Histoire naturelle de l'Islande, du Groenland, du detroit de Davis, et d'autres pays situés sous le Nord, Volume 1

Couverture
Chez Sebastien Jorry, Imprimeur-Libraire, Quai des Augustins, près le Pont S. Michel, aux Cigognes, 1750 - 4 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 112 - ... ils lui coupent les ouies à mefure qu'ils le prennent ; & l'ayant préparé avec grand foin , ils ne manquent jamais de ferrer tout ce qu'ils ont pris dans une nuit avant la chute du jour. Les tonneaux dans lefquels ils encaquent leurs harengs font de bois de chêne , & ils les y arrangent avec beaucoup d'ordre dans des couches de gros fel d'Efpagne ou de Portugal. Les tonneaux dont les...
Page 137 - Les lflandois prennent encore aujourd'hui des quantités prodigieufes de petits harengs , qu'ils emaflem vivants fur le bord de la mer , & qu'ils partagent enfuite entr'eux par tête. Dans la Bothnie Occidentale , on le met dans...
Page 165 - Si un aeglefin est pris dès le commencement de ces six heures, et qu'une morue se jette ensuite sur ce poisson, on trouve en retirant la ligne, au changement de la marée, que...
Page 183 - ... macérer ainfi pendant fept ou huit jours. Ils les mettent enfuite dans des pr'effes de bois , qu'ils chargent avec quantité de pierres pour les bien aplatir.
Page 222 - Dans le tems qu'il eft le plus gras , on tend dans la rivière des filets ordinaires , qui s'étendent d'un rivage à l'autre , & avec lefquels on va des deux côtés en remontant l'eau &. en pouffant toujours...
Page 184 - Aufll-tôt qu'ils font fées, ils les rangent par tas dans les raagafins, ayant foin de les bien couvrir, pour empêcher l'air & le vent humide d'y pénétrer & de les amollir. Ils prennent cette même précaution lorfqu'ils embarquent...
Page 107 - ... seconde division des harengs. Leurs buyses sont au nombre de douze à quinze cents ; ils les mettent en mer, en tirant au nord-nord-ouest, et ils jettent le premier filet près Jayrill, la nuit du lendemain de la Saint-Jean, 25 juin, aussitôt après minuit. On ne pêche que la nuit. Le poisson est attiré par la clarté des lanternes qui le fait venir droit aux buyses, et l'empêche, en l'éblouissant, de discerner les filets. Les pêcheurs de sardines se servent fort utilement de ces mêmes...
Page 174 - Ja préparer de la même manière que le flac-fifch , fmon qu'au lieu d'ouvrir le ventre du cabéliau, on le fend du côté du dos ; & après en avoir ôté l'arrête , on fait une fente d'environ fept ou huit pouces de long au haut...
Page 168 - ... brades d'eau , ou dans d'autres où les flots , violemment brifés contre les bancs de fable & les rochers , l'empêchent de fe fauver. Le meilleur & le plus délicat eft pris dans la haute mer, à quarante ou cinquante braffes de profondeur , où il trouve fa nourriture la plus convenable. Celui qu'on pêche fur la côte ou dans les golfes peu profonds, n'eft pas , à beaucoup près , ni fi bon , ni fi tendre. La morue noire...
Page 60 - Ils vivent toujours avec les chevaux , qu'ils fuivent par-tout en hiver , pour profiter , dans les fortes gelées , du peu de moufle qui refte à découvert dans les creux que les chevaux font pour eux-mêmes dans la neige , & où les moutons n'auroient pu atteindre à caufe de la...

Informations bibliographiques