Principes généraux et particuliers de la langue française ...

Couverture
Barbou, 1780 - 563 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 526 - MA foi, c'est fait de moi ; car Isabeau M'a conjuré de lui faire un rondeau, Cela me met en une peine extrême. Quoi ! treize vers, huit en eau, cinq en ème ! Je lui ferais aussitôt un bateau.
Page 525 - Oui, mon Dieu, la grandeur de mon impiété Ne laisse à ton pouvoir que le choix du supplice ; Ton intérêt s'oppose à ma félicité ; Et ta clémence même attend que je périsse.
Page 525 - Doris, qui sait qu'aux vers quelquefois je me plais, ' Me demande un sonnet, et je m'en désespère. Quatorze vers, grand Dieu ! le moyen de les faire ? En voilà cependant déjà quatre de faits. " Je ne pouvais d'abord trouver de rime ; mais En faisant on apprend à se tirer d'affaire.
Page 332 - ... pèche sans remords, et il est plus incorrigible. Mais ils sont également criminels à l'égard de ceux qu'ils condamnent ou par erreur, ou par malice. Qu'on soit blessé par un furieux ou par un aveugle, on ne sent pas moins sa blessure ; et pour ceux...
Page 208 - BoisLVigard (le principal tenant de cette nouvelle doctrine), blâme, entre autres, cette phrase : «... au jour du Jugement on ne nous demandera pas ce que nous avons lu, mais ce que nous avons fait...
Page 232 - Les rois font des hommes comme des pièces de monnaie : ils les font valoir ce qu'ils veulent, et l'on est forcé de les recevoir selon leur cours, et non pas selon leur véritable prix.
Page 85 - J'ai été Tu as été Il a été Nous avons été Vous avez été Ils ont été Plus-que-parfait J'avais été Tu avais été...
Page 519 - Et je ne mets jamais de fard. Mon abord eft civil ; j'ai la bouche riante , Et mes yeux ont mille douceurs : Mais quoique je fois belle , agréable & charmante , le regne fur bien peu de cœurs.
Page 512 - Cependant cette rencontre peut se souffrir, quand la prononciation permet de pratiquer un petit repos entre le mot qui finit par un son nasal, et le mot qui commence par une voyelle; comme dans ce vers de l'Athalie de Racine: Celui qui met \infrein à la fureur des flots, Sait aussi des méchans arrêter les complots.
Page i - Surtout , qu'en vos écrits la langue révérée Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée. En vain vous me frappez d'un son mélodieux, Si le terme est impropre ou le tour vicieux. Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme, Ni d'un vers ampoulé l'orgueilleux solécisme.

Informations bibliographiques