Histoire des origines du gouvernement représentatif en Europe, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 272 - Je ne dois pas oublier de dire que , si le temps était beau, tout cela se passait en plein air; sinon, dans plusieurs bâtiments distincts où ceux qui avaient à délibérer sur les propositions du roi étaient séparés de la multitude des personnes venues à l'assemblée, et alors les hommes les moins considérables ne pouvaient entrer.
Page 273 - La seconde occupation du roi était de demander à chacun ce qu'il avait à lui rapporter ou à lui apprendre sur la partie du royaume dont il venait ; non-seulement cela leur était permis à tous, mais il leur était étroitement recommandé de s'enquérir, dans l'intervalle des assemblées, de ce qui se passait au dedans...
Page 272 - Cependant, si ceux qui délibéraient sur les matières soumises à leur examen en manifestaient le désir, le roi se rendait auprès d'eux, y restait aussi longtemps qu'ils le voulaient, et là ils lui rapportaient avec une entière familiarité ce qu'ils pensaient de toutes choses, et quelles étaient les discussions amicales qui s'étaient élevées entre eux.
Page 272 - Lorsque les seigneurs laïques et ecclésiastiques étaient ainsi séparés de la multitude, il demeurait en leur pouvoir de siéger ensemble ou séparément, selon la nature des affaires qu'ils avaient à traiter, ecclésiastiques, séculières ou mixtes.
Page 303 - Mais la tentative ne pouvait réussir longtemps. 11 faut bien dater les révolutions du jour où elles éclatent ; c'est la seule époque précise qu'on puisse leur assigner, mais ce n'est pas celle où elles s'opèrent. Les secousses qu'on appelle des révolutions sont bien moins le symptôme de ce qui commence que la déclaration de ce qui s'est passé.
Page 306 - II fallait cependant qu'il en restât assez pour porter le fardeau imposé aux curies. » De là cette longue série de lois qui constituent chaque curie en une prison, dans laquelle les décurions sont héréditairement enfermés ; qui leur enlèvent , en une multitude de cas , la disposition de leurs biens , ou même en disposent, sans eux, au profit de la curie; qui les poursuivent à la campagne , à l'armée , partout où...
Page 353 - Forum judicum, est l'émule de la divinité, la messagère de la justice , la maîtresse de la vie. Elle régit toutes les conditions de l'État, tous les âges de la vie humaine ; elle est imposée aux femmes comme aux hommes, aux jeunes gens comme aux vieillards, aux...
Page 271 - ... et en vertu des ordres du roi, les articles de loi nommés capitula que le roi lui-même avait rédigés par l'inspiration de Dieu, ou dont la nécessité lui avait été manifestée dans l'intervalle des réunions2.
Page 318 - L'impôt connu sous le nom d'aurum coronarium, et qui consistait en une somme à payer au prince, à l'occasion de certains événements, pesait sur les curiales seuls. Les dédommagements accordés aux curiales accablés de telles charges étaient : 1° L'exemption de la torture, si ce n'est dans des cas très-graves.
Page 271 - Dieu, ou dont la nécessité lui avait été manifestée dans l'intervalle des réunions. Après avoir reçu ces communications, ils en délibéraient un, deux ou trois jours, ou plus, selon l'importance des affaires. Des messagers du palais, allant et venant, recevaient leurs questions et leur rapportaient les réponses...

Informations bibliographiques