Description nautique des côtes de la Martinique: précédée d'un mémoire sur les opérations hydrographiques et géodésiques exécutées dans cette île en 1824 et 1825

Couverture
Imprimerie royale, 1828 - 182 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 145 - Sainte-Marthe et l'éloignent à la mer en suivant cette direction, à la distance de 380 m. qui est la plus grande largeur de la ville dans la paroisse du Mouillage ; de là ils se rapprochent peu à peu du rivage en se courbant vers le nord en forme de demi-cercle. La position topographique des deux quartiers de Saint-Pierre a la plus grande influence sur leur plus ou moins de salubrité. Dans le quartier du Mouillage, les vents d'est sont interceptés par les mornes du voisinage d'où résulte...
Page 142 - Pérès, le mouillage devient de plus en plus difficile, à cause de la déclivité du fond. A moins de deux encablures et demie de l'embouchure de cette rivière la sonde rapporte 515 pieds et plus au large, on ne trouve pas le fond par 550 pieds 4.
Page 139 - ... 23° Ouest de celle du Carbet, à 4 mil. 7. Sa plus grande profondeur correspondant à l'emplacement de la ville de Saint-Pierre, n'est guère que d'un mille, elle affecte, entre les deux pointes précédentes, une courbure à peu près circulaire, et présente des plages sablonneuses qui régnent presque sans interruption sur la totalité de son étendue. Le mouillage est loin d'offrir aux bâtimens le degré de sûreté qu'exigeroit l'importance des relations commerciales de Saint-Pierre avec...
Page 140 - ... Description nautique des côtes de la Martinique, Paris, Imp. royale, 1828, pp. 103-106. parties de l'année, la rade de Saint-Pierre est presque entièrement exempte des dangers que nous venons de signaler : elle est à l'abri des vents régnants qui soufflent avec fixité à l'Est à l'Est-Nord-Est, le phénomène des ras-de-marée est plus rare et beaucoup moins redoutable ; le seul inconvénient qu'il occasionne c'est de gêner considérablement les communications de la ville avec la rade...
Page 139 - ... peu connue, je la reproduis presque en entier : « La baie de Saint-Pierre s'ouvre dans le Sud, à la pointe du Carbet, où débouche la rivière de ce nom et dans le Nord, à une pointe de moyenne élévation appelée Lamarre, qui est située dans le Nord 23° Ouest de celle du Carbet, à 4 mil. 7. Sa plus grande profondeur correspondant à l'emplacement de la ville de Saint-Pierre, n'est guère que d'un mille, elle affecte, entre les deux pointes précédentes, une courbure à peu près circulaire,...
Page 140 - ... du ressac ne tarde pas à les mettre en pièces. Dans le dessein d'éviter des événements aussi funestes, le gouvernement colonial prescrit aux bâtimens français de quitter la rade de Saint-Pierre au commencement de l'hivernage et les oblige de se rendre à leur destination pour l'Europe, ou de passer cette saison dans la baie du Fort-Royal, soit au port du Carénage, soit aux Trois-Ilets...
Page 145 - ... encore accrue par les rayons du soleil que les escarpemens réfléchissent sur cette partie de la ville; le sable du rivage contribue aussi à une élévation de température... Au fort, la population est répandue sur un espace assez grand tandis que dans la paroisse du Mouillage, elle est ramassée en un lieu circonscrit où sont situés tous les entrepôts du commerce et qui est fréquenté par une quantité considérable de marins appartenant aux équipages des bâtimens mouillés dans la...
Page 4 - Bellin en publia une autre où il reproduisit la plupart des défectuosités de la précédente, et les aggrava même dans quelques parties par des changemens provenant de positions géographiques que, par erreur, il crut préférables à celles dont s'était servi Delisle. • Nous nous bornerons à citer cette carte , qui subsiste encore sans modification dans l'hydrographie française, pour faire sentir combien les notions acquises jusqu'à ce jour étaient loin de pouvoir éclairer la navigation...
Page 103 - ... Saint-Pierre et Fort-Royal. Quand les alizés sont faibles, les eaux prennent une direction Nord 1/4 Nord-Est et se partagent de part et d'autre du morne du Diamant. Il fallait faire attention en abordant les côtes de la Martinique. Voici les conseils d'un navigateur du début du XIXe siècle : « Dans les traversées de l'Europe aux Antilles les bâtimens sont ordinairement transportés de l'Est vers l'Ouest de 4 à 6° en longitude par l'effet du courant général qui règne entre les tropiques....

Informations bibliographiques