Images de page
PDF

auras embrassé leur religion. Dis-leur : La direction qui vient de Dieu est seule véritable; si tu te rendais à leurs désirs, après avoir reçu la science ', tu ne trouverais en Dieu ni protection ni secours.

115. Ceux à qui nous avons donné le Livre [les Écritures), et qui le lisent comme il convient de le lire, ceux-là croient en lui; mais ceux qui n'y ajoutent pas foi seront voués à la perdition.

116. O enfants d'Israël 1 souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés; souvenez-vous que je vous ai élevés au-dessus de tous les humains.

117. Redoutez le jour où une âme ne satisfera point pour une autre âme, où aucun équivalent ne sera accepté d'elle, où aucune intercession ne servira à rien, où ils [les infidèles) ne seront point secourus.

118. Lorsque Dieu éprouvait Abraham par certaines paroles, et que celui-ci eut accompli ses ordres, Dieu lui dit : Je t'établirai l'imam des peuples2. — Choisis-en aussi dans ma famille, dit Abraham. — Mon alliance, reprit le Seigneur, ne comprendra point les méchants.

119. Nous établîmes la maison sainte * pour être la retraite et l'asile des hommes, et nous dîmes : Prenez la station d'Abraham pour oratoire. Nous recommandâmes à Abraham et à Ismaël ceci: Rendez pure ma maison pour ceux qui viendront en faire le tour, pour ceux qui y viendront vaquer à la prière, faire des génuflexions et des prostrations*.

120. Alors Abraham dit à Dieu : Seigneur, accorde la sécurité à cette contrée, et la nourriture de tes fruits à ceux qui croiront en Dieu et au jour dernier. Je l'accorderai aux infidèles aussi,

1 C'est-à-dire, après la révélation du Koran.

1 C'est-à-dire, chef spirituel, chargé de diriger les hommes dans l'accomplissement des œuvres de dévotion, de présider aui prières, etc.

'C'est le temple de la Ka'ba (à la Mecque) dont la fondation est attribuée à Abraham, aidé par son Gis Ismaël. Ce temple a subi de nombreux changements; mais on montre encore aujourd'hui l'endroit où Abraham se tenait en travaillant à la construction de la charpente du temple; cet endroit est appelé place ou station d'Abraham. Au nombre des cérémonies religieuses pratiquées pendant le pèlerinage de la Mecque, était celle de faire sept fois le tour de la Ka'ba : cette pratique s'était conservée parmi les Arabes idolâtres. Mahomet l'a conservée comme une cérémonie religieuse datant de l'époque de l'établissement du culte umtaire par Abraham.

* Par les mots: vaquer à la prière, il faut entendre ici un acte déterminé de dévotion qui consiste à se tenir assis ou à genoux dans une mosquée pendant des heures ou même des journées entières. Cela s'appelle itikaf.

mais ils n'en jouiront qu'un espace de temps borne; ensuite je les refoulerai vers le châtiment du feu. Quelle affreuse route que la leur!

121. Lorsque Abraham et Ismaël eurent élevé les fondements de la maison, ils s'écrièrent : Agrée-la, ô notre Seigneur, car tu entends et connais tout.

122. Fais, ô notre Seigneur, que nous soyons résignés à ta volonté (musulmans), que notre postérité soit un peuple résigne à ta volonté (musulman) ' ; enseigne-nous les rites sacrés, et daigne jeter tes regards sur nous, car tu aimes à agréer la pénitence et tu es miséricordieux.

123. Suscite au milieu d'eux un envoyé pris parmi eux, afin qu'il leur lise le récit de tes miracles2, leur enseigne le Livre3 et la sagesse, et qu'il les rende purs.

124. Et qui aura de l'aversion pour la religion d'Abraham, si ce n'est celui qui se ravale sottement soi-même? Nous l'avons élu dans ce monde, et il sera dans l'autre au nombre des justes.

125. Lorsque Dieu dit à Abraham : Abandonne-toi à moi, il répondit : Je m'abandonne au Dieu maître de l'univers.

126. Abraham recommanda cette croyance à ses enfants, et Jacob en lit autant; il leur dit : O mes enfants! Dieu vous a choisi une religion, ne mourez pas que vous ne soyez musulmans (résignés à Dieu).

127. Étiez-vous présents lorsque Jacob fut près de mourir et lorsqu'il demanda à ses enfants : Qu'adorerez-vous après ma mort? Ils répondirent : Nous adorerons ton Dieu, le Dieu de tes pères, Abraham, Ismaël et Isaac, le Dieu unique, et nous nous livrons à lui (nous sommes musulmans).

128. Celte génération a passé, elle a emporté avec elle le prix de ses œuvres; vous recevrez aussi celui des vôtres, et on ne vous demandera point compte de ce que d'autres ont fait.

129. On vous dit : Soyez juifs ou chrétiens, et vous serez sur le bon chemin. Répondez-leur : Nous sommes plutôt de la religion d'Abraham, vrai croyant, et qui n'était point du nombre des idolâtres.

1 Voy. ci-dessus ls note du verset 109. Mahomet, en mettant dans la bouche d'Abraham le mot mouslim (musulman), qui littéralement veut dire lu-ré à Dieu, résigné à la volonté de Dieu, veut rattacher sa religion au culte primitif, au culte d'Abraham. C'est en même temps la religion naturelle de l'homme, selon lui. La tradition attribue a Mahomet ces paroles : « Tout homme nait musulman; ce sont ses parents qui le rendent juif, chrétien ou mage (adorateur du feu). »

1 Mol à mot, qui leur lise tes signes. Le mot signe étant applicable, aui versets d'an livre divin, on peut lui adjoindre le mot lire.

'C'est-à-dire, le code sacré.

130. Dites : Nous croyons en Dieu et à ce qui a été envoyé d'en haut à nous, à Abraham et à Ismaël, à Isaac, à Jacob, aux douze tribus; nous croyons aux livres qui ont été donnés à Moïse et à Jésus, aux livres accordés aux prophètes par le Seigneur; nous ne mettons point de différence entre eux, et nous nous abandonnons à Dieu.

131. S'ils (les juifs et les chrétiens) adoptent votre croyance, ils sont dans le chemin droit; s'ils s'en éloignent, ils font une scission avec nous; mais Dieu vous suffit, il entend et sait tout.

132. C'est là le baptême de Dieu; et qui peut mieux donner le baptême que Dieu!? C'est lui que nous adorons.

133. Dis-leur : Disputerez-vous avec nous au sujet de ce Dieu qui est notre Seigneur et le vôtre? Nous avons nos actions, et vous avez les vôtres. Nous sommes sincères envers Dieu.

134. Direz-vous qu'Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les douze tribus, étaient juifs ou chrétiens? Dis-leur : Qui donc est plus savant, de Dieu ou de vous? Et qui est plus coupable que celui qui cache le témoignage dont Dieu l'a fait le dépositaire? Mais Dieu n'est point inattentif à ce que vous faites.

135. Ces générations ont disparu. Elles ont emporté le prix de leurs œuvres, de même que vous emporterez celui des vôtres. On ne vous demandera point compte de ce qu'elles ont fait.

136. Les insensés parmi les hommes demanderont : Qu'est-ce qui les a détournés de leur Kebla2, de celle qu'ils avaient d'abord adoptée? Réponds-leur : L'Orient et l'Occident appartiennent au Seigneur; il conduit ceux qu'il veut dans le droit chemin.

137. C'est ainsi que nous avons fait de vous, ô Arabes! une

1 Par baptême, les commentateurs entendent la religion que Dieu établit pour les hommes en les créant, et dont les marques subsistent dans l'homme, de même que les traces de l'eau sur les vêtements du baptisé. Cette interprétation est loin d'être satisfaisante. Mahomet n'a-î-il pas plutôt employé ce mot en vue des chrétiens, pour dire que c'est sa religion qui était une vraie renaissance qu'ils devaient adopter? Nous ferons observer, en passant, que le mot dont se sert ici Mahomet, sebgha, signilie littéralement la même chose que baptême, proprement : immersion ; mais que les chrétiens se servent aujourd'hui du mot ta'mid (confirmation).

'Dans ce verset Mahomet fait allusion aui non musulmans qui, en voyant les musulmans se tourner tantôt d'un coté du ciel, tantôt de l'autre en faisant la prière, ne pouvaient pas s'expliquer ce changement.

[ocr errors]

nation intermédiaire1, afin que vous soyez témoins vis-à-vis de tous les hommes, et que l'Apôtre soit témoin par rapport à vous.

138. Nous n'avons établi la précédente Kebla que pour distinguer celui d'entre vous qui aura suivi le prophète de celui qui s'en détourne'. Ce changement est une gêne, mais non pas pour ceux que Dieu dirige. Ce n'est pas Dieu qui laissera le fruit de votre foia, car il est plein de bonté et de miséricorde pour les hommes.

139. Nous t'avons vu tourner ton visage de tous les côtés du ciel; nous voulons que tu le tournes dorénavant vers une région dans laquelle tu te complairas. Tourne-le donc vers la pl3ge de l'oratoire sacré 3. En quelque lieu que vous soyez, tournez-vous vers cette plage. Ceux qui ont reçu les Écritures savent que c'est la vérité qui vient du Seigneur, et Dieu n'est point inattentif à leurs actions.

140. Quand même tu ferais en présence de ceux qui ont reçu les Écritures toutes sortes de miracles, ils n'adopteraient pas ta Kebla (direction dans la prière). Toi, tu n'adopteras pas non plus »a leur. Parmi eux-mêmes, les uns ne suivent point la Kebla des autres4. Si, après la science que tu as reçue, tu suivais leurs désirs, tu serais du nombre des Impies.

141. Ceux qui ont reçu les Écritures connaissent l'Apôtre comme ils connaissent leurs propres enfants5; mais la plupart cachent la vérité qu'ils connaissent.

142. La vérité vient de ton Seigneur. Ne sois donc pas de ceux qui doulent.

143. Chacun a une plage du ciel vers laquelle il se tourne en priant. Vous, faites le bien à l'envi les uns des autres, partout où vous êtes. Dieu vous rassemblera tous un jour, car il est toutpuissant.

144. De quelque lieu que tu sortes, tourne ton visage vers l'oratoire sacré. C'est la vérité qui vient de ton Seigneur, et Dieu n'est point inattentif à vos actions.

1 Selon les commentateurs, cela veut dire que les Arabes ne donnent dans aueun excès, et que chez eux les vices des autres peuples sont mitigés par une modération innée. Cette explication est loin d'être satisfaisante.

'C'est-à-dire : ceux qui, avant l'établissement définitif de la Kebla de la Mec que, se tournaient, en priant, du côté de Jérusalem, ne seront pas pour cela frustrés de leur récompense au ciel.

1 L'oratoire sacré est la traduction littérale de mesdjid elharam, c'est l'enceinte du temple de la Ka'ba, à la Mecque.

'Les juifs et les chrétiens qui ne suivent pas la Kebla les uns des autres.

• C'est-à-dire qu'au fond ils sont convaincus de la vérité de sa mission.

145. De quelque lieu que tu sortes, tourne ton visage vers l'oratoire sacré. En quelque lieu que vous soyez, tournez vos visages de ce côté-là, afin que les hommes n'aient aucun prétexte de dispute contre vous. Quant aux impies, ne les craignez point; mais craignez-moi, afin que j'accomplisse mes bienfaits pour vous, e' que vous soyez dans la droite voie.

146. C'est ainsi que nous avons envoyé vers vous un apôtre pris parmi vous, qui vous lira nos enseignements, qui vous rendra purs et vous apprendra le Livre (le Koran) et la sagesse, qui vous apprendra ce que vous ignoriez.

147. Souvenez-vous de moi, et je me souviendrai de vous; rendez des actions de grâces, et ne soyez pas infidèles '.

148. O vous qui avez crul cherchez le secours dans la patience et dans la prière. Dieu est avec les patients.

149. Ne dites pas que ceux qui sont tués dans la voie de Dieu sont des morts2. Non, ils sont vivants; mais vous ne le comprenez pas.

150. Nous vous éprouverons par la terreur et par la faim, par les pertes dans vos biens et dans vos hommes, dans vos récoltes. Mais toi, ô Mohammed, annonce d'heureuses nouvelles à ceux qui souffrent avec patience;

151. A ceux qui, lorsqu'un malheur les atteint, s'écrient : Nous sommes à Dieu, et nous retournerons à lui3.

152. Les bénédictions du Seigneur et sa miséricorde s'étendront sur eux. Ils seront dirigés dans la droite voie.

153. Safa et Merwa* sont des monuments de Dieu; celui qui fait le pèlerinage de la Mecque ou visite en détail les lieux saints, ne commet aucun péché, s'il fait le tour de ces deux collines. Celui qui aura fait une bonne œuvre de son propre mouvement

1 Ou ne soyez pas ingrats, car le mot traduit généralement par infidèlt, signifie ingrat, proprement qui efface le souvenir des bienfaits reçus.

* C'est l'expression consacrée pour dire : pour la cause de Dieu.

'Les mahométans se conforment scrupuleusement à cette recommandation. Toutes les Fois qu'un grand malheur leur arriïe, ils s'écrient avec calme et résignation : « Nous sommes à Dieu, et nous retournerons a lui. » C'est ainsi que les juifs ont coutume de s'écrier avec Job, quand ils éprouvent quelque perte: « Dieu l'a donné, Dieu l'a ôté, que le nom de Dieu soit loué. »

'Safa et Merwa, collines sur le territoire de la Mecque. Comme les Arabes idolâtres y pratiquaient certaines cérémonies de leur culte, les musulmans hésitaient à y aller. Mahomet lève leurs scrupules en disant que ces collines sont des monuments de Dieu. Le mot que nous traduisons par monuments s'applique ordinairement dans le Koran à tout lieu ou signe soit naturel soit artificiel qui est l'objet de certains rites.

« PrécédentContinuer »