Images de page
PDF

les ordres qu'il venait de recevoir du gouvernement français :

[ocr errors][ocr errors]

« Je reçois à trois heures de l'après-midi la lettre par laquelle vous témoignez le regret que j'aie refusé de m'associer à la convention que M. de Lesseps, ministre plénipotentiaire, a cru devoir arrêter avec vous, sous la date du 51 mai, à huit heures du soir. « L'événement a justifié ma détermination par deux dépêches émanées du ministre de la guerre et de celui des affaires étrangères, sous la date des 28 et29 mai, Le gouvernement français m'a déclaré ce qui suit : « La « voie des négociations est épuisée. La mission de M. de « Lesseps est terminée. » Aussitôt la réception de ces de pêches, je me suis empressé de faire connaître leur contenu à M. de Gérando, chancelier de l'ambassade. Le chef d'état-major de l'armée expéditionnaire a chargé cet agent diplomatique de donner officiellement communication au gouvernement romain d'une décision qui rappelle. M. de Lesseps et qui me replace dans la plénitude des pouvoirs d'un commandant en chef. · « M. de Lesseps s'est chargé de vous remettre, hier soir, à dix heures, la note dont copie est ci-jointe. « J'y déclarais, vous le voyez, messieurs, que dans le cas où, après vingt-quatre heures, l'ultimatum du29 mai ne serait point accepté, l'armée française reprendrait sa liberté d'action. - - , « N'ayant pas reçu de réponse à cinq heures du soir, j'écrivais le même jour à M. de Lesseps: « IV'oubliez pas de dénoncer immédiatement la sin de l'armistice, si vous n'obtenez sans retard une solution entièrement conforme à la déclaration du 29 de ce

mois.

s

« Aujourd'hui, aussitôt après la réception des dépêches télégraphiques ci-dessus mentionnées, j'ai fait préVenir les avant-postes romains que la trève consentie verbalement par M. de Lesseps était expirée et que la suspension des hostilités cessait complètement. « A trois heures et demie, le premier juin mil huit - ent quarante-neuf, je charge M. le chancelier de l'am\ bassade d'avoir l'honneur de vous faire cette nouvelle \ notification. . , • .. , « Le général en chef, « OUDINOT DE REGGIo. »

[ocr errors]

En même temps, fort de la dépêche qu'il vient de recevoir, le commandant en chef écrit ainsi au général de l'armée romaine :

« Général,

« Les ordres de mon gouvernement sont positifs. Ils me prescrivent d'entrer dans Rome le plus tôt possible. J'ai dénoncé aux autorités romaines l'armistice verbal que, sur les instances de M. de Lesseps, j'avais consenti à accorder momentanément. J'ai fait prévenir par écrit V0s avant-postes que l'une et l'autre armée avaient le droit de recommencer les hostilités. Seulement, pour donner le temps à ceux de nos nationaux qui voudraient quitter Rome et sur la demande de M. le chancelier de l'ambassade de France la possibilité de le faire avec facilité, je diffère l'attaque de la place jusqu'à lundi. »

En réponse à la lettre du commandant en chef de l'armée française, le général Roselli fit une demande d'armistice de quinze jours sous le prétexte de s'opposer à la marche des Autrichiens sur Rome. Le duc de Reggio refusa, disant que les troupes autrichiennes ne dépasseraient pas les lignes qu'elles occupaient. Ensuite il chargea M. de Gérando, chancelier de l'ambassade de France, de prévenir les personnes qui désiraient abandonner la ville, qu'un refuge assuré leur serait ouvert au monastère de Saint-Paul. En attendant, la plus grande activité règne au camp de l'armée française. Du haut de leurs remparts, les R0mains peuvent suivre les divers mouvements de n0str0u

pes. Une compagnie de chasseurs à pied vient renforcer

les bataillons établis au Ponte-Mario, tandis que, p0ur donner le change à l'ennemi et intercepter les c0nv0is de diverses natures qui approvisionnent la ville, la cavalerie pousse de fréquentes reconnaissances sur la rire du fleuve. Sur ces entrefaites, les triumvirs annonçaient ainsiaux Romains la reprise des hostilités :

« Citoyens,

« Non-seulement le général Oudinot a refusé son ado hésion à la convention faite entre nous et l'envoyé extraordinaire de la France, mais il nous a dénoncé la rupture de l'armistice et déclaré son armée libre de n0us attaquer. , " - - -

« Quoi qu'il arrive, les Romains feront leur devoir et nous le nôtre. Déjà Dieu et le peuple nous ont donné la victoire dans une première lutte avec l'homme quinous menace. Dieu et le peuple nous la donneront enc0re »

Rome est située à cheval sur le Tibre, qui la séparo en deux parties inégales du nord au sud. La partie orien tale la plus considérable est protégée par l'enceinte au rélienne; elle renferme quelques collines peu élevées La partie occidentale qui comprend la cité Léonienne , ainsi que le Transtévère, est moins étendue, mais l'enceinte bastionnée, construite en 1645 sous Urbain VIll, la rend plus importante au point de vue militaire.Cello

TRAITÉ DE M. DE LESSEPS. 451

fortification embrasse, sur les trois cinquièmes de son étendue totale, la crête du mont Janicule, à trois cent vingt-deux pieds au-dessus du niveau de la mer, et cent quarante-neuf au-dessus de celui du Capitole. Le développement général de l'enceinte mesure seize milles italiens. A l'est, Rome n'est dominée extérieurement par aucune élévation; mais à l'ouest, un système de collines enchaînées les unes aux autres serpente dans un rayon de quinze milles environ sur la rive droite du Tibre. Ce sont les coteaux de Santa-Passera , le Vatican, le Janicule, le Monte-Verde et le Monte-Mario. Cette dernière · colline domine, à la partie nord-ouest, le fort Saint-Ange, le Ponte-Molle et les deux routes qui, sur la rive droite et sur la rive gauche du fleuve, conduisent l'une à la porte Angelica, l'autre à la porte du Peuple. En dehors de l'enceinte d'Urbain VIII, en regard de la porte SaintPancrace, et à une distance de quatre cent quatre-vingtdix mètres, s'élève sur un plateau la villa Corsini, connue Sous le nom de Casino des quatre vents. Le général Oudinot jeta les yeux sur la position importante qu'elle occupe, pour en faire le pivot de ses opérations. L'art militaire enseigne qu'une place doit être attaquée par le front le plus saillant: cette partie étant moins bien flanquée que les autres, présente à l'action des assiégeants une moindre concentration de feux. C'est en raison de ce principe que le général Oudinot, d'accord avec les gé' néraux Vaillant et Thiry, résolut de se rendre maître du Janicule, afin de pouvoir diriger les batteries de brêche sur le front le plus saillant des remparts. L'armée française occupait les hauteurs qui, sur la rive droite du Tibre, dominent la partie ouest de Rome. Elle s'étendait du nord au sud jusqu'à la plaine située sur la rive gauche de ce fleuve, du Monte-Mario à la basilique de SaintPaul. Dans cet ordre demi-circulaire, ayant son front d'o

[ocr errors][graphic][graphic][graphic][graphic]

pérations opposé au point objectifet ses lignes d'attaque
dirigées concentriquement, elle se trouvait disposée de
la manière suivante : le centre, la réservc et les acces-
soires à Monte-Verde; la droite à Saint-Paul, et la gau-
che à Monte-Mario. Le grand parc d'artillerie campait à
Santa-Passera, celui du génie à la villa Santucci d'abord
et ensuite à Merluzetta. Le gros de l'armée, les ambulan-
ces, les dépôts et les fours occupaient la villa Santucci. La
position élevée de ce point choisi pour recevoir le quartier
général, permettait au commandant en chef de communi-
quer rapidement avec les deux ailes de l'armée, et de
diriger ses opérations. Les troupes françaises formaient
alors un effectif d'environ vingt-trois mille hommes. Les
troupes romaines, supérieurement pourvues de munitions
et d'une nombreuse artillerie, pouvaient mettre en ligne
environ vingt-huit mille combattans résolus et parfaite-
ment armés. L'on doit joindre à ce nombre cinq ou six
mille gardes civiques sur le concours desquels la défense
d'ailleurs ne pouvait guère compter. Cette armée 0ccu-
pait l'intérieur de la ville que les républicains avaient
munie de parapets, de barricades, de batteries et de divers
travaux de tranchées, surtout sur les points qui se prè-
taient le plus à l'attaque, tels que les portes du Peuple
et de Saint-Pancrace.
Dans la soirée du 2 juin le général Oudinot donne ses
derniers ordres pour reprendre les hostilités, et quoique
les autorités romaines n'aient point accordé à nos nati0-
naux la possibilité de quitter la ville, il prend les m6-
sures nécessaires pour que la place proprement dite soit
à l'abri de toute atteinte. Le 5 juin à la pointe du jour
deux colonnes, commandées l'une par le général de bri-
gade Mollière, l'autre par le général de brigade Levaillant
(Jean), se portent par des points différents sur la villa
Panfili. Ces deux brigades sont commandées par le gé-

[ocr errors][ocr errors]
« PrécédentContinuer »