Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, avec les renseignements bibliographiques et l'indication des sources à consulter, Volume 2

Couverture
Firmin Didot fréres, fils et cie, 1859
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 389 - ... signaux au troisième , à mesure qu'il les voyait faire au premier, la nouvelle se trouvait portée de Paris à Rome presque en aussi peu de temps qu'il en fallait pour faire les signaux à Paris.
Page 9 - Alfieri , impatienté de vivre au milieu d'une nation où l'on rencontrait des savants très-érudits et quelques hommes trèséclairés, mais dont les littérateurs et les lecteurs ne s'intéressaient pour la plupart à rien de sérieux , et se plaisaient uniquement dans les contes, dans les nouvelles, dans les madrigaux, Alfieri, dis-je, a voulu donner à ses tragédies le caractère le plus austère. Il en a retranché les confidents, les coups de théâtre, tout, hors l'intérêt du dialogue.
Page 411 - L'action de la terre sur un fil conjonctif est identique, dans toutes les circonstances qu'elle présente, avec celle qui émanerait d'un faisceau de courants ayant son siège dans le sein de la terre, au sud de l'Europe, et dont le mouvement s'opérerait, comme la révolution diurne du globe, de l'ouest à l'est. Qu'on ne dise donc pas que les lois des actions magnétiques étant les mêmes dans les deux théories, il est indifférent d'adopter l'une ou l'autre. Supposez la théorie d'Ampère vraie,...
Page 389 - Les qualités de son cœur étaient encore préférables à celles de son esprit : une droiture si naïve et si peu méditée, qu'on y voyait l'impossibilité de se démentir; une simplicité, une franchise et une candeur, que le peu de commerce avec les hommes pouvait conserver, mais qu'il ne lui avait pas données ; une entière incapacité de se faire valoir autrement que par ses ouvrages , ni de faire sa cour autrement que par son mérite , et par conséquent une incapacité presque entière...
Page 411 - Voici quel est le principe qui ya présidé : Toute la science humaine se rapporte uniquement à deux objets généraux, le monde matériel et la pensée. De là naît la division naturelle en sciences du monde ou cosmologiques, et sciences de la pensée ou noologiques. De cette façon, M. Ampère partage toutes nos connaissances en deux règnes; chaque règne est, à son tour, l'objet d'une division pareille. Les sciences cosmologiques se divisent en celles qui ont pour objet le monde inanimé et...
Page 405 - ... jusqu'à la mort de l'objet aimé. Qui le croirait? ou plutôt, en y réfléchissant, pourquoi n'en serait-il pas ainsi? ce savant que nous avons vu chargé de pensées et de rides, et qui semblait n'avoir dû vivre que dans le monde des nombres, il a été un énergique adolescent : la jeunesse aussi l'a touché, en passant, de son auréole; il a aimé, il a pu plaire; et tout cela...
Page 509 - Digne héritier d'un si grand homme, il montre, par son exemple, que le but de la vraie philosophie est de multiplier et non de détruire les vérités, qu'elle tire sa principale force de l'alliance des sentiments avec les principes, et que c'est parmi les âmes élevées qu'elle aime à chercher ses premiers adeptes.
Page 695 - Elle n'avoit pas le teint délicat , ayant même le défaut d'avoir le nez gros, et de mettre, à la mode d'Espagne, trop de rouge; mais elle étoit blanche , et jamais il n'ya eu une si belle peau que la sienne.
Page 151 - Vindication of the Opposition of the inhabitants of Vermont to the Government of New York, and their Right to form an independent State...
Page 329 - Puis il se justifia du reproche de sédition et de tyrannie, que ne lui avaient pas épargné les officiers de l'empereur. « La tyrannie » du prêtre , dit-il , c'est sa faiblesse. Maxime ne » dirait pas que je suis le tyran de Valentinien; » car il se plaint que mon ambassade fut comme » une barrière qui l'empêcha de pénétrer en » Italie. » Vaincue par l'obstination d'Ambroise , l'impératrice céda ; les soldats furent éloignés ; on ou* Sancti Ambrosii Opera, t.

Informations bibliographiques