Images de page
PDF

gouvernement du roi vous soient bien connues et règlent | votre attitude et votre langage. « Le maintien de la paix et le respect des traités sont toujours les bases de cette politique, nous les regardons comme également essentiels au bonheur des peuples et à la sécurité des gouvernements, aux intérêts moraux et aux intérêts matériels des sociétés, aux progrès de la civilisation et à la stabilité de l'ordre européen. Nous nous sommes conduits d'après ces principes dans les affaires de notre propre pays. Nous y serons fidèles dans les questions qui touchent à des pays étrangers. « L'indépendance des États et de leurs gouvernements a pour nous la même importance et est l'objet d'un égal respect; c'est la base fondamentale du droit international que chaque État règle par lui-même et comme il l'entend, ses lois et ses affaires intérieures. Ce droit est la garantie de l'existence des États faibles et de la paix entre les grands États. En le respectant nous-mêmes, nous sommes fondés à demander qu'il soit respecté de tous « Pour la valeur intrinsèque comme pour le succès durable des réformes nécessaires dans I'intérieur des États, il importe aujourd'hui plus que jamais, qu'elles s'accomplissent régulièrement, progressivement de concert entre les gouvernements et les peuples, par leur action commune et mesurée, et non par l'explosion d'une force unique et déréglée. C'est dans ce sens que seront toujours dirigés nos conseils et non efforts. « Ce qui s'est passé jusqu'ici dans les États romains prouve que là aussi les principes que je viens de rappeler sont reconnus et mis en pratique. C'est en se pressant autour de son souverain, en évitant toute précipitation désordonnée, tout mouvement tumultueux, que la population romaine travaille à s'assurer les réformes dont elle a besoin. Les hommes considérables et éclairés qui vivent au sein de cette population s'appliquent à la diriger vers son but par les voies de l'ordre et par l'ac

· tion du gouvernement. Le pape, de son côté, dans la

grande œuvre de réforme intérieure, la réforme qu'il a entreprise , déploie un profond sentiment de sa dignité

· c0mme chef de l'Église, de ses droits comme souverain,

et se montre également décidé à les maintenir au dedans et au dehors de ses États. Nous avons la confiance qu'il rencontrera, auprès de tous les gouvernements eur0péens, le respect et l'appui qui lui sont dus; et le gouVernement du roi, pour son compte, s'empressera, en toute 0ccasion, de le seconder selon le mode et dans la mesure

qui s'accorderont avec les convenances dont le pape lui

même est le meilleur juge. . , . , o Les exemples si augustes du pape, la conduite intelligente de ses sujets, exerceront sans doute en Italie, sur les princes et sur les peuples, une salutaire influence, et c0ntribueront puissamment à contenir, dans les limites du droit incontestable et du succès possible, le mouvement qui s'y manifeste. C'est le seul moyen d'en assurer les bons résultats, de prévenir de grands malheurs et d'amères déceptions. La politique du gouvernement du roi agira constamment et partout dans le même desScln. » , , % - - - - La France, que les révolutionnaires italiens, aux jours des déceptions qu'elle leur a prédites, accusèrent de trahison ou tout au moins de déloyauté, ne veut pas qu'on

se méprenne sur ses intentions; elle insiste sur les aver

tissements qu'elle donne, sur les avis qu'elle suggère ; elle se croirait coupable, la Francel de donner de fausses espérances à des tentatives qu'elle regarde comme impuissantes, irréalisables, insensées. Que de sang versé inutilement eût été épargné, que de ruines sans résullat eussent été évitées, si sa voix prophétique n'avait

pas été étouffée par la voix orgueilleuse des sociétés secrètes ! "- • • ' Comme on le voit, ce langage ferme, loyal, précis et digne de la France, ne pouvait laisser aucun doute sur la nature des intentions de son gouvernement à l'endroit de l'indépendance italienne; il indiquait clairement l'attitude que dans les prévisions d'une catastrophe prochaine, la France se réservait pour les éventualités de l'avenir. Il en était temps encore; la politique de la France, si bien définie cette fois par M. Guizot, pouvait préserver l'Italie des malheurs qui la menaçaient. Mais au-delâ , des Alpes, les clameurs des révolutions, plus fortes que les conseils de la raison, grondaient surexcitées par l'accord des plus mauvaises passions; la voix de la France se perdit dans les bruits de la tourmente révolutionnaire. - L'année 1848 s'ouvrit sous les plus sinistres auspices. Dans la soirée du 51 décembre, des rapports d'une nature inquiétante étaient parvenus à la connaissance du gouverneur de Rome; des rassemblements hostiles, disaiton, s'étaient formés dans les divers quartiers de la ville ; l'ordre public se trouvait en péril; les agitateurs étaient en permanence; le peuple en masse s'irritait des ordres que le Saint Père avait donnés pour empêcher les démonstrations dont il était le héros ou plutôt la victime..., etc., etc. Rien de précis ne justifiait encore ces appréhensions; mais, le lendemain, des bruits plus alarmants circulent dans la foule: Pie IX est prisonnier dans son palais; les cardinaux, ses geôliers, le ravissent à l'amour du peuple; le Quirinal doit être attaqué,... Cette panique, habilement exploitée par les agitateurs, circule avec la rapidité de l'éclair; aussitôt les portes du palais se ferment; des troupes nombreuses en oecupent les cours; des dragons, le sabre au poing, en gardent les abords; les Suisses se retranchent dans l'intérieur; les patrouilles sillonnent les rues; les agents provocateurs accroissent l'irritation des masses; toute la ville est en ébullition; le pape, seul, isolé dans la paix de sa conscience, retiré dans le silence de son oratoire, prie le Seigneur de bénir son peuple; il élève ses mains suppliantes au tiel, tandis que les flots de la tempête populaire se briSent aux portes de son palais. Cependant le prince Corsini, sénateur de Rome, se transporte au Quirinal et obtient du Saint Père la promesse que le lendemain, se rendant aux vœux de la population, il réparerait, par une promenade dans la ville, un malentendu causé par la malveillance de faux rapp0rts. Cette nouvelle rapportée par le prince, ramène aussitôt le calme dans les esprits; le peuple s'écoule paisiblement, et les révolutionnaires s'applaudissent d'avoir gagné un point de plus dans la partie où se trouvent engagés les droits du Saint-Siége, la sécurité de l'État, le bonheur publie, la liberté elle-même. · Fidèle à sa promesse, le Saint Père sortit le lendemain du Quirinal avec une simple escorte de quatre gardesn0bles, prouvant ainsi la confiancc qu'il avait dans l'amour et la fidélité de son peuple. Cette fois encore, il fut accueilli sur son passage par les démonstrations les plus vives; la joie brillait sur tous les fronts, le bonheur régnait dans toutes les ames. Le pape s'apprêtait à rentrer dans son palais, déjà même il se trouvait au Corso à l'embranchement de la rue des Condotti, lorsque tout à coup une tourbe de gens à figures sinistres se précipile sur les pas du cortége, clamant : Vive Pie IX ! et vociférant les cris de : A bas le gouverneur! à bas Savelli! à bas la police! mort aux rétrogrades ! à bas les jésuites ! Ciceruacchio, se détachant de la tourbe, s'élance derrière la voiture pontificale; sa main agite un · immense écriteau sur lequel se trouve cette inscription tracée en grosses lettres: Courage, Saint Père, le peuple est avec vous ; sa voix, avinée et retentissante, répète l'inscription

du drapeau; les hurlements de la populace redoublent, et le pape perd connaissance dans la rue des Trois-Ca- .

nelles. , , , ... . - - •, , , " " , , ' '' · Le lendemain, les journaux du mouvement annoncérent que le pontife, reconnaissant de l'amour de son peuple, s'était évanoui par tendresse. Ce jour-là même, le gouvernement romain publia, par l'organe du journal officiel, des explications sur la nature des causes qui avaient motivé ses ordonnances contre les manifestations de la · rue. Après avoir démontré que les ennemis de l'ordre se prévalaient de toute circonstance pour entretenir une agitation nuisible à la société et fatale aux véritables intérêts du pays, le gouvernement exprimant sa satisfaction pour les marques de reconnaissance que le peuple s'empressait de donner chaque jour au chef de l'Etat, le suppliait de s'abstenir désormais de toute manifestation bruyante et désordonnée. ' . , , , . Les sociétés secrètes, encouragées par l'impunité, opposaient ouvertement le gouvernement de la démagogie au gouvernement du droit. Elles avaient leurs ministres, leurs sicaires, leur armée recrutée dans les fanges de la populace, leur règlement et leur discipline unitaire, passive et absolue. Les conjurés, esclaves eux-mêmes de l'idée qui les faisait agir, marchaient ainsi qu'un seul homme, serrant leurs rangs devant les décrets de l'autorité, comme une armée devant les boulets de l'ennemi. Ne tenant compte aucun des avertissements du pouvoir, ils organisèrent, quelques jours après, une nouvelle démonstration pour forcer la main au Saint Père et obtenir, par la violence, la formation d'une armée et d'un ministère laïque. Le pape répondit à ces exigences par

« PrécédentContinuer »