Histoire des reines et régentes de France et des favorites des rois

Couverture
A. Pougin, 1837 - 347 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 204 - Que ne puis-je vous donner mon expérience ! que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dévore les grands et la peine qu'ils ont à remplir leurs journées ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait peine à imaginer, et qu'il n'ya que le secours de Dieu qui m'empêche d'y succomber...
Page 8 - J'ay trouvé vostre lettre fort à mon gré, je la monstreray à Madame si je puis. Quant à sa peinture, je l'envoyrai quérir à Paris. Elle est belle, bien advisée et de bonne grâce, mais nourrie en la plus maudite et corrompue compagnie qui fut jamais, car je n'en vois point qui ne s'en sente.
Page 212 - Mr. l'Evêque de Chartres le Crucifix en tableau fur un fond or & noir. Je donne à Mr. l'Archevêque de Rouen un Crucifix fur du...
Page 365 - Ma mie, vous avez su comment j'ai été misérablement blessé. J'espère que ce ne sera rien. Priez Dieu pour moi. Adieu, ma mie!
Page 113 - ... de Chalais , ni qu'elle eût jamais trempé dans le dessein d'épouser Monsieur, après que Chalais auroit exécuté la conjuration qu'il avoit faite contre la personne du Roi. Il répondit à M.
Page 287 - ... tout, jusqu'au dernier moment de sa vie. Je baise mille fois la plus charmante des femmes qu'il y ait au monde, et dont le cœur si noble et si bon mérite un attachement éternel.
Page 300 - mettez la main sur la conscience, et dites si ce n'est pas depuis quatre ansla premiere fois que je vous parle?
Page 187 - ... de 1348. Voyez sur cette peste les documents indiqués dans notre édition des Chroniques de J. Froissart, IV, xxxvm, note 4, et en outre l'ouvrage intitulé : Histoire de la peste noire (1 346-1 35o), par A.
Page 96 - Condé, ne en 1566, mort en 1612. pierre se trouvaient près de lui. Ses premières paroles furent d'un désespéré: « Bassompierre, mon ami, dit-il à ce dernier, je suis perdu! cet homme a emmené sa femme dans un bois ; je ne sais si c'est pour la tuer ou pour la conduire hors de France! » — Et lui remettant son jeu, il entra avec d'Elbène dans la chambre de la reine pour s'y faire rendre compte des particularités de la fuite. C'était quatre jours après la naissance de la princesse Henriette-Marie,...
Page 194 - La reine, du. rantle repos, dit Christine de Pisan, par ancienne et raisonnable coutume, pour obvier à vagues paroles et pensées, avait un prud'homme au bout de la table, qui sans cesse disait gestes et mœurs d'aucun bon trépassée.

Informations bibliographiques