Le musée belge: revue de philologie classique, Volumes 1 à 2

Couverture
C. Peeters, 1897
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 257 - Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point...
Page 101 - C'est là la terminologie ordinaire, qui certainement était inscrite dans les formulaires des graveurs Mais on comprend que le dédicant, surtout s'il était homme du peuple, ne se contentât pas toujours de cette sobriété relative et que sous l'impression vive encore de la perte d'une personne chérie, il voulût donner libre cours à sa douleur dans un flux d'épithètes élogieuses. Il suffira de mentionner ici les exemples les plus caractéristiques de cette pieuse cflusion de sentiment et...
Page 89 - Quat (= quoad) vaîeas (h)abeas pascas, multos tu [habebes amicos, Si haliquit casu alite[r| aduxerit aster, Aut ili Romai frater es aut tu peregre heris Et vocas acliva. Quo si tu non nosti amicos, Adcnoscet homines aeg(er) quos no(n) pote sanus.
Page 258 - Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu'il renferme, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite pas dans des temples faits de main d'homme...
Page 258 - Le ciel est mon trône, et la terre, le marchepied de mes pieds. Quelle maison me bâtirez-vous ? dit le Seigneur, Ou quel sera le lieu de mon repos ? N'est-ce point ma main qui a fait tout cela...
Page 109 - A cet effet, il faut rapprocher les propositions qui renferment les noms des dédicants, séparées mal à propos par la phrase idem astat memoriam poni, dont la place rationnelle est avant celle qui commence par ei posita est ara, à laquelle on pourrait la rattacher par une conjonction exprimant la conséquence. On peut encore remarquer le changement de personnes...
Page 109 - Lyon qui comprtnd à elle seule plusieurs traits caractéristiques du parler populaire : Maspetia Silvina Valerio Messori, conjugi incomparabili, qui plus merebatur quam facio, cum quem vixi annis XXIIII ; quod ille mi debuit facere si fata bona fuissent, idem astat memoriam poni. Valerius Silvicola et filia fluentis lacrimis orfanitatem qua perdiderunt patrem incomparabilem, ei posita est ara. Qui gessit in Canabis sine alla macula.
Page 110 - ... élevé en l'honneur d'une personne dont le nom ne figure pas sur la pierre ou a disparu dans la suite. Le Corpus donne cette inscription comme complète et ne nous dit pas que certains caractères aient été effacés par l'usure du temps. Si nous avions à examiner une œuvre littéraire, fût-ce même de la dernière période, il conviendrait maintenant de se demander de quelle manière et dans quelle mesure l'auteur aurait usé des figures et en général, des ornements que la rhétorique...
Page 107 - La concision et le laconisme traditionnels et presque obligatoires dans les documents épigraphiques excluent naturellement le style périodique. D'ailleurs eût-on même sous les yeux d'autres sources directes du latin vulgaire, plus loquaces, cette même constatation ne s'en imposerait pas moins, puisque la période est le fruit d'une culture littéraire...
Page 103 - Africm. 11 ne faudrait pas cependant pousser trop loin le rapprochement et conclure de la similitude à la cunnexité. Si même les écrivains d'Afrique avaient fait preuve dans leurs ouvrages d'une extrême sobriété, les inscriptions n'en auraient pas moins célébré avec la même emphase les vertus des défunts. Cette redondance ne procède, après tout, que de la liberté du parler populaire qui n'est pas, comme la langue littéraire, astreinte aux règles parfois sévères de la raison et...

Informations bibliographiques