Images de page
PDF
ePub

heureuse , que le succès en augmente tous les jours.

Lorsque le crédit de l'état n'est pas entier , c'est une nouvelle raison pour chercher à former un fonds d'amortissement, parce que ce fonds, une fois établi, rend bientôt la confiance,

1°. Si l'état est une république, dont le gouver. nement comporte par sa nature que l'on y fasse des projets pour long-temps, le capital du fonds d'amortissement peut être peu considérable : il faut, dans une monarchie, que ce capital soit . plus grand.

2°. Les réglements doivent être tels que tous les citoyens de l'état portent le poids de l'établissement de ce fonds, parce qu'ils ont tout le poids de l'établissement de la dette ; le créancier de l'état, par les sommes qu'il contribue, payant luimême à lui-même.

3o. Il y a quatre classes de gens qui paient les dettes de l'état; les propriétaires de fonds de terre, ceux qui exercent leur industrie par le négoce, les laboureurs et artisans, enfin les rentiers de l'état ou des particuliers. De ces quatre classes, la dernière, dans un cas de nécessité, sembleroit devoir être la moins ménagée, parce que c'est une classe entièrement passive dans l'état, tandis que ce même état est soutenu par la force active des trois autres. Mais, comme on ne peut la charger plus sans détruire la confiance publique dont l'état en général et ces trois classes en particulier ont un souverain besoin; comine la

foi

1

[ocr errors]

L'ARGENT est le signe des valeurs.

foi publique ne peut manquer à un certain nombre de citoyens sans paroître manquer à tous ; comme la classe des créanciers est toujours la plus exposée aux projets des ministres, et qu'elle est toujours sous les yeux et sous la main, il faut que l'état lui accorde une singulière protection, et que la partie débitrice n'ait jamais le moindre avantage sur celle qui est créancière.

CHAPITRE X I X.

Des prêts à intérêt.

[ocr errors]

Il est clair que celui qui a besoin de ce signe doit le louer, comme il fait toutes les choses dont il peut avoir besoin. Toute la différence est que les autres choses peuvent ou se louer ou s'acheter; au lieu que l'argent, qui est le prix des choses, se loue et ne s'achète

pas C'est bien une action très-bonne de prêter à un autre son argent sans intérêt; mais on sent que ce ne peut être qu'un conseil de religion, et non une loi civile.

Pour que le commerce puisse se bien faire il faut que l'argent ait un prix, mais que ce prix soit peu considérable. S'il est trop haut, le négociant, qui voit qu'il lui en coûteroit plus en intérêts qu'il ne pourroit gagner dans son commerce,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

a On ne parle point des cas où l'or et l'argent sont considérés comme marchandises.

n'entreprend rien : si l'argent n'a point de prix, personne n'en prête, et le négociant n'entreprend rien non plus.

Je me trompe quand je dis que personne n'en prête. Il faut toujours que les affaires de la société aillent; l'usure s'établit, mais avec les désordres que l'on a éprouvés dans tous les temps.

La loi de Mahomet confond l'usure avec le prêt à intérêt. L'usure augmente dans les pays mahométans à proportion de la sévérité de la défense : le prêteur s'indemnise du péril de la contravention.

Dans ces pays d'Orient, la plupart des hommes n'ont rien d'assuré; il n'y a presque point de rapport entre la possession actuelle d'une somme, et l'espéranće de la ravoir après l'avoir prêtée : l’usure y augmente donc à proportion du péril de l'insolvabilité.

CHAPITRE X X.

Des usures maritimes.

La grandeur de l'usure maritime est fondée

sur deux choses : le péril de la mer, qui fait qu'on ne s'expose à .prêter son argent que pour en avoir davantage, et la facilité que le commerce donne à l'emprunteur de faire promptement de grandes affaires et en grand nombre: au lieu que les usures de terre, n'étant fondées sur aucune de ces deux raisons, sont ou prescrites par les

législateurs, ou, ce qui est plus sensé, réduites à de justes bornes.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors]

Du prêt par contrat, et de l'usure chez les

Romains. UTRE encore une espèce de prêt fait par un contrat civil, d'où résulte un intérêt ou usure.

Le peuple chez les Romains augmentant tous les jours sa puissance, les magistrats cherchèrent à le flatter, et à lui faire les lois qui lui étoient les plus agréables. Il retrancha les capitaux; il diminua les intérêts ; il défendit d'en prendre; il óta les contraintes par corps; enfin l'abolition des dettes fut mise en question toutes les fois qu'un tribun vouloit se rendre populaire.

Ces continuels changements, soit par des lois, soit par des plébiscites, naturalisèrent à Rome l'risute; car, les créanciers, voyant le peuple leur débiteur, leur législateur et leur juge, n'eurent plus de confiance dans les contrats. Le peuple, comme un débiteur décrédité, ne tentoit à emprunter que par de gros profits; d'autant plus que, si les lois ne venoient que de temps en temps , les plaintes du peuple étoient continuelles et intimidoient toujours les créanciers. tous les moyens honnêtes de prêter et d'emprunter furent abolis à Rome, et qu'une usure affreuse

[ocr errors]

Cela fit que

toujours foudroyée et toujours renaissante, s'y établit a. Le mal venoit de ce que les choses n'avoient pas été ménagées. Les lois extrêmes dans le bien font naître le mal extrême : il fallut payer pour le prêt de l'argent et pour le danger des peines de la loi.

CHA P'I TRE XXI I.

Continuation du même sujet.

Les premiers Romains n'eurent point de lois

pour régler le taux de l'usure b. Dans les démêlés qui se formerent là-dessus entre les plébéiens et les patriciens dans la séditions même du Mont-Sacré, on n'allégua d'un côté que la foi, et de l'autre que la dureté des contrats.

On suivoit donc les conventions particulières; et je crois que les plus ordinaires étoient de douze pour cent par an. Ma raison est que, dans le langage ancien chez les Romains, l'intérêt à six pour cent étoit appelé la moitié de l'usure, l'intérêt à trois pour cent le quart de l'usure d : l'usure totale étoit donc l'intérêt à douze pour cent.

a Tacite, Annal. liv. VI.

Ý Usure et intérêt signifioient la même chose chez les Romains.

c Voyez Denys d'Halicarnasse, qui l'a si bien décrite.

d Usurte semisses, trientes, quadrantes. Voyez là-dessus les divers traités du Digeste et du Code de usuris; et sur-tout la loi XVII, avec sa note , au ff. de usuris.

« PrécédentContinuer »