Images de page
PDF
ePub

et le bistouri (1). C'est alors que Molière frappa tous ces ridicules réunis dans une comédie qui est le développement parfait de toutes les autres surle même sujet. Après avoir joué la précieuse ridicule, il osa jouer la vraie précieuse (2). Puis, à côté de cette peinture faite de verve, il voulut placer le portrait de la femme accomplie, et enseigner dans quelle juste mesure son esprit peut, doit s'appliquer aux sciences et aux lettres. Il mit sous les yeux la maison gouvernée par les précieuses et les savantes : il montra toutes les conséquences funestes de la conduite en apparence

(1)

(

Qui s'offrira d'abord ? Bon, c'est cette savante
Qu'estime Roberval , et que Sauveur fréquente.
D'où vient qu'elle a l'æil trouble et le teint si terni ?
C'est que, sur le calcul, dit-on, de Cassini,
Un astrolabe en main , elle a, dans sa gouttière,
A suivre Jupiter passé la nuit entière.
Gardons de la troubler : sa science, je croi,
Aura pour s'occuper ce jour plus d'un emploi :
D'un nouveau microscope on doit en sa présence
Tantôt chez Dalencé faire l'expérience ;
Puis d'une femme morte avec son embryon

Il faut chez du Verney voir la dissection. Boileau, Satire X, v. 425. — Boileau, qui n'acheva cette satire qu'en 1693, emprunta plus d'un trait à Molière, particulièrement en ce qui concerne la précieuse :

Mais qui vient sur ses pas ? C'est une précieuse ,
Reste de ces esprits jadis si renommés,
Que d'un coup de son art Molière a diffamés.
De tous leurs sentimenis cette noble héritière

Maintient encore ici leur secte façonnière, etc. (v. 438). Voir la suite à la note précédente. Remarquez encore que la dissection est prise du Malade imaginaire (1673), act. II, sc. VI.

(2) Les Femmes savantes (1672). Si Bélise est une précieuse ridicule, Philaminte et Armande sont de vraies précieuses. Aussi Ræderer, dans son Hlstoire de la Société polie, qu'il confond avec la société précieuse, trouve-t-il cette pièce immorale. Voir la très-spirituelle réponse de F. Génin, Vie de Molière, chap. X.

excusable d'une mère qui sort de son modeste et saint domaine pour se lancer dans la carrière du bel esprit et de la philosophie (1). Il fit voir une vieille fille devenue folle au bruit étourdissant des madrigaux, du beau langage, des tourbillons et de l'amour platonique (2); une belle et jeune fille pleine d'espérance, rendue sèche, orgueilleuse, incapable d'amour et de famille (3); une gracieuse et spirituelle enfant près d'être immolée à l'engouement de sa mère pour un pédant aussi sot qu'intéressé (4); une brave servante , humble providence de la maison, chassée comme une voleuse

A cause qu'elle manque à parler Vaugelas (5);

enfin un père réduit dans sa maison au rôle d'ombre, condamné au silence par son amour de la paix, méprisé par ce trio de précieuses savantes, qu'indigne son peu d'esprit , et forcé enfin de protester contre la science et les lettres par cette immortelle boutade qui est dans la mémoire de tous (6) : la guenille de Chrysale, rappelant sur la terre ces folles envolées vers les régions imaginaires du bel esprit , est un

(1) Les Femmes savantes, act. II, sc. V-VIII; act. III, sc. vi ; act. V, sc. III, Philaminte.

(2) Id., act. I, sc. IV; act. II , sc. III, act. V, sc. III, VI, Bélise. (3) Id., act. 1, sc. 1, 11; act. III, sc. VII, VIII; act. IV, sc. I, II, Armande. (4) Id., act. III, sc. Vr; act. IV, sc. IV; act. V, sc. I, Henriette. (5) Id., act. II, sc. V-VII,

Martine. (6) Id., act. II, sc. VI, VII, IX; act. V, sc. II, III , Chrysale.

mot impérissable comme le pauvre homme de Tartuffe et la galère de Scapin (1).

Non content d'opposer aux habitudes des femmes du temps les moeurs trop simples des femmes du bon vicus temps (2); non content de mettre en action les ridicules d'une académie précieuse pendant un acte entier qu'ils remplissent uniquement (3), Molière voulut faire briller l'exemple à côté de la critique, et exprimer ce que doit être la femme du monde dans une société polie.

Dès le début de sa pièce, il mit sur la scène, dans la bouche de la fraiche Henriette , cette franche expression du but pour lequel la femme est faite, en opposition aux théories sentimentales de l'éthérée Armande , qui se pâme au seul mot de mariage :

Les suites de ce mot, quand je les envisage,
Me font voir un mari, des enfants, un ménage;
Et je ne vois rien là, si j'en puis raisonner,
Qui blesse la pensée et fasse frissonner, etc, (4).

(1) « Ces comédies firent tant de honte aux dames qui se piquoient trop de bel esprit , que toute la nation des précieuses s'éteignit en moins de quinze jours, ou du moins elles se déguisérent si bien là-dessus, qu'on n'en trouva plus ni à la cour ni à la ville; et même depuis ce temps-là elles ont été plus en garde contre la réputation de savantes et de précieuses que contre celle de galantes et de déréglées. » Perrault, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant dix-septième siècle , article Molière. (2) Les Femmes savantes , act. II, sc. VII, Chrysale :

Nos pères sur ce point étoient gens bien sensés, etc. (3) Id., act. III.

(4) Les Femmes savantes , act. I, sc. I. - Le principe que la femme est faite pour élre épouse ct mère a déjà été affirmé plus rudement par le gros bon sens de Gorgibus , dans les Précieuses ridicules : « Madelon : La belle galanterie que la leur ! Quoi ! débuter d'abord par le mariage ! — Gorgibus : Et par où

Puis, à cette vérité si simple et si oubliée, Molière joint des préceptes qui fixent avec juste mesure dans quelle limite la femme, l'épouse, la mère devra culliver son intelligence et acquérir ce que l'instruction lui peut ajouter de mérite et d'agrément.

Chrysale dit , dans sa protestation contre le pédantisme féminin :

Il n'est pas bien honnête , et pour beaucoup de causes ,
Qu'une femme étudie, et sache tant de choses (1);

et à la délicatesse de cette réflexion dont le vieillard pousse les conséquences trop loin, Clitandre ajoute le dernier mot de la vérité et du bon sens :

Je consens qu'une femme ait des clartés de tout.
Mais je ne lui veux point la passion choquante
De se rendre savante afin d'être savante;
Et j'aime que souvent, aux questions qu'on fait ,
Elle sache ignorer les choses qu'elle sait.
De son étude enfin je veux qu'elle se cache,
Et qu'elle ait du savoir sans vouloir qu'on le sache ,
Sans citer les anciens , sans dire de grands mots,
Et clouer de l'esprit à ses moindres propos (2).

Ainsi, Molière conseille à la femme cette modestie discrète pour laquelle elle semble faite, et qu'elle ne peut jamais oublier sans perdre quelque chose de son attrait. Il lui rappelle sans cesse que son premier devoir est sa maison , cet humble royaume du foyer auquel elle doit songer avant tout. « Vous devriez, » dit Chrysale à Philaminte en s'adressant à Belise,

veux-tu donc qu'ils débutent? Par le concubinage? » (sc. v.) C'est le même bon sens qui crie par la bouche de Lisette à Sganarelle qui ne veut pas entendre parler de marier sa fille : « Un mari! Un mari! » (L'Amour médecin, act. I, sc. III).

(1) Les femmes savantes, act. II, sc. VII. (2) Id., act. 1, sc. III.

Ne point aller chercher ce qu'on fait dans la lune,
Et vous mêler un peu de ce qu'on fait chez vous,
Où nous voyons aller tout sens dessus dessous (1).

Vos devoirs accomplis, ajoutez, si vous voulez ,

à vos charmes par l'instruction, mais sans devenir jamais une femme pédante ni même une femme savante.

Molière met sous vos yeux, en exemple, la femme douce , sage, instruite, spirituelle et modeste ; il vous montre Henriette, pleine de bon sens, de timidité, de grâce , de fines reparties; sa droiture d'esprit lui suffit pour être inaccessible aux fades compliments d'un diseur de douceurs qui n'en veut qu'à sa dot (2); pour répondre à un gros pédant ce mot plein d'esprit français et de grâce féminine :

Excusez-moi, monsieur , je n'entends pas le grec (3);

pour déclarer nettement à l'homme qui veut l'épouser malgré elle, qu'elle ne se sent point la force de supporter les charges et les périls du mariage sans le soutien de l'amour (4). Et tout cela , avec quel charme, quelle mesure, quel talent féminin et ini

(1) Les Femmes savantes , act. II, sc. VII.
(2) Id., act. III, sc. II, vi; act. V, sc. I.
(3) Id., act. III , sc. V.
(4) Id., act. V, sc. I.

« PrécédentContinuer »