Roudh el-Kartas, histoire des souverains du Maghreb ... et annales de la ville de Fès [by Sâliḥ b. ʻAbd al-Ḥalîm] tr. by A. Beaumier

Couverture
1860
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 67 - Fathma fit creuser le puits qui existe aujourd'hui encore au milieu de la cour, et d'où l'on tira toute l'eau nécessaire aux travailleurs, de sorte que cette mosquée sacrée fut entièrement bâtie avec les matériaux de son propre sol, et que l'on eut ainsi la certitude que rien de ce qui aurait pu n'être pas parfaitement légitime et pur n'avait été employé. La sainte femme jeûna tout le temps que durèrent les travaux, et, lorsqu'ils furent achevés, elle adressa des actions de grâces...
Page 320 - ... cent parasanges. CX. Une personne qui avait voyagé dans l'Inde m'a dit qu'elle avait vu à Atakia, non loin de Mankir, ville des pays de l'or, un grand arbre, porté sur un gros tronc, assez semblable au noyer, lequel produit des rosés (ou des feuilles) rouges où on lit en caractères blancs : « II n'ya de Dieu que Dieu, Mohammed est le prophète de Dieu. » CXI. Dans la mer de Senf est une île, où les crabes qui y tombent deviennent pierres. C'est cette pierre connue à Alep, dans l'Irac...
Page 1 - Cette ligne est complétée par ce qui vient à la suite (qui marque le début du louh proprement dit). PAGE I Au nom du Dieu clément et miséricordieux Que Dieu répande ses bénédictions sur notre Seigneur Mohammed. 1. — Et celui qui fait le contraire [de ce que disent les...
Page 38 - Et un autre illustre écrivain, le docte et très savant Abou-Abd-Allah el-Maghyly, étant cadi à Azimour, a dit ce qui suit dans une de ses odes à Fès : « 0 Fès ! que Dieu conserve ta terre et tes jardins et les abreuve de l'eau de ses nuages! Paradis terrestre qui surpasse en beautés tout ce qu'il ya de plus beau et dont la vue seule charme et enchante ! Demeures sur demeures aux pieds desquelles coule une eau plus douce que la plus douce liqueur! Parterres semblables au velours, que les...
Page 249 - ... quand il voulut repousser par la force l'homme leur ennemi commun, son compatriote lui dit : Voudrais-tu me tuer comme tu as tué hier un homme ? Tu veux donc devenir tyran dans ce pays ? Tu ne veux pas, à ce qu'on voit, être des justes ? 19. Un homme accouru de l'extrémité de la ville lui dit : 0 Moïse ! les grands délibèrent pour te faire mourir. Quitte la ville, je te le conseille en ami.
Page 73 - Hassan qui coule hors de la ville du côté deBab el-Hadid. Il fit également construire une chaire en bois de jujubier et d'ébène, sur laquelle fut gravée l'inscription suivante : « Au nom de Dieu clément et miséricordieux! Que Dieu comble de ses bénédictions notre seigneur Mohammed, sa famille et ses Compagnons et leur accorde le salut! Cette chaire a été construite par les...
Page 52 - Bab el-Cherky, de l'Adoua el-Kairaouyn, on moissonne quarante jours après les semailles ; l'auteur de ce livre atteste avoir vu semer en cet endroit le 15 avril et récolter à la fin du...
Page 41 - ... science et leur religion. Depuis sa fondation, Fès a toujours été propice aux étrangers qui sont venus s'y établir. Grand centre où se réunissent en nombre les sages, les docteurs, les légistes, les littérateurs, les poètes, les médecins et autres savants, elle fut de tout temps le siège de la sagesse, de la science, des études nouvelles et de la langue arabe, et elle contient à elle seule plus de connaissances que le Maghreb entier. Mais s'il n'a jamais cessé d'en être ainsi,...
Page 190 - Mahomet retombant sur le bout de l'oreille, sourcils joints l'un à l'autre, cheveux crépus. Il était courageux, résolu, imposant, actif, généreux, bienfaisant ; il dédaignait les plaisirs du monde ; austère, juste et saint, il fut modeste jusque dans ses vêtements...
Page 190 - Dieu lui donna, il ne se vêtit jamais qu'avec de la laine à l'exclusion de toute autre étoffe ; il se nourrissait d'orge, de viande et de lait de chamelle, et s'en tint strictement à cette nourriture jusqu'à sa mort ». Les Hulal ( 2 ) ajoutent encore : < il n'infligeait jamais de peine plus forte que la réclusion à temps.

Informations bibliographiques