Images de page
PDF
ePub

grois se soit réunie sous la direction du D Mansvet Riedl pour publier, en langue allemande, une Revue hongroise. Le premier volume, celui de 1869, vient de paraître. On y trouve d'abord, après une introduction qui expose le but et l'utilité du recueil, trois études d'histoire nalurelle, qui se recommandent à l'attention du public compétent : un aperçu général de la géologie de la Hongrie, par Maximilien Hanıken; un coup d'æil sur la flore des pays unis sous la couronne de Hongrie, avec un inémoire spécial sur les diatomacées, par F. Haszlinsky; un article sur les trails caractéristiques de la faune hongroise, d'après Emerich Frivaldszky. Vient ensuilc un mémoire développé et très-intéressant de M. Ludwig Kubinyi sur la situation politique et économique de la Hongrie. Celte étude fournit de nombreuses données statistiques concernant la population et les productions du pays, ainsi que des renseignements sur la culture intellectuelle des différentes classes de la société el sur les proportions relatives des races diverses qui l'habilent. Les découverles archéologiques faites récemment en Hongrie font l'objet d'un article du D' Emerich Henszlmann. Ce savant mémoire est suivi d'une histoire résumée de l'Institut scientifique de Hongrie, avec un comple rendu sommaire des travaux de ses différentes classes, par M. Ludwig Kubinyi. Enfin une galerie des savants hongrois contemporains est inaugurée dans cette livraison par une longue élude sur les cuvres de Julius Schvarcz. On voit que la publication que nous annonçons présente, à plusieurs points de vue, le plus sérieux intérêt; mais un volume semblable chaque année serait sans doute insuffisant pour trailer, même sommairement, tous les sujets qu'embrasse le plan des éditeurs. Il nous semblerait désirable qu'un recueil de ce genre publiât régulièrement une revue bibliographique de tous les ouvrages de quelque valeur parus en Hongrie, et mît le lecteur, par des analyses et des extraits, au courant du mouvement de la littérature nationale.

ITALIE,

Giornale di scienze naturali ed economiche, pubblicato per cura del consiglio di perfezionamenlo annesso al R. Institulo lecnico di Palermo. Anno 1868. Volume IV, fasc. IV. Palerme, imprimerie de Francesco Lao, librairie de Pedone Lauriel frères, 1868 (1869). In-4° de soixanle et dix-huit pages et treize planches. – Ce fascicule complète le volume pour l'année 1868 du Journal des sciences naturelles et économiques, publié par les soins du conseil de perfectionnement annexé à l'Institut Royal de Palerme. Dans la première partie, consacrée aux sciences naturelles, on trouve d'abord la suile du mémoire où le professeur Inzenga décrit avec détail de nouvelles espèces de fungi découvertes en Sicile; le commencement de ce mémoire avail paru dans le volume de 1867. Le professeur Luigi Fasche fait connaître ensuile une expérience de physiologie d'où il résulte qu'ayant introduit du cinabre bien pulvérisé dans la veine jugulaire de plusieurs animaux, de chiens et de lapins, des grains de ce cinabre se sont retrouvés à l'épiderme, associés aux corpuscules blancs du sang, dans les cellules du tissu muqueux de Malpighi. M. Fasche s'appuie sur ce fait pour émettre l'hypothèse que les corpuscules blancs du sang pourraient élre les véhicules des principes d'infection, et pour expliquer le mode de diffusion à l'épiderme des maladies constitutionnelles. Le professeur Gaetan George Gemellaro continue ses Études paléontologiques par un mémoire sur la faune conchyliologique des terrains calcaires du nord de la Sicile. Enfin un autre mémoire très-étendu de M. Fasche décrit les parasiles végétaux et animaux illallinn Li Arande partie est consacrée à l'astronomie et à la météorologie. 1. v intiva ortre la réaultat donne jour par jour des minutieuses observations me tehasenborarens faire a Palerme pendant les trois derniers mois, divers articles Indspiegende tre que la chronique journalière des taches solaires observées à l'é. printurinle Very en robot ser tembre 1868; des remarques sur la rapidité compasipo il' Awwporation der aux de mer et des eaux douces, sur la température de la IT! nobeer po

logo nautique de Palerme, elc. De nombreuses planches, exeinfra paparand can rjontent encore à l'utilité et à l'intérêt de cette importante

Darnmanti th Strria Inlinna pubblicati a cura della R. deputazione sugli studi di Intui paria per la provincie di Toscana, dell' Umbria et delle Marche. Commissioni the Roaldo degli Alheen1 per il comune di Firenze dal MCCCXCIX al MCCCCXXXIII. Jomn sarundo '1421-1421, Plorence, imprimerie de M. Cellini et C., 1869, in-4 ile his page, vous avone annoncé dans notre cahier de juillet dernier (p. 448) Ir publication de tome premier des Commissioni di Rinaldo degli Albizzi, qui a inau

uré en 1867, la grande collection de documents historiques relatifs aux provinces de Toscane, d'Ombrie et des Marches. Dans ce premier volume, les pièces histories relations et dépêches diplomatiques concernant les diverses missions conhóng par la république de Florence a Renaud d'Albizzi s'arrêtaient à l'année 1423. lopu tome geconel, qui vient d'être publié, contient la suite de ces pièces importantes depuis l'an 1424 jusqu'en 1426. Les documents inédits, réunis au nombre de prés de mille dans ces deux votumes, offrent incontestablemeut un intérêt de premier ordre pour l'histoire de la Toscane au moyen åge; mais, pour en apprécier loute la valenr, il convient d'attendre l'achèvement de l'ouvrage, qui, dans le rolume restant à paraître, nous donnera les textes se rapportant aux dernières missions de Renaud d'Albizzi (1426-1433). Vous devons néanmoins signaler dès à présent les soins eclairés qu'apporte a cette publication la Commission royale, et particulièrement son savant président, M. le marquis Gino Capponi. On annonce comme devant paraître prochainement un autre ouvrage faisant partie de la même collection : Chronache della città di Fermo dall' anno 1447 al 1557, avec un appendice contenant plusieurs docnments tres-anciens.

TABLE.

Pages.

581

Renaissance de la physique cartésienne ( 16 article de M. J. Bertrand.). ........
Histoire de la philosophie cartésienne, par Francisque Bouiller. (1er article de

V. Ad. Pranck.) .....
La vie ou la légende de Gotama. (36 article de M. Barthélemy Saint-Hilaire ).....
Collection des historiens auciens et modernes de l'Arménie, etc. par Victor Lan-

glois. ( 1 or article de M. Ed. Dulaurier...............
Wavelles littéraires..... .......................................

[ocr errors][ocr errors]

PLN DR LA TABLE.

DES SAVANTS.

NOVEMBRE 1869.

MERAUGIS DE PORTLESGUEZ, roman de la Table ronde, par Raoul

de Houdenc, publié pour la première fois par H. Michelant. Paris, 1869.

PREMIER ARTICLE.

Analyse du poème.

Il faut donner, dans le genre des poëmes d'aventure et de Table ronde, une bonne place à Meraugis de Portlesguez. C'est, dit l'auteur :

..... contes de courtoisie,
Et de biax motz et de paisanz.
Nuls, s'il n'est cortois et vaillanz,
N'est dignes du conte escouter,
Dont je vous voil les motz conter. (P. 2.)

Ce témoignage, qu'il se rend, ne surfait point l'ouvre; elle est de courtoisie, les mots en sont beaux et plaisants; et, si, dans le temps, elle a réjoui les courtois et les vaillants, elle peut plaire encore aujourd'hui aux curieux de la vieille langue et de la vieille imagination.

Raoul de Houdenc vivait à la fin du xn° siècle et au commencement du xmo; il était de Picardie, d'un village nommé Houdenc. Il y a aujourd'hui, en Picardie, trois villages de ce nom : Hodenc-l'Evêque, Hodenc-en-Vimeu et Hodenc-en-Bray; on ne sait auquel de ces trois Hodenc appartient notre trouvère. Picard d'origine, il ne l'est pas de langage; il use du dialecte de l'Ile de France, et du beau français, au témoignage d'un trouvère à peu près contemporain. En effet, Huon de Mery, dans son Tournoiement de l'Antechrist, écrivit, vers 1 228 :

Moult mis grant force à eschever
Les dis Raoul et Crestien,
Qu'onques bouche de crestien
Ne disi si bien comme il disoient.
Mais quant il distrent, il prouvoient
Le biau frauçois trestout à plain...

«Que faut-il entendre par là? dit M. Michelant. S'agit-il seulement « de la pureté du langage? Pour nous, nous sommes porté à croire que « le beau français comprenait toutes les qualités qui constituent le talent « de l'écrivain. Raoul occupait donc parmi ses contemporains, de leur « aveu, un rang distingué comme poëte, et sa naissance doit jeter « quelque lustre sur le pays, sur la province qui l'ont vu naître. »

Raoul mena une vie errante et vagabonde; car il dit dans le Songe d'enfer :

..... je vieng de Sassoigne
Et de Champaingne et de Bourgoingne,
De Lombardie et d'Engleterre;
Bien ai cerchie toute terre.

Telle est sa réponse aux interrogations de Belzébuth; et, lors même qu'il y aurait quelque exagération dans ces paroles, on peut facilement admettre, dit M. Michelant, qu'il fut un de ces ménestrels errants qui s'empressaient de visiter les cours et les châteaux où se célébraient des fètes et des tournois. C'est là, et à ces occasions, que s'exerçait la libéralité des seigneurs à l'égard des trouvères, des ménestrels, des jongleurs. Aussi la libéralité est-elle une vertu particulièrement célébrée dans les vers; et Raoul ne fait qu'exprimer ce que tout ménestrel ressentait quand il dit :

Largesce est tiex que de lui meuvent
Li bien; biauté, sens ne proesce
Ne valent noient se largesce
I faut; que largesce enlumine
Proesce; largesce est medcine
Por quoi proesce monte en haut.
Nuls ne puet, se largesce i faut,
Conquerre pris par son escu. (P. 171.)

Avant de raconter le poëme, je ne peux mieux faire que d'en exprimer le caractère par les paroles de M. Michelant : « Lorsque Raoul écri« vit Meraugis, les récits de la Table ronde, soit en vers, soit en prose, « avaient rejeté au second plan toutes les productions ne se rattachant a pas à ce cycle, qui réalisait d'une façon si merveilleuse l'idéal de la « chevalerie errante. Rien n'était plus naturel que d'aller y chercher des «inspirations; quant au modèle, on ne pouvait en trouver de meilleur « que Chrestien de Troyes, et c'est celui dont Raoul se rapproche le « plus. Son choix, il est vrai, ne lui laissait plus la liberté absolue des a caractères; ils avaient été tracés d'une manière si frappante, qu'il fal« lait absolument les adopter tels qu'ils avaient été présentés d'abord. « Raoul tourna la difficulté habilement en plaçant au second rang les « personnages qu'il ne pouvait modifier, et qui gardèrent leur origina«lité. Keux ne cessa pas de se montrer vantard et médisant; Gauvain « sut toujours le plus vaillant des chevaliers de la cour d'Artus; mais les (héros du roman, Meraugis, Gorvein Cadrus, Laquis, l'Outredouté, « Lidoine et Avice, sont des créations neuves; et l'imitation, lorsqu'elle « paraît, se déguise sous des traits particuliers. Si l'aventure de Gauvain «« rappelle par quelque côté celle du Chevalier au Lion, elle se termine « d'une manière tout imprévue; et l'on pourrait en dire autant des autres u épisodes pris séparément. En puisant dans ce fonds commun d'aven«tures, dites de la Table ronde , Raoul leur a donné le lour propre à son « imagination.» (P. xii.)

Le commencement et en même temps le nœud du roman est original et ingénieux. De même que les chevaliers étaient des modèles de vaillance et de courtoisie, de même les dames qui présidaient à leurs exploits resplendissaient de beauté et de sagesse; et la prouesse, au sens ancien, n'était pas moins l'apanage des dames que des chevaliers. C'est ainsi qu'à un tournois parut Lidoine, princesse de Carnalon. Deux chevaliers de haut renom y vinrent aussi, Meraugis de Portlesguez et Gorvein Cadrus. Une étroite amitié les unissait; tout était commun entre eux, gains et pertes. Gorvein, le premier, voit Lidoine, et il en devient éperdument amoureux; peu après, Meraugis est frappé d'un trait non moins pénétrant. Bientôt les amis , qui ne connaissent pas la passion l'un de l'autre, se rencontrent; et ils se font réciproquement des confidences dangereuses pour leur amitié. Tous deux aiment, mais ils aiment tout différemment; Gorvein vante sans mesure la beauté de la dame; à quoi Meraugis répond que, si, en elle, l'honneur n'était égal à la beauté, en vain serait-elle plus belle encore, elle ne mériterait pas d'être aimée. Gorvein n'accepte pas cette restriction, et il s'écrie :

« PrécédentContinuer »