Encyclopédie méthodique: ou par ordre de matières: par une société de gens de lettres, de savans et d'artistes ...

Couverture
Panckoucke, 1782
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 208 - horrible? Je crois voir de ta main tomber l'urne terrible ; Je crois te voir, cherchant un fupplice nouveau, Toi-même de ton fang devenir le bourreau. Pardonne ! un dieu cruel a perdu ta famille ; Reconnois fa vengeance aux fureurs de ta fille.
Page 367 - gouverné ; Que, s'il n'eft opprimé , tôt ou tard il opprime. Ainfi, de piège en piège, & d'abîme en abîme, Corrompant de vos mœurs l'aimable pureté, Ils vous feront enfin haïr la Vérité ; Vous peindront la Vertu fous une
Page 263 - L'été n'a point de feux, l'hiver n'a point de glace. » J'entends à fon feul nom tous mes fujets frémir. » En vain deux fois la Paix a voulu l'endormir ; *> Loin de moi fon courage entraîné par la Gloire
Page 367 - & pardonnez aux larmes Que m'arrachent pour vous de trop juftes alarmes. Loin du Trône nourri , de ce fatal honneur, Hélas! vous ignorez le charme empoifonneur. De l'abfolu pouvoir vous ignorez
Page 6 - . Que ce foit aux rives prochaines. Soyez-vous l'un à l'autre un monde toujours beau , Toujours divers, toujours nouveau: Tenez-vous Heu de tout, comptez pour rien le
Page 263 - Seulement au printemps, quand Flore dans les plaines » Faifoit taire des vents les bruyantes haleines , » Quatre bœufs attelés , d'un pas tranquille & lent, » Promenoient dans Paris le monarque indolent.
Page 117 - des humains ni l'ordre des faifons. L'homme y femble goûter , dans une paix profonde , Tout ce que la nature , aux premiers jours du monde , De fa main bienfaifante accordoit aux humains; Un éternel repos ; des jours purs
Page 153 - Athènes me montra mon fuperbe ennemi ; Je le vis, je rougis, je pâlis à fa vue ; Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue: Mes yeux ne voyoient plus, je ne pouvois parler, Je fentis tout mon corps & tranfir
Page 21 - collo e tondo, il petto è colmo e largo .' Due pome acerbe, e pur d'avorio fatte, Vengono, e van , come onda al primo margo, Quando
Page 450 - Abncr , à ces traits éclatants , Un Dieu , tel aujourdhui qu'il fut dans tous les temps ; 11 fait, quand il lui plaît, faire éclater fa gloire; Et fon peuple

Informations bibliographiques