Images de page
PDF

consens de tout mon cœur à leur rapidité, jusqu'à ce que nous soyons ensemble. Je me fie à la Garde pour vous mander les nouvelles, et vous dire le dégoût qu'a eu M. ... .. on l'a trouvé un paresseux, un homme haïssant le métier ; ce qui s'appelle le contraire d'un bon Officier. Qu'a-ton fait ? on a taxé sa charge, achetée quarante-cinq mille écus, à cent mille francs, et il a été obligé de prendre, pour la moitié, la charge de Villarceaux. Sa femme a crié aux pieds du Roi, qui a dit que ce n'étoit pas aussi pour lui faire plaisir qu'on l'ôtoit du service. On va chez M. de Louvois ; il dit que le Roi ne veut point être servi de cette sorte ; enfin , la mortification est complète, et fait voir qu'iI n'y a plus aujourd'hui de péché mortel, qui soit si sévèrement puni que celui de paresse : il y a des accommodemens à tous les autres ; à celui-là point de pardon. Je vous quitte pour aller faire un tour de ville. Me voilà de retour. J'ai entendu le salut avec la bonne Marquise d'Uxelles ; je voulois voir ensuite Mademoiselle de Méry; elle étoit allée avec Madame de Moreuil. J'ai été chercher des Grignans, car il m'en falloit. Le Coadjuteur venoit de partir pour venir ici ; j'ai recouru après lui, et le voilà ; il vous écrit. Je vous conjure , ma fille, si vous ToME V. · Q

m'aimez , de ne point loger dans votre appartement à Grignan; le Coadjuteur dit que le four est sous votre lit, je connois celui qui est au-dessus ; de sorte que si vous ne vous tirez de tous ces fours , vous serez plus échauffée que vous ne l'étiez ici ; contentezmoi là-dessus. J'ai appris que le Roi fut à Saint-Cloud ; il étoit seul, et la belle étoit au lit. On vous mandera si les Dames ne furent pas le trouver; je n'en ai rien ouï dire jusqu'à présent. Le bel Abbé vous contera comme on a encore soupçonné nos pauvres frères (de Port-Royal) de vouloir ravauder quelque chose à Romne sur le relâchement, et comme ils ont été repoussés, et l'ordre qu'on a donné à tous les Evêques de ne point entrer dans cette pensée : il l'ont tous promis, et la probabilité* est une des moindres opinions qui va s'établir.

* « On peut agir, dans tous les cas qui intéressent » la piété ou même la morale, d'après une opinion » probable ; et une opinion est telle, du moment que » quelque Docteur grave l'a soutenue ». Telle étoit cette doctrine qu'on reprochoit aux Jésuites d'établir. « Ainsi ( dit Pascal ) un seul Docteur peut tourner les » consciences et les bouleverser à son gré, et toujours » en sûreté ». On conçoit quel parti les Confesseurs et les Directeurs savoient tirer de la probabilité pour mettre à leur aise les vices et les passions des grands et des riches. Voyez la cinquième Lettre provinciale.

LETTRE 489.
A la méme.
à Paris , mercredi 23 Juin 1677.

J'A1 été cinq jours sans avoir de vos lettres ; ce tems m'a semblé rude et ennuyeux.Enfin, j'ai reçu votre lettre de Chagni et de Châlons. Mon Dieu, ma fille ! que vous avez raison de vous plaindre de cette montagne de la Rochepot ! que de cahots ! et quelle cruauté qu'au mois de Juin, les chemins de Bourgogne soient impraticables ! Vous me dites des merveilles de votre santé : mais pourquoi M. de Grignan ne m'en dit-il pas un mot ? après de si cruelles journées, il falloit me rassurer. La Saône vous aura été d'un grand secours avec sa tranquillité. Vous souvenez-vous de cet adieu triste et cruel que nous fîmes dans ces champs ? il est en core bien présent à mon imagination. Ceux qui demeurent ont leurs maux, et tous les endroits où ils ont vu ce qu'ils regrettent, sont marqués bien tristement. Je prènds de l'espérance tout autant que je puis ; votre santé, ma fille, est un des fondemens de cette espérance : vous savez les autres. La fatigue et la longueur des voyages me font

[ocr errors]

une peine incroyable. Ne parlons plus de Vichi, à moins que vous n'ayez besoin d'un dragon à point nommé : je ne sais ce que j'aurois fait, si j'avois entrepris ce voyage avec la quantité de petites affaires que j'ai ici ; je n'y pensois point, quand vous étiez avec moi ; enfin, je n'ai pas éncore pu aller à Livry. Madame de la Fayette est revenue de Saint-Maur fort malade; sa fièvre est augmentée, avec une colique dans les boyaux, très-sensible : elle a été saignée; si sa fièvre continue, elle me sera pas long-tems malade : ses amis sont occupés de ce nouveau mal. M. le Duc fait des merveilles : il me sera aisé de lui faire des plaintes de ces diantres de chemins.Je laisse à mon fils le soin de vous répondre sur le poëme épique etsurlesbonnes lectures que vous faites.Je ferai vos complimens à tous ceux que vous nommez; ce sont des souvenirs précieux. La Princesse de Tarente est au désespoir de me vous avoir plus trouvée ; dites-m'en un mot, et de la bonne Marbeuf qui vous adore, paree que je vous aime; j'envoie avec plaisir vos petits billets.

Le Coadjuteur vous dira, comme son | compliment extraordinaire au Roi a bien

réussi , et comme il peut demeurer ici tant

qu'il voudra. L'Abbé de Grignan chasse les

autres, en attendant qu'on le chasse quelque

jour. L'Abbé de Noailles (1) n'a point voulu de l'Evêché de Mende : le père et la mère disent que ce fils est leur consolation, que cet éloignement les tue ; hé bien ! on leur en donnera un plus proche. Pour moi, j'aurois pris pour une vocation ce qui me seroit venu sans le demander; ils sont bons | et sages- Nous avons dîné chez M. d'Harouïs, le Cardinal d'Estrées , la Case de Brancas, Mesdames d'Uxelles, de Coulanges, et moi. | Vous ne fûtes ppint du tout oubliée : le maître du logis est reconnoissant de votre souvenir. J'ai dit des douceurs à la Gargan. ' Dites un petit mot à cette bonne d'Esears, qui se met si bien en pièces quand il s'agit de vous servir : je vous tourmente, mais c'est que je n'aime point qu'on se plaigne de ma fille. . Ne me grondez point sur la longueur de mes lettres, je ne les écris point tout d'une haleine; je les reprends ; et bien loin de me donner de la peine, c'est mon unique plaisir.Voilà où l'absence nous réduit; écrire et recevoir des lettres, c'est ce qui tient la place de la vue et de la société d'une personne

(1) Louis-Antoine de Noailles, depuis Evêque de Châlons-sur-Marne, et dans la suite Archevêque de Paris et Cardinal.

« PrécédentContinuer »