Histoire générale et impartiale des erreurs, des fautes et des crimes commis pendant la Révolution française

Couverture
Faubourg-Germain, 1796
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 248 - Qu'il est constant qu'il a existé une conspiration contre la liberté et la souveraineté du peuple, tendante à troubler l'état par une guerre civile, en armant les citoyens les uns contre les autres , et contre l'exercice de l'autorité légitime...
Page 350 - Toutes conspirations et complots tendant » à troubler l'État par une guerre civile en » armant les citoyens les uns contre les » autres, ou contre l'exercice de l'autorité » légitime, seront punis de mort.
Page 307 - ... conjurés devaient dissoudre la représentation nationale, assassiner ses membres et les patriotes; détruire le gouvernement républicain, s'emparer de la Souveraineté du peuple, rétablir la monarchie et donner un tyran à l'État.
Page 239 - Bicêlre, de forcer les portes de ladite maison, pour aller poignarder les représentants du peuple, membres des Comités de salut public et de sûreté générale de la Convention, de leur arracher le cœur, le griller et le manger, et faire mourir les plus marquants dans un tonneau garni de pointes...
Page 385 - convaincu d'avoir par des concussions et vexations immorales et cruelles, par l'abus le plus révoltant et le plus sanguinaire du nom, et des pouvoirs d'une commission révolutionnaire, opprimé, volé, assassiné, ravi l'honneur, la fortune et la tranquillité à des familles paisibles.
Page 93 - ... nouveaux complots... Il n'y avait pas un mot qui fût applicable à Pichon ou à tel autre des prétendus conjurés. La qualification du crime confinait à la démence. Tous ces détenus étaient accusés : De conspiration tendant à forcer la garde, se porter à la Convention nationale et singulièrement aux comités de Salut public et de Sûreté générale, en égorger les membres les plus marquants, leur arracher le cœur, le rôtir, le manger et faire mourir les plus patriotes dans un tonneau...
Page 193 - Rouhette et Bourrée de Corberon, ex-présidents ou conseillers du ci-devant parlement de Paris, seront traduits au tribunal révolutionnaire, comme prévenus d'avoir signé ou adhéré à des protestations tendant à méconnaître la liberté et la souveraineté du peuple, à calomnier la représentation nationale et à ramener le règne de la tyrannie ; arrête en conséquence que...
Page 205 - Bxêtre , tendant à égorger la garde de cette maison , se porter aux comités de salut public et de sûreté générale , en égorger les membres , leur arracher le cœur , le faire rôtir et le manger.
Page 181 - SAINTECROIX (AD ), néàToulouse, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Paris, comme complice de la conspiration de la prison du Luxembourg , où il était détenu.
Page 333 - ... les mains à l'exécution du jugement de mort rendu contre Châlier , comme ayant pu se dispenser de se rendre pour cette exécution du faubourg de la Guillotière où. il demeurait , à Lyon, et comme n'ayant pas usé de toutes les précautions nécessaires en pareil cas, pour épargner à...

Informations bibliographiques