Images de page
PDF
ePub

LE `CENSEUR · EUROPÉEN.

CET OUVRAGE SE TROUVE AUSSI,

Mme. BONNET , fme. DUTREY , rue A Bordeaux, chez Piliers de Tutelle.

(COUDERT, imprimeur-libraire.
A Bruxelles, HORGNIES-Renier.
A Grenoble , FALCON, au Cabinet littéraire.
A Lille,

LELEUX, imprimeur-libraire.
A Nantes, FOREST , libraire.
A Rouen,

FRÈRE, libraire.

STREUTEL et WURTZ, libraires. A Strasbourg, chez

FISCHER, A Toulouse,

Bonnefoy et PERUNEL , libraires.

Tout exemplaire non revêtu du timbre de l'administration , sera désavoué et réputé contrefait.

[ocr errors]

(1) Not A. Le Bureau est provisoirement rue Hautefeuille , no. 4.

EUROPÉEN,

OU

Examen de diverses questions de droit public, et du

divers ouvrages littéraires et scientifiques, considérés
δατιο feuts ταρροιts ανες δω ρεοφτάν δε θα είοίίίοαtion,

[blocks in formation]

AU BUREAU DE L'ADMINISTRATION,

RUE Gît-LE-COEUR, N°. 10. (1)

1817.

[ocr errors][merged small]
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

EN 1814, un ouvrage intitulé : LE CENSEUR, OU examen des actes et des ouvrages qui tendent à détruire ou à consolider 'constitution de l'état, fut entrepris. Il fut publié d'abord en cahiers de trois ou quatre feuilles d'impression; mais bientôt la liberté de la presse ayant été concentrée dans les mains des ministres , excepté pour les ouvrages au-dessus de vingt feuilles , les auteurs du Censeur crurent devoir se soustraire à l'arbitraire des agens du pouvoir, en ne publiant que des volumes de plus de vingt feuilles: : ..

Le cinquième volume n'avait pas encore paru, lorsque Bonaparte , profitant du mécontentement des troupes , vint pour la seconde fois s'emparer de l'autorité à main armée. Comme il avait vu qu'il ne pouvait réussir dans son entreprise qu'en professant les principes pour la défense desquels les Français avaient soutenu les guerres les plus sanglantes, les auteurs du Censeur démontrèrent que să conduite était condamnée par ses principes , et que les acclamations d'une troupe armée n'avaient pu lui conférer aucune autorité légale. Leur ouvrage fut saisi par l'es' agens de la police ; mais on fut bientôt obligé de la rendre, parce qu'on ne se trouva point dans une position à pouvoir braver impunément l'opinion publique.

Bonaparte battu par les armées de la coalition , fut

« PrécédentContinuer »