incessamment que le feu seul pouvait ranimer les cendres éteintes du phénixo et on ajoutait, en les jetant dans les chances d'une lutte inégale, que pour chasser l'étranger oppresseur il leur suffirait de prendre les armes, attendu que les aigles de l'Autriche n'oseraient jamais soutenir l'éclair de leurs regards. .. ! • . | | | Ces éloquentes fanfaronnades étaient moins ridicules, Sans doute, que le conseil donné aux faibles soldats de la Chine, insurgés contre un détachement de troupes anglaises, au-devant duquel, pour le mettre en fuite, on

avait résolu de porter des enseignes empreintes de l'image
des lions et des tigres furieux, mais elles étaient aussi
puériles. Car, encore une fois, sans armée disciplinée, sans
approvisionnement, sans soldats aguerris, et sans géné-
raux expérimentés, le résultat ne pouvait être douteux.
Quel nom donner aux hommes qui ont trompé ainsi le
peuple romain, ce peuple si bon, si généreux quand il ne
s'abandonne qu'à ses propres instincts! ce peuple grand
dans les arts, les sciences, la littérature, susceptible mê-
me de faire de bons soldats ! Ne pourrait-on pas les ac-
cuser de folie ou de trahison ? En revanche saurait-on
avoir trop de louanges pour le souverain et pour le mi-
nistre qui avaient songé sérieusement à fonder pour l'État
romain des Institutions conformes aux progrès de la ci-
vilisation et aux besoins des temps ?
Le parti qui a refusé de pareilles concessions s'est
montré indigne de prendre une part sérieuse au gouver-
nement des affaires de son pays. Le parti qui, sourd à la
voix de la prudence et de la sagesse, a compromis par s0n
ambition les destinées de l'Italie, n'est plus un parti, mais
une faction qui mérite la malédiction des contemporains
et la flétrissure de l'histoire. - -
Pellegrino Rossi, né à Carrare, dans le duché de M0-
dène, venait d'accomplir ses soixante et un ans. D'unes-
prit pénétrant, net, judicieux et fécond, joignant à la
connaissance des langues classiques celle des belles-let-
tres et de la philosophie, l'enfant devenant homme à
quinze ans, avait terminé, par de brillants succès, les
études les plus complètes. Engagé dès lors dans les lut-
tes politiques sans cesse renaissantes sur le sol de sa pa-
trie, il se vit tout à coup, jeté par l'exil, sur la terre
étrangère, et trouva dans Genève une seconde patrie. Là,
après s'être emparé de la première place comme orateur,
jurisconsulte, législateur et homme d'État, il rêve à Paris

[ocr errors]

une scène plus vaste, proportionnée à sa taille. Il s'y fit bientôt remarquer parmi ceux qui répandaient sur le monde l'éclat de leurs lumières et de leurs talents.Alors, un pouvoir d'origine révolutionnaire, mais ami de l'ordre présidait aux destinées de la France; cherchant à étayer sa base équivoque par toutes les supériorités qu'il tr0uvait sur sa route, il combla d'honneurs et de fortune le savant exilé, qui bientôt après revit le sol de son pays, m0n pas en coupable, en gracié, mais en ambassadeur d'une grande nation, revêtu de la majesté de la France.La gloire humaine est une étoile filante qui disparaît d'autant plus rapide qu'elle a plus de splendeur ! les pavés sur lesquels reposait le pouvoir dont il était le représentant venant un jour à s'écrouler sous ses pieds chancelants, Rossi rentra dans la vie privée jusqu'au moment où la confiance du S0uverain Pontife le releva dans ses conseils, pour l'ass0cier à ses efforts et lui procurer la gloire du martyre.

D'une taille élevée, digne plutôt qu'élégante, Pellegrino Rossi était au physique comme au moral see, roide et bilieux. Spirituel, doué d'un sens exquis et d'une rare pé| nétration, connaissant toutes le fibres du cœur humain, la froideur de son sourire, l'ironie de son regard, le dédain de son geste, lui avaient fait autant d'ennemis que l'élévation de sa fortune politique. D'une intelligence souple et forte, d'un caractère passionné, maître de soimême, d'une finesse qui cependant excluait l'hypocrisie, réservé, mais entreprenant suivant les circonstances, improvisateur concis, orateur entraînant, il charmait par la p0ésie de sa parole et persuadait par la vigueur de son argumentation. Sans rival pour la direction des affaires, Sans exagération dans la théorie, sans préjugés dans la pratique, le comte Rossi avait dans les dernières années de sa vie complété ses études humanitaires par celle de la religion. Les orages de la politique n'avaient point éteint chez lui le flambeau de la foi conservée pure dans l'élévation de son esprit éminemment catholique.Le spectacleimposant de la piété à Rome, les relations intimes de son ministère avec le saint Pontife, le désenchantement des gloires, le néant des espérances humaines, le recueillement des natures d'élite en présence des tressaillements du monde agité par les mystérieux décrets de la Providence, | toutes ces causes, méditées religieusement par le philos0phe chrétien, avaient puissamment contribué au développement de la grâce dans son ame ouverte aux rayonnements de la vérité. | Modeste et simple de cœur dans ses rapports avec Dieu autant qu'il était fier et superbe dans ses relations avec les hommes, il aimait à's'isoler dans la prière, à se confondre parmi la foule, le dimanche, pour assister obscurément caché, pour ainsi dire, dans l'ombre dè l'église, aux mystères du sacrifice divin. • • • , .. , . Dévoué jusqu'à l'immolation à la personne du chef de l'Église, il écrivait, quelque temps avant sa mort, cette phrase remarquable : La papauté est la dernière grandeur vivante de l'Italie. . Le matin même du jour dont il ne devait point voir la fin, il prononça ces paroles qui renfermaient peut-être de mystérieux pressentiments : Pour arriver au pape il faudra me passer sur le corps. Quelques instants plus tard, alors que le poignard impatient de la révolution at

tendait l'heure du crime il proféra ce cri sublime: La

cause du pape est la cause de Dieu. .. | | | | | | .

Tel était le comte Rossi, tel était l'homme éminent dont l'assassinat, commis en plein jour sous le regard des députés, à l'endroit même où César était tombé sous le poignard de Brutus épouvanté, obtint dans la Chambre la lâche protection du silence, et dans la rue, les honteux honneurs de l'ovation.

[graphic][graphic]
« PrécédentContinuer »