Images de page
PDF
ePub

NOUVEAU PANASONS LIBRAR
RECUEIL GÉNERAL

University of

DE

TRAIT É s,

CONVENTIONS ET AUTRES TRANSACTIONS

REMARQUABLES,
SERVANT À LA CONNAISSANCE DES RELATIONS
ÉTRANGÈRES DES PUISSANCES ET ÉTATS

DANS LEURS RAPPORTS MUTUELS.

RÉDIGÉ SUR DES COPIES AUTHENTIQUES

PAR

FREDÉRIC MURHARD.

Continuation du grand Recueil de feu

M. DE MARTENS.

Tome VI.
Comprenant l'an 1844, avec des Supplémens aux

Tomes antérieurs.

À GOTTINGUE,
À LA LIBRAIRIE DE DIETERICH.

1849.

NOUVEAU

RECUEIL GENERAL.

Tome VI.

Recueil gén. Tome VI.

1843

Documens relatifs aux négociations commerciales entre la Prusse au nom de l'union douanière et l'Angleterre.

1.

Lettre du Ministre des affaires étrangères de la Grande-Bretagne adressée au Comte de

Westmoreland, Envoyé à Berlin. Londres, ministère des affaires étrangères, 28 novembre

1843. Mylord, etc. Les dépêches que vous avez envoyées jusqu'au n' 147 inclusivement, ont été soumises à S. M. Bien que, suivant vos derniers rapports, l'augmentation de droits projetée sur les fers, contre laquelle vous avez reçu à différentes reprises l'ordre de faire des représentations, ne paraisse pas se réaliser pour le moment, cependant S. M. ne saurait se dissimuler que ce résultat doit être attribué à d'autres causes qu'à la prise en considération des représentations faites par le gouvernement anglais ou au désir de maintenir sur un pied amical et avantageux à l'un et l'autre pays les relations commerciales entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne. Ce n'est qu'avec vif regret que le gouvernement de S. M. a gagné cette conviction; mais les dispositions hostiles des états de l'union douanière sous le rapport commercial se sont manifestées dans les derniers tems d'une manière si évidente, qu'à cet égard l'Angleterre ne saurait plus conserver aucune illusion. Dans de pareilles circonstances, le gouvernement de S. M. désire faire parvenir au gouvernement prussien cette dernière déclaration, pon pas dans le but de reprendre d'anciennes négociations ou de renouveler des propositions qui se sont montrées si souvent sans résultat, mais dans le but de prévenir des explications qui pourraient survenir plus tard, si l'un des deux états prenait des mesures que l'autre regarderait comme préjudiciables à ses intérêts.

« PrécédentContinuer »