Revue de Paris

Couverture
Louis Désiré Véron
Bureau de la Revue de Paris., 1837

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 216 - Divina Elisa, pues agora el cielo con inmortales pies pisas y mides, y su mudanza ves, estando queda, ¿por qué de mí te olvidas y no pides que se apresure el tiempo en que este velo rompa del cuerpo, y verme libre pueda, y en la tercera rueda contigo mano a mano busquemos otro llano, busquemos otros montes y otros ríos, otros valles floridos y sombríos, donde descanse y siempre pueda verte ante los ojos míos, sin miedo y sobresalto de perderte?
Page 15 - Eh! bien, monsieur, humainement je pourrais me plaindre de vous. Vous m'avez accusé, vous me faites mourir ; mais Dieu sait combien je vous aime ; mourons, monsieur, mourons courageusement et gagnons le paradis.
Page 29 - Telle fut la fin de ces deux personnes, qui certes devaient laisser à la postérité une autre mémoire que celle de leur mort. Je laisse à chacun d'en faire tel jugement qu'il lui plaira, et me contente de dire que ce nous est grande leçon de l'inconstance de la fortune.
Page 22 - Cinq-Mars s'il ne craignait point la mort. — Point du tout, mon père, répondit-il; et c'est ce qui me donne de l'appréhension de voir que je n'en ai point. Hélas! je ne crains rien que mes péchés. — Cette crainte l'avait fortement touché depuis sa confession générale.
Page 21 - Quoi ! on nous mène en carrosse! va-t-on comme cela en paradis? Je m'attendais bien d'être lié et traîné sur un tombereau; ces messieurs nous traitent avec grande civilité, de ne nous point lier et de nous mener en carrosse.
Page 21 - ... des larmes des yeux d'un chacun : lui seul demeura ferme sans s'émouvoir, et garda cette fermeté d'esprit tout le long du chemin; jusque-là que voyant son confesseur surpris d'un sentiment de tendresse à la vue des larmes de quelques personnes : — Qu'est-ce à dire ceci, mon pèreP lui dit-il ; vous êtes plus sensible à mes intérêts que moi.
Page 20 - Au milieu de cet espace fut dressé un échafaud de sept pieds de haut et environ neuf pieds en quarré, au milieu duquel, un peu plus sur le devant, s'élevoit un poteau de la hauteur de trois pieds ou environ , devant lequel on coucha un bloc de la hauteur d'un demi-pied, si...
Page 19 - Dis à ma sœur que je la prie de continuer en ses dévotions, comme elle a fait jusqu'à présent; que je connais maintenant mieux que jamais que ce monde n'est que mensonge et que vanité, et que je meurs content et en bon chrétien...
Page 26 - Ah ! qui fut étouffé dans le sang ; il leva les genoux de dessus le bloc, comme pour se lever, et retomba en la même assiette qu'il était.
Page 40 - La plaine qu'on appelle en breton Concoret,* et dans les romans du moyen-âge le Val-des-Fées, est un immense amphithéâtre couronné de bois sombres, jadis nommés Broc'hallean,t aujourd'hui par corruption Brécilien. A l'une de ses extrémités, coule une fontaine près de laquelle on voit deux pierres couvertes de mousse que domine une vieille croix de bois vermoulue ; c'est la fontaine de Barandon et le tombeau de Merlin ; là dort, dit-on, le vieux druide, au murmure des eaux et du vent qui...

Informations bibliographiques