Perceval le Gallois: ou, Le conte du Graal, Volume 1

Couverture
Dequesne-Masquillier, 1866
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Bope

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Fréquemment cités

Page 1 - Si vigereus et si hardi Qu'adiès quant il orent oï Les aventures reconter, Si vorrent les puis recovrer; 125 Tuit jurèrent comunaument A garder efforciement Les pucieles k'en isteroient, Et les coupes qu'aporteroient, Et à destruire le lingnage...
Page 9 - La quinte vous redirai l'en 360 L'ire et le perte de Huden ; Li contes del ciel est li quars, Car cil ki n'estoit pas couars Li chevaliers mors de!
Page 185 - Com ces trois goûtes de sanc furent, Qui sor le blance noif parurent. En l'esgarder que il faisoit, Li ert avis, tant li plaisoit, Qu'il veïst la color novele De la face s'amie bêle.
Page 41 - Sire, or saciés bien entresait Que Galois sont tuit par nature Plus fol que bestes en pasture. Cis est ausi come une beste; Fos est ki dalès lui s'areste, S'à la muse ne voet muser U le tans en folie user.
Page 270 - S'il poroit le ronci avoir; Mais ançois au chevalier dist: »Sire, se Damledex m'aït, 65 >Ne sai ki est li escuiers; >Ains vos donroie VII destriers, >Se jes avoie chi en destre, >Que son ronci: tés puet-il estre.
Page 139 - Et tout cil ki laiens* estoient Virent la lance et le fer blanc : S'en ist une goute de sanc Del fer de la lance el somet Et jusqu'à la main au varlet Couloit cele goute vermelle.
Page 8 - La verté dont li pui servoient, De coi li chevalier estoient, Et del Graal por coi servoit, 330 Et de la lance ki sainnoit ; "Vos dirai toute la manière, Et pour coi estoit en la bière L'espée, tout le vos dirai...
Page 200 - Si veïs la lance qui sainne, Et si te fu lors si grant painne D'ovrir ta boche et de parler Que tu ne poi's demander Por quoi cele gote de sanc Saut par la pointe del fer blanc.
Page 99 - Por ce que je sui pres que nue n'i panssai ge onques folie ne malvestié ne vilenie, qu'il n'a el monde rien qui vive tant dolante ne tant cheitive que je ne soie plus dolante.
Page 15 - Van zijn' vader, Bliocadrans, zegt hij, vs. 537 vlgg.: „Li sires remest od sa femme — Kammuèlles ert bone dame — Bien largement encor deux ans Que ne peurent avoir enfans, Ne nul n'en avoient éu; Tant ke Dex les a porvéu Si que la dame engainte fu." De zoon, dien zij ter wereld brengt, is Perchevael. De dichters, die Chrestiens roman vervolgd hebben, schijnen zich niet bekommerd te hebben om deze verklaring, maar dichten aan Perchevael eene zuster toe, in overeenstemming met den dichter...

Informations bibliographiques