Images de page
PDF
ePub

nonçant à la communion de l'Eglise romaine, n'ont trouvé sur la terre aucune Eglise à laquelle elles se soient unies (1) : elles ont donc fait secte à part avec toute la communauté des chrétiens et de l'Eglise universelle; et selon leur propre doctrine elles renoncent à la grâce de la rémission des péchés, qui est le fruit du sang de JésusChrist : de sorte que la damnation et la mort est leur partage.

Les absurdités qu'il a fallu dire pour répon- CLXXIV. dre à ce raisonnement font bien voir combien

Répétition

abrégée des il est invincible; car après mille vains détours, absurdités il en a enfin fallu venir jusqu'à dire qu'on de- du nouveau

système. meure dans l'Eglise catholique et universelle, en renonçant à la communion de toutes les Eglises qui sont au monde, et se faisant une Eglise à part (2); qu'on demeure dans la même Eglise universelle encore qu'on en soit chassé par une juste censure;' qu'on n'en peut point sortir par un autre crime que par l'apostasie, en renonçant au christianisme et à son baptême; que toutes les sectes chrétiennes, quelque divisées qu'elles soient, sont un même corps et une même Eglise en Jésus-Christ; que les Eglises chrétiennes n'ont entre elles aucune liaison extérieure par l'ordre de Jésus-Christ; que leur liaison est arbitraire; que les Confessions de foi par lesquelles elles s'unissent sont pareillement arbitraires, et des marchés où l'on met ce qu'on veut; qu'on

(1) Ci-dessus, n. 21, 22, 34, 35 et suiv. 68, 81, 82, 83. (5) Ci-dessus, n. 65, etc.

en peut rompre l'accord sans se rendre coupable de schisme; que l'union des Eglises dépend des empires, et de la volonté des princes; que toutes les Eglises chrétiennes sont naturellement et par leur origine indépendantes les unes des autres, d'où il s'ensuit que les Indépendans, si grièvement censurés à Charenton, ne font autre chose que conserver la liberté naturelle des Eglises; que pourvu qu'on trouve le moyen de s'assembler de gré ou de force, et de faire figure dans le monde, on est un vrai membre du corps de l'Eglise catholique; que nulle hérésie n'a jamais été ni pu être condamnée par un jugement de l'Eglise universelle ; qu'il n'y a même et n'y peut avoir aucun jugement ecclésiastique dans les matières de foi; qu'on n'a point droit d'exiger des souscriptions aux décrets des synodes sur la foi; qu'on se peut sauver dans les sectes les plus

perverses, et même dans celle des Sociniens. CLXXV.

Je ne finirois jamais si je voulois répéter toutes Le comble

les absurdités qu'il a fallu dire pour sauver la des absurdités. Le royau. Réforme de la sentence prononcée contre ceux me de Jésus

qui font secte à part. Mais sans avoir besoin d'en Christ con

avec raconter le détail , elles sont toutes ramassées le royaume dans celle-ci qu'on a toujours soutenue plus ou de Satan.

moins dans la Réforme, et où plus que jamais on met maintenant toute la défense de la cause : que l'Eglise catholique, dont il est parlé dans le Symbole, est un amas de sectes divisées entre elles, qui se frappent d'anathême les unes les autres : de sorte que le caractère du royaume de

Jésus-Christ

fondu

Jésus-Christ est le même que Jésus-Christ a donné au royaume de Satan, ainsi qu'il a été expliqué (1).

Mais il n'y a rien de plus opposé à la doctrine de Jésus-Christ même. Selon la doctrine de Jésus-Christ, le royaume de Satan est divisé contre lui-même, et doit tomber maison sur maison jusqu'à la dernière ruine (2). Au contraire, selon la promesse de Jésus-Christ, son Eglise , qui est son royaume, bâtie sur la pierre, sur la même Confession de foi, et le même gouvernement ecclésiastique, est parfaitement unie : d’où il s'ensuit qu'elle est inébranlable, et que les portes de l'enfer ne pourront jamais prévaloir contre elle (3); c'est-à-dire que la division , qui est le principe de la foiblesse, et le caractère de l'enfer, ne l'emportera point contre l'unité, qui est le principe de la force, et le caractère de l'Eglise. Mais tout cet ordre est changé dans la Réforme; et le royaume

de Jésus-Christ étant divisé comme celui de Satan, il ne faut plus s'étonner qu'on ait dit, conformément à un tel principe, qu'il étoit tombé en ruine et désolation. .

Ces maximes de division ont été le fondement CLXXVI. de la Réforme, puisqu'elle s'est établie par une

Fermeté

inébranlable rupture universelle ; et l'unité de l'Eglise n'y a

de l'Eglise. jamais été connue : c'est pourquoi ses Variations, Conclusion dont nous avons enfin achevé l'histoire, nous ont fait voir ce qu'elle étoit, c'est-à-dire un royaume désuni, divisé contre lui-même, et qui doit tomber tôt ou tard : pendant que l'Eglise catholique

de cet ouvra

ge,

(1) Ci-dessus, n. 51, etc.

(2) Luc. XI.

(3) Matt. XVI.

BOSSUET. XX.

39

610 HISTOIRE DES VARIATIONS, etc. immuablement attachée aux décrets une fois prononcés, sans qu'on y puisse montrer la moindre variation depuis l'origine du christianisme, se fait voir une Eglise bâtie sur la pierre, toujours assurée d'elle-même, ou plutôt des promesses qu'elle a reçues, ferme dans ses principes, et guidée par un esprit qui ne se dément jamais.

Que celui qui tient les caurs en sa main, et qui seul sait les bornes qu'il a données aux sectes rebelles, et aux afflictions de son Eglise, fasse revenir bientôt à son unité tous ses enfans égarés; et que nous ayons la joie de voir de nos yeux l'Israël malheureusement divisé se faire avec Juda un même chef (1),

(1) Osee. 1. II.

BIBLIOTH

DE LA
VILLE DE)

LYON

FIN DU TOME VINGTIÈM B.

« PrécédentContinuer »