Glossaire du patois de la Suisse romande

Couverture
G. Bridel, 1866 - 547 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Bridel et Favrat, L. Glossaire du patois de la Suisse romande, par le doyen Bridel, avec un appendice comprenant une série de traductions de la parabole de l'Enfant prodigue, quelques morceaux patois en vers et en prose et une collection de proverbes, le tout recueilli et annoté
par L. Favrat. Lausanne, Bridel, 1866. XIII-547 p. in-8°. {Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande, t. XXI.)
Sur le Glossaire proprement dit de Bridel, voir chap. IV. Nous n'avons à nous occuper ici que des textes réunis par Favrat dans VAppendice, p. 425- 547.
Ils sont répartis en trois groupes :
I. Traductions de la parabole de l'Enfant prodigue.
Trente versions, dont une en vaudois du Piémont, deux en rétoroman des Grisons et une en patois de Valenciennes (France), d'après le Dictionnaire roiicJji de Hécart. Des 26 traductions qui appartiennent à la Suisse romande, quatre (nos 10, 17, 19, 24) sont empruntées à l'ouvrage de Stalder (v. cidessus no 357), une (no 7) au Conservateur suisse et une (no 23) avait déjà paru dans les Étrennes neiichdteloises . Les 20 autres sont nouvelles et l'auteur, ou du moins la personne qui a transmis le texte, est la plupart du temps indiqué. Les localités ou régions représentées sont les suivantes :
I.Valais. i. Saint-Luc (Anniviers), p. 431-432. — 2. Évoléna (Hérens), p. 43 3-434. — 3. Vétroz (Bas-Valais),p.435-436.—4. S em bran cher (Entremont), p. 436-438. — 5. Val d'Illiez, p. 480-481. — II. Vaud. 6. Gryon, p. 438-439.— 7. Or mont-Dessus, d'après \q Conservateur 5Mme, VI,p. 445. [= Stalder, no 12], p. 440-441. —8. Montreux, 'p. 441-443. — 9. Château-d'OEx, p. 443-444. — 10. Saint-Cierge, p. 451-452, d'après Stalder, no 9. —
II. Vaud Le Mont (Jorat), p. 453-454. — 12. Orbe, p. 455-456. — 13. Marchissy (district d'Aubonne), p. 456-458. — 14. Commugny, prés Coppet, p. 458-460.— 15. Le Brassus (Vallée de Joux).p.462-463.— 16. Vallorbes, p. 464-466. — 17. Sainte-Croix, d'après St.\lder, no 8, p. 466- 467 —
III. Fribourg. 18. Basse-Gruyère, p. 445-446. — 19. Partie moyenne du canton, d'après Stalder, no 6, p. 447-449. — 20. Estavayer, p. 449-450. — IV. Genève. 21. Enviro ns de Genève, p. 460-462. — V. Neuchâtel. 22.Locle, p. 468-469. — 23. Valangin [= Étrennes neuchdteîoises, I (1862), p. 109-113], p. 470-472. —
VI. Berne. 24. Val de Saint- Imier, d'après Stalder, no 3, p. 472-474. — 25. Tavannes, p. 474-476. — 26. Delémont, p. 476-477.
II. Morceaux divers.
[Fontaine], La bergère abandonnée, p. 485-486; — La fille dé nouthron vesin, p. 486-487 ; — Le Moléson, p. 488-489 ; — Le Ran^ des vaches, p. 489- 491 |version de Bridel]; — Coraule, soit ronde gruyèrienne, p. 491-492 (Lo cotnto de Gruvire) ; — [Marindin], La fita dau quator:{e, p. 492-494; — Chansons de vignerons, p. 495-499 ; — La v'ilhe, p. 499-500; — Visinand, Les bûcherons de Monireux, p. 500-501; — [Ruffy], Lamentations d'un plaideur ruiné, p. 501-503; — Lé béviau, p. 503-504; — [Bridel], Le charivari, p. 505-507; — [Favrat], L'histoire dé Guyaume-Tè, p. 507-509; — La fémalé et le sécré, p. 509-5 10, patois d'Aigle ; — [Favrat], Lo corbé et h rena, p. 511- S 12 ; — Lo conta dati craisu, p. 512-518; — Fragment du Ce qu'è laino, p. 518- 522; — Lou crou et lou renai, p. 522, patois des Verrières (Neuchâtel);
Le tschdne et lo roû, p. 522-523, patois du Landeron ; — Quikche, Le lieutenant Mojon, p. 523, patois de Valangin ; — Le fennè et le scret, p. 524, patois des environs de Neuchâtel; — Les filles de che:( Migueli, p. 524-525, patois d'Ajoie; — Raspieler, fragment des Painies, p. 525-527, suivi d'une traduction, p. 528-529.
III. Proverbes.
P. 530-544, tirés surtout du Conservateur suisse et des Etrennes fribourgeoises, 1866; un certain nombre communiqués par G. Quinche.
Tous ces textes ne sont pas traduits, sauf quelques proverbes
 

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 422 - armoiries ; parce que sur ces vitraux sont ordinairement peintes les armoiries du maître de la maison ou de ses amis. qui lui ont fait cadeau d'une fenêtre peinte quand il a bâti sa maison. (Pays-d'Enhaut.) VOUARA, VOUARANDE, s. f. Longue perche plantée dans les neiges des chemins de montagne pour indiquer la route. VOUARANDA, VOUARRA,
Page 530 - Poi enfela queme dès alûetté, Y fu creva queme on fier crapio, Et poi saplia queme dès attrio. Drai u clossi on va sena l'allarma, En mémo tems on cria : É arme ! é arme ! De to andrai on vi dé zan sourti, Que desivon : Y fau vaincr
Page 438 - non trapassey lo teo comandament, e unque non donnes a mi cabri che yo manjes cum li meo amie. 30. Mes poisque aquest teo filh, loqual dévore la soa substancia cum las meretres, e vengu, tu occies
Page 409 - UTEINS, HAUTEINS, sm pi. Vigne qui monte sur des appuis fort élevés, placés en lignes très espacées, entre lesquelles il ya un terrain ensemencé. (Coppet.) UTSCHE, HUTZE, s. f. Porte de maison, huis. L. ostium UTSCHI,
Page 236 - Aligner; tracer des lignes, régler du papier; tracer, avec une ficelle trempée dans du noir, des lignes droites sur le bord des poutres qu'on veut équarrir. LIMBA, sf Bande d'étoffe ou de papier. Limbelta, petite bande, lisière, ruban. L. limbus. — Liessa, id. LINOTTA, LAINOTTA, sf Linotte. LIOBA, sf Nom d'amitié donné aux vaches pour les appeler ou pour les flatter. Lioba! lioba! por aria, c'est-à-dire lioba
Page 490 - lei ya de : Mon pare, i pétchia contre le ciel et contre veu, et é sa pas mi digno d'être appello voutron pairo. 23. Et ameno on vé gra et touo-lo; meindzin-lo et redzeuïeinneu. 24. Parce que mon megnot, que l'è ce, et que me mousâvo que l'ire mô, l'è torno
Page 438 - fraire venc, e lo teo païre occis vedel gras, car el receop lui salf. 28. Mes el fo endegna e non volia intrar. Mes lo païre de le issi, commença pregar li;
Page 70 - les forces. CASSA, sf Poêlon, vase de cuivre étamé, grande cuiller de métal pour puiser l'eau dans les seilles de cuisine; poêle à frire. CASSALOGNE, sm Casse-noix; casse-noisette, alogne (Vaud); sorte d'oiseau,
Page 18 - Banc sous lequel il ya un coffre dont il est le couvercle. ARCI, v. Conduire, mener, chasser devant soi. L. arcere. (Neuchâtel.) ARDRE, v. Brûler, ardere.
Page 438 - las mias cosas son toas. 32. Mes la conventava manjar e alegrar, car aquest teo fraïre era mort e es reviscola, e era perdu e es atroba. 1

Informations bibliographiques