Le musée belge: revue de philologie classique, Volumes 1 à 2

Couverture
C. Peeters, 1897
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 265 - Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point...
Page 165 - Agedum, pauca accipe contra. Primum ego me illorum, dederim quibus esse poe'tis, Excerpam numero : neque enim concludere versum 40 Dixeris esse satis ; neque si qui scribat uti nos Sermoni propiora, putes hunc esse poetam. Ingenium cui sit, cui mens divinior atque os Magna sonaturum, des nominis hujus honorem.
Page 109 - C'est là la terminologie ordinaire, qui certainement était inscrite dans les formulaires des graveurs Mais on comprend que le dédicant, surtout s'il était homme du peuple, ne se contentât pas toujours de cette sobriété relative et que sous l'impression vive encore de la perte d'une personne chérie, il voulût donner libre cours à sa douleur dans un flux d'épithètes élogieuses. Il suffira de mentionner ici les exemples les plus caractéristiques de cette pieuse cflusion de sentiment et...
Page 309 - An historical greek Grammar, chiefly of the Attic Dialect as written and spoken from classical antiquity down to the present time — founded upon the ancient, texts, inscriptions, papyri and present popular greek.
Page 118 - ... élevé en l'honneur d'une personne dont le nom ne figure pas sur la pierre ou a disparu dans la suite. Le Corpus donne cette inscription comme complète et ne nous dit pas que certains caractères aient été effacés par l'usure du temps. Si nous avions à examiner une œuvre littéraire, fût-ce même de la dernière période, il conviendrait maintenant de se demander de quelle manière et dans quelle mesure l'auteur aurait usé des figures et en général, des ornements que la rhétorique...
Page 280 - Ecce spectaculum dignum ad quod respiciat intentus operi suo deus, ecce par deo dignum, vir fortis cum fortuna mala compositus, utique si et provocavit.
Page 100 - A peine nous eul-elle aperçus, qu'elle commença à se répandre en lamentations et à dire tout ce que les femmes ont coutume ,de dire en pareilles circonstances. Socrate...
Page 266 - Le ciel est mon trône, et la terre, le marchepied de mes pieds. Quelle maison me bâtirez-vous ? dit le Seigneur, Ou quel sera le lieu de mon repos ? N'est-ce point ma main qui a fait tout cela...
Page 117 - A cet effet, il faut rapprocher les propositions qui renferment les noms des dédicants, séparées mal à propos par la phrase idem astat memoriam poni, dont la place rationnelle est avant celle qui commence par ei posita est ara, à laquelle on pourrait la rattacher par une conjonction exprimant la conséquence. On peut encore remarquer le changement de personnes...
Page 115 - La concision et le laconisme traditionnels et presque obligatoires dans les documents épigraphiques excluent naturellement le style périodique. D'ailleurs eût-on même sous les yeux d'autres sources directes du latin vulgaire, plus loquaces, cette même constatation ne s'en imposerait pas moins, puisque la période est le fruit d'une culture littéraire...

Informations bibliographiques