Images de page
PDF

leur pays. Croirez-vons donc à une partie de votre livre, et en rejetterez-vous une autre? et quelle sera la récompense de ceux qui agissent de la sorte? L'ignominie dans ce monde, et au jour de la résurrection ils seront refoulés vers le plus cruel des cnà. timents. Et certes Dieu n'est pas inattentif à vos actions.

80. Ceux qui achètent la vie de ce monde au prix de la vie fu. ture n'éprouveront aucun soulagement dans le châtiment qui les

attend et ne seront point secourus.

81. Nous avons .donné le livre de la loi à Moïse, et nous l'avons fait suivre par d'autres envoyés; nous avons accordé à Jésus, fils de Marie, des signes manifestes (de sa mission) et nous l'avons fortifié par l'esprit de la sainteté '. Toutes les fois qu'un envoyé (du Seigneur) vous a apporté une révélation qui ne flattait pas vos passions, vous vous êtes enflés d'orgueil; vous avez traité les uns de menteurs et vous en avez assassiné d'autres.

82. Mais ils disent : Nos cœurs sont incirconcis2. — Oui, certes, Dieu les a maudits à cause de leur incrédulité. Oh 1 que le nombre des croyants est petit!

83. puand ils reçurent de la part de Dieu un livre confirmant leurs Écritures, — auparavant ils priaient Dieu de leur accorder la victoire sur les infidèles, — ce livre qui leur avait été prédit, ils ont refusé d'y ajouter foi. Que la malédiction de Dieu atteigne les infidèles I

84. C'est un vil prix que celui pour lequel ils se sont vendus euxmêmes. Ils ne croient point à ce qui est envoyé d'en haut, par jalousie, parce que Dieu a, par l'effet de sa grâce, envoyé un livre à celui d'entre ses serviteurs qu'il a voulu. Ils s'attirent de la part de Dieu colère sur colère. Un châtiment ignominieux est préparé aux infidèles.

85. Lorsqu'on leur dit : Croyez à ce que Dieu a envoyé d'en haut, ils répondent : Nous croyons à ce qui nous a été envoyé d'en haut à nous ; et ils ne croient pas à ce qui est venu depuis: et cependant ce livre confirme leurs Écritures. Dis-leur : Pourquoi donc avez-vous tué les envoyés du Seigneur, si vous aviez la foi? «6. Moïse était venu au milieu de vous avec des signes manifestes , et en son absence vous avez pris le veau d'or pour l'objet de votre adoration. N'avez-vous donc pas agi avec iniquité?

redj. Ces deux tribus arabes s'étant déclaré la guerre, les tribus juives coururent chacune au secours de son alliée. Lorsque des juifs devenaient captifs de leurs ennemis, les autres juifs se cotisaient pour les racheter.

'Par l'esprit de la sainteté, le Saint-Esprit, Mahomet entend toujours l'ange Gabriel qui, selon lui, accompagnait constamment Jésus, lils de Marie, de mémo que plus tard il apportait la révélation a Mahomet.

* 11 est presque superflu de faire observer que cette expression usitée dans la Bible signifie : Nos tœurs sont endurcis, inaccessibles à la raison.

87. Lorsque nous eûmes accepté votre alliance et élevé au-dessus de vos tètes le mont Sinaï, nous fîmes entendre ces paroles .Recevez nos lois avec une ferme résolution de les observer, et écoutez-les. Ils répondirent: Nous avons entendu, mais nous n'obéirons pas; et leurs cœurs étaient encore abreuvés du culte du veau, ingrats qu'ils étaient. Dis-leur: Détestables suggestions que celles que vous inspire votre croyance, si vous en avez une!

88. Dis-leur : S'il est vrai qu'un séjour éternel, à l'exclusion du reste des hommes, vous soit réservé auprès de Dieu, comme vous le prétendez, vous, juifs, osez désirer la mort si vous êtes sincères dans ce que vous avancez.

89. Mais non. Ils ne la demanderont jamais, à cause des œuvres de leurs mains, et Dieu connaît les pervers.

90. Tu les trouveras plus avides de vivre que tous les autres hommes, que les idolâtres même; tel d'entre eux désire vivre mille ans; mais il ne saura rien changer au supplice, par cela seulement qu'il aura vécu de longues années, car Dieu voit leurs actions.

91. Dis : Qui se déclarera l'ennemi de Gabriel '? C'est lui, qui, par la permission de Dieu, a déposé sur ton cœur le livre destiné à confirmer les livres sacrés venus avant lui po«r servir de direction et annoncer d'heureuses nouvelles aux croyants.

92. Celui qui sera l'ennemi du Seigneur, de ses anges, de ses envoyés, de Gabriel et de Michel, aura Dieu pour ennemi, car Dieu hait les infidèles.

93. Car nous t'avons envoyé des signes Manifestes; les pervers seuls refuseront d'y croire.

94. Toutes les fois qu'ils prennent un engagement, s'en trouvera-t-il parmi eux qui le mettront décôté? Oui, la plupart d'entre eux ne croient pas.

95. Lorsque l'apôtre vint au milieu d'eux de la part de Dieu, confirmant leurs livres sacrés, une partie d'entre ceux qui ont reçu les Écritures jetèrent derrière leur dos le livre de Dieu, comme s'ils ne le connaissaient pas.

96. Ils suivent ce que les démons avaient imaginé sur le pouvoir

• Ceci s'adresse aux juifs, qui regardaient l'ange Gabriel comme leur ennemi, parce que c'était par son ministère que Dieu leur annonçait toutes les calamité» et exécutait ses arrêts.

de Salomon '; mais ce n'est pas Salomoti qui fut infidèle, ce sont les démons. Ils enseignent aux hommes la magie et la science qui était descendue d'en haut sur les deux anges de Babel, Harout et Marout2. Ceux-ci n'instruisaient personne dans leur art sans dire: Nous sommes la tentation, prends garde de itvenir infidèle. Les hommes apprenaient d'eux les moyens de semer la désunion entre l'homme et sa femme : mais les anges ne faisaient du mal à qui que ce soit sans la permission de Dieu; cependant les hommes apprenaient ce qui leur était nuisible, et non pas ce qui pouvait leur être utile, et ils savaient que celui qui avait acheté cet art était déshérité de toute part dans la vie future. Vil prix que celui pour lequel ils se sont livrés eux-mêmes. Ah! s'ils l'eussent su!

97. Ah I s'ils avaient cru et s'ils avaient craint Dieu! la récompense de la part de Dieu eût mieux valu. Ah ! s'ils l'eussent su!

98. O vous qui croyez I ne vous servez pas du mot raina (observez-nous), dites ondhorna (regardez-nous3). Obéissez à cet ordre. Un châtiment douloureux attend les infidèles.

99. Ceux qui possèdent les Ecritures, ainsi que les idolâtres, ne veulent pas qu'une faveur quelconque descende sur vous de la part

'Les démons, disent les commentateurs, avaient enfoui sous le trône de Salomon des livres de magie, et répandirent après sa mort le bruit qu'on n'avait qu'a chercher sous le trône les livres contenant la science par laquelle Salomon s'était soumis les hommes, les génies et les vents. Voyez sur Salomon, chap. XXVII, XXXIV et XXXVIII.

'L'histoire de ces deux anges parait être empruntée aux traditions talmudiques. Voici ce qu'en disent les commentateurs: Les anges déploraient en présence de Dieu la méchanceté des hommes, malgré l'envoi réitéré des prophètes. Dieu leur ordonna de choisir deux d'entre eux pour juger les hommes. Harout et Marout furent ces deux juges, et ils s'acquittèrent scrupuleusement de leur charge, jusqu'au moment où une femme d'une rare beauté (on l'appelle Zohra, mot que l'on traduit communément par Vénus) leur apparut, invoquant leur autorité contre son mari. Les deux anges, épris de ses charmes, voulurent la séduire; mais elle disparut en un clin d'oeil, et les anges, revenant au ciel, se virent l'entrée défendue. Grâce à l'intervention d'un bienheureux, Dieu leur donna le choix entre les peines de ce monde et celles de l'enfer, qu'ils savaient être éternelles. Ils choisirent donc les tourments de ce monde ; c'est ainsi qu'ils restent à Babylone, suspendus entre le ciel et la terre. Tel est le résumé le plus accrédité des commentateurs sur ce passage, bien qu'il serve peu à l'expliquer. D'autres docteurs pensent que Harout et Marout n'étaient que des magiciens enseignant la magie aux hommes. Des commentateurs ajoutent que c'étaient deux hommes qu'on appelait anges à cause de leur extérieur séduisant.

1 Mahomet veut substituer, dans la salutation, le mot ondhor à celui de rai, que les juifs employaient à dessein comme ayant les mêmes lettres radicales que le verbo roua, expression de mauvaise augure qui veut dire: être malheureux. de votre Seigneur; mais Dieu honore particulièrement de grâces celui qu'il veut; or il est le maître de grandes faveurs.

100. Nous n'abrogerons aucun verset de ce livre, ni n'en ferons effacer un seul de ta mémoire sans le remplacer par un autre; meilleur ou pareil. Ne sais-tu pas que Dieu est tout-puissant? •

i o 1. Ne sais-tu pas que l'empire du ciel et de la terre appartient à Dieu, et que vous n'avez d'autre protecteur ni de défenseur que lui?

102. Voudriez-vous demander à votre prophète (a Mohammed) ce qu'oa demandait à Moïse 2 autrefois. Sachez donc que celui qui échange la foi contre l'incrédulité, celui-là quitte le beau milieu du chemin.

103. Beaucoup d'entre ceux qui possèdent les Ecritures désireraient vous ramener à l'infidélité après que vous avez déjà cru, (c'est par pure jalousie), et après que la vérité s'est montrée clairement à leurs yeux. Pardonnez-leur; passez outre, jusqu'à ce que Dieu fasse surgir une de ses œuvres ».

104. Acquittez-vous avec exactitude de la prière, faites l'aumône; le bien que vous aurez fait, vous le retrouverez auprès de Dieu, qui voit vos actions.

105. Ils disent : Les juifs ou les chrétiens seuls entreront dans le paradis. Mais ce ne sont que leurs désirs. Dis-leur : Où sont vos preuves ? apportez-les si vous êtes sincères.

106- Non; c'est plutôt celui qui se sera livré entièrement* à

1 Voyez sur les abrogation i flans le Koran la notice sur Mahomet, placée CD tète de cette traduction.

'De leur faire voir Dieu.

1 Mot i mot jusqu'à ce que Dieu vienne avec son ordre ou avec son affaire, •ar le mot amr, qui signifie ordre, arrêt, commandement, s'emploie tout aussi souvent dans le sens de chose, affaire, événement; la chose ou l'affaire de Dieu, c'est quelque événement marquant, un fait providentiel qui change la face des choses. C'est l'acception la plus fréquente de ce mot dans le Koran, bien que dans certains passages ces deux sens se confondent, puisque tout commandement n'a lieu que d'après un ordre de Dieu.

'Le texte porte : celui qui se fera mouslim (musulman). Ce mot veut dire: résigné a la volonté de Dieu, qui s'est livré entièrement à Dieu. Nous ferons observer, en passant, que les mahométans établissent une distinction entre mou»lim, musulman, et mounu'n, croyant. Le premier se rapporte au culte extérieur, aux pratiques religieuses établies par Mahomet; le dernier implique la foi vive et sincère. Pour citer un exemple, les Persans (les Chiites), dans leur haine centre les Turcs (Sunnites), veulent bien reconnaître qu'ils sont mouslimin (musulmans), mais ils ne sauraient leur accorder le nom de moumt'nin (vrais croyants).

a.

Dieu et qui aura pratiqué le bien, qui trouvera sa récompense auprès de son Seigneur; la crainte ne l'atteindra pas, et il ne sera point affligé.

107. Les juifs disent : Les chrétiens ne s'appuient sur rien; les chrétiens, de leur côté, disent : Les juifs ne s'appuient sur rien; et cependant les uns et les autres ils lisent les Ecritures; ceux qui ne connaissent rien' tiennent un langage pareil. Au jour de la résurrection, Dieu prononcera entre eux sur l'objet de la dispute.

108. Qui est plus injuste que ceux qui empêchent que le nom de Dieu retentisse dans les temples, et qui travaillent à leur ruine? Ils ne devraient y entrer qu'en tremblant. L'ignominie sera leur partage dans ce monde, et un châtiment cruel leur est préparé dans l'autre.

109. A Dieu appartiennent le levant et le couchant; de quelque côté que vous vous tourniez, vous rencontrerez sa face 2. Dieu est immense et il sait tout.

110. Ils disent : Dieu a un fils. Par sa gloire, non3; dites plutôt que : Tout ce qui est dans les cieux et sur la terre lui appartient, et tout lui obéit.

îî1. Unique dans les cieux et sur la terre, dès qu'il a résolu quelque chose, il dit : Sois, et elle est.

112. Ceux qui ne connaissent rien disent : Pourquoi donc Dieu ne nous adresse-t-il pas au moins la parole, pourquoi un signe du ciel ne nous apparaît-il pas? Ainsi parlaient leurs pères; leur langage et leurs cœurs se ressemblent. Nous avons fait éclater assez de signes pour ceux qui ont la foi.

113. Nous t'avons envoyé avec la vérité et nous t'avons chargé d'annoncer et d'avertir. L'on ne te demandera aucun compte de ceux qui seront précipités dans l'enfer.

114. Les juifs et les chrétiens ne t'approuveront que quand tu

1 Par ces mots : ceux qui ne connaistent, ceux qui ne savent rien, Mahomet entend les Arabes idolâtres, comme n'ayant jusqu'alors reçu aucune révélation, aucun livre sacré, par opposition aui juifs et aux chrétiens, qui possédaient les Écritures.

'Ce verset se trouve abrogé par le verset 139 du même chapitre. Le temple de la Ka'ba, à la Mecque, a été définitivement désigné comme le point ver» lequel les musulmans doivent se tourner en priant.

'Toutes les fois que Mahomet cite ces paroles : Dieu a un fils, des enfants, des filles, etc., qui expriment selon lui la croyance des chrétiens et des Arabes idolâtres, il s'empresse d'ajouter sobhanahou, par sa gloire, c'est-à-dire loin ae sa gloire ce blasphème.

« PrécédentContinuer »