Gustave III et la cour de France suivi d'une ètude critique sur Marie-Antoinette et Louis XVI apocryphes, Volume 1

Couverture
Didier, 1867 - 490 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 357 - Je supplie Votre Majesté d'en garder le secret pour elle et pour le sénateur Fersen. Lorsqu'on sut le départ du comte, tous les favoris en furent enchantés. La duchesse de Fitz-James lui dit : « Quoi, Monsieur, vous abandonnez ainsi « votre conquête? — Si j'en avais fait une, je ne « l'abandonnerais pas, répondit-il; je pars libre « et malheureusement sans laisser de regrets. » Votre Majesté avouera que cette réponse était d'une sagesse et d'une prudence au-dessus de son âge.
Page 217 - Mes vers n'ont pas été faits de génie, mais ils sont partis du cœur. C'est, ce me semble, à...
Page 143 - S'il se mêlait d'affaires, c'était uniquement, semblait-il, pour réconcilier les partis, remplir le rôle de médiateur et sauvegarder la liberté. « Le dernier terme de mon ambition, disait-il le 25 juin, à l'ouverture de la Diète, est de gouverner un peuple libre. Ne croyez pas que ce soient là de vaines paroles que démentiraient mes secrets...
Page 261 - Geoffrin mercredi, elle fut charmante ; elle ne dit pas un mot qui ne fût un paradoxe. Elle fut attaquée et elle se défendit avec tant d'esprit que ses erreurs valaient presque autant que la vérité. Par exemple, elle trouve que c'est un grand malheur que d'être ambassadeur, il n'importe de quel pays, ni chez quelle nation : cela ne lui paraît qu'un exil affreux, etc.
Page 170 - A propos, que dites-vous de la révolution de Suède 1 ? Voilà une nation qui perd, en moins d'un quart d'heure, sa forme de gouvernement et sa liberté. Les états, entourés de troupes et de canons, ont délibéré vingt minutes sur cinquante-sept points qu'ils ont signés, comme de raison. Je ne sais si cette violence est douce; mais je vous garantis la Suède sans liberté, et son roi aussi despotique que celui de France...
Page 241 - Brionne parler en liberté. Nous relûmes votre lettre et nous répétâmes mille fois : Voilà donc un roi qu'on peut aimer! Nous l'avons vu; il produirait des Bayards, il ferait revivre Henri IV; il existe, et ce n'est pas pour nous ! Dites encore que nous sommes républicaines ! » Madame d'Egmont ne s'abstenait pas de conseils encore plus directs; elle avait prévu les efforts que Gustave III avait dû faire pour conjurer les périls du dehors et accroître au dedans la puissance royale : «...
Page 400 - ... mais c'était surtout autour de la reine que les flots de la foule se précipitaient. Il est, je crois, difficile de mettre plus de grâce et de bonté dans la politesse; elle a même un genre d'affabilité qui ne permet pas d'oublier qu'elle est reine et persuade toujours cependant qu'elle l'oublie. L'expression du visage de tous ceux qui attendaient un mot d'elle pouvait être assez piquante pour les observateurs. Les uns voulaient attirer l'attention par des ris extraordinaires sur ce que...
Page 234 - Monsieur, je n'entends rien aux matières d'état : Ma loi fondamentale est de vivre tranquille. La Fronde était plaisante, et la guerre civile? Amusait la grand'chambre et le coadjuteur. Barricadez-vous bien; je m'enfuis; serviteur.
Page 177 - Suédois, ajoute-t-il dans une autre lettre du 21 septembre; je sais qu'on murmure dans l'obscurité, qu'il ya nombre de mécontents, et qu'à la première levée de boucliers d'une puissance voisine, tous les malheurs que je vous ai prédits vous accableraient... Ménagez la Russie, je vous le conseille en frère; ménagez-la plus que jamais, car quoi que vous disent les Français, le sort du roi de Suède est actuellement entre les mains de l'impératrice de Russie, et une vengeance différée...
Page 111 - ... assemblées de société et de plaisirs étaient devenues de petits états généraux, où les femmes, transformées en législateurs , débitaient des maximes de droit public , des citations historiques , établissaient des principes, avec l'assertion et l'audace que leur donne le désir de dominer et de se faire remarquer, désir encore échauffé par l'importance de la matière et sa célébrité.

Informations bibliographiques