Images de page
PDF
ePub

aujourd'hui partie de la liturgie. A Châlons-sur-Saône, la veille de la Pentecôte, les chanoines célébraient, en dansant et en chantant les antiennes du jour, la descente du Saint-Esprit sur les apôtres. A Limoges, il y a un siècle à peine, le jour de Saint-Martial, apôtre du Limousin, le peuple et le clergé dansaient en rond dans le choeur de la cathédrale qui lui est dédiée, en répétant à la fin de chaque psaume, au lieu du Gloria Patri, cet harmonieux refrain :

Sant Marciau , pregat per nous ,
E nous espingaren per bous.

« Saint Martial, priez pour nous, et nous danserons pour vous. »

Plus sévère que la juive et que la chrétienne, la religion musulmane repousse la danse et même la musique des mosquées : elle la défend même dans les harems. On danse pourtant quelquefois; mais c'est en vertu d'une autorisation accordée ou plutôt vendue au maître de maison par l'autorité compétente. Car, à Constantinople comme à Rome,

Il est avec le ciel des accommodements.

Quelques personnes ont donc présumé à tort de ce que certains derwischs admettaient la danse parmi leurs exercices religieux, qu'elle était du nombre des pratiques ordonnées par le Coran. Tout au contraire , ces derwischs sont réprouvés par la religion et par la loi, par cela ble, plus de zèle que de jugement. Ce qui est indécent dans le lieu saint ne saurait-il être décent en d'autres lieux ? Ces zélateurs ne savent - ils donc pas que li danse à laquelle les paysans se livrent le dimanche sur l.. place publique n'est qu'une continuation d'un usage consacré par l'Église elle-même ? Les chrétiens de l'un et de l'autre sexe, qui avaient été chercher dans le désert un refuge contre la persécution, se rassemblaient dans les hameaux les fêtes et les dimanches, et dansaient pieusement en chantant les prières du jour, dit le P. Hélyot , dans son histoire des ordres monastiques.

Ce fait , raconté par un moine picpus, prouve, dirat-on , qu'autrefois la danse a été permise aux moines par les abbés; mais non pas qu'aujourd'hui les cures doivent la permettre à leurs paroissiens.

Si l'opinion d'un archevêque est de poids dans un pareille question, opposons à ces ennemis de la dans l'autorité d'un archevêque.

L'homme le plus sincèrement et le plus raisonnabl. ment religieux qui ait peut-être existé, Fénelon, répo dit à un curé qui se vantait d'avoir aboli la danse da sa paroisse : « Ne dansons pas, monsieur le curé; ma permettons à ces pauvres gens de danser. Pourquoi les e pécher un moment d'oublier qu'ils sont malheureux ? »

A cette considération concluante pour la charité, pourrait en joindre une autre non moins concluar pour la morale. L'office divin fini, de quelle mani les paysans emploieront-ils le dimanche, si, dans

[ocr errors][ocr errors][merged small]
[graphic]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

ttre un terme. ai, supprimée w moins depuis

ient même en ises. A Évreux, -temps rendus bois de la Bou1 ils paraient les unite pendant dix renait un théâtre le plus honnête. in de procession vence, s'appelait tum diaconorum. ne de celles dont oscrire la danse en

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

pas à la danse ? Les marches militaires elles-mêmes sont des danses : c'est ce que les anciens indiquent quand ils disent que c'est en dansant que les Spartiates allaient au combat.

La danse ne consiste pas seulement dans des mouvements exécutés en sautant. Au reste, si l'on ne veut voir de danse parfaite que là où les mouvements des danseurs dessinent des figures, on conviendra du moins que les évolutions dont il s'agit ici se placent entre la danse sautée et la marche non réglée; elles sont, entre ces deux exercices, ce qu'en musique est le récitatif entre la déclamation et l'air proprement dit.

Parmi les danses romaines, n'oublions pas de citer la danse de mai. A l'occasion d'une fête ramenée annuellement par ce mois, et dont l'objet était de célébrer le rajeunissement de la nature, les jeunes garçons et les jeunes filles sortaient de la ville avant l'aurore, pour n'y rentrer qu'après le crépuscule. Pendant toute la journée cette jeunesse parcourait les champs en dansant au son de la flûte, et s'y parait de rameaux verts, sans lesquels on avait honte de se montrer ce jour-là, d'où vient le proverbe, Je vous prends suns vert. La plus parfaite égalité régnait entre les citoyens dans ces gracieuses saturnales, pendant lesquelles les riches ne se distinguaient qu'en faisant dresser devant leurs maisons des tables abondamment servies, auxquelles chacun pouvait s'asseoir. On conçoit que la liberté des fêtes de mai ait facilement dégénéré en licence, et qu'il en soit né des excès auxquels l'autorité civile ait cru devoir mettre un terme.

Les usages et les abus de la danse de mai , supprimée par le paganisme, se sont reproduits néanmoins depuis l'établissement du christianisme, et se liaient même en quelques endroits à des solennités religieuses. A Évreux, les chanoines de la cathédrale se sont long-temps rendus le yer mai au bois l'Évêque , autrement dit bois de la Bouteille, pour y couper des branches dont ils paraient les saints de leur église, qui, abandonnée ensuite pendant dix jours au bas clergé et à la populace, devenait un théâtre de plaisirs dont la danse était peut-être le plus honnête. Cette fête, connue sous la dénomination de procession noire, et qui ne prescrivait pas l'abstinence, s'appelait aussi danse des saouls-diacres, saturorum diaconorum.

La danse de mai est sans doute une de celles dont les rigoristes se sont prévalus pour proscrire la danse en général.

Ce que cette danse devint par abus, la danse nuptiale et la danse de l'hymen l’étaient par leur essence. Celleslà furent de tout temps abominables. Il suffit d'avoir le plus léger respect des moeurs pour abhorrer ces pantomimes, qui reproduisaient au jour les mystères les plus secrets du lit conjugal.

Le geste, qui fait nécessairement partie de la danse, est un des moyens dont nous nous servons pour exprimer nos sentiments et nos sensations: on conçoit donc que de la danse soit née la pantomime (voyez PANTOMIME), qui se rattache à la danse théâtrale.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »